Normandie - du 20/01/2018 au 21/01/2018
La Route des Etalons
Doncaster - du 23/01/2018 au 24/01/2018
January Sale
Fairyhouse - le 30/01/2018
February National Hunt Sale
Newmarket - du 01/02/2018 au 02/02/2018
February Sale

Disparition d'un patriarche français: Anabaa est mort

07/07/2009 - Chefs de race
Le grand étalon Anabaa est mort de coliques ce lundi 6 juillet 2009. Ce chef de race du parc étalon français, vedette du Haras du Quesnay, n'avait que 17 ans mais il a profondément marqué l'élevage national.


Quelques jours après le trépas d'Highest Honor (retraité en 2008), l'élevage français perd un nouvel élément majeur. Alors qu'à 17 ans, Anabaa avait de beaux jours devant lui, puisqu'il avait encore couvert 109 juments en 2008 lors de son retour des Etats-Unis où il était parti faire la monte pour 1 saison en 2007, il est brutalement mort des suites de coliques.

 

Anabaa au Haras du Quesnay

 

 


Il a frôlé la mort avant de courir


L'histoire d'Anabaa est un roman en soi. Fils de 2 champions, Danzig et Balbonella (Prix Robert Papin), le jeune poulain élevé par la famille Head au Haras du Quesnay a souffert d'un trouble locomoteur, dit la "maladie de chien", réputé incurable. Finalement soignée, il a été donné en remerciement par son éleveur Maktoum Al Maktoum à Alec Head. Placé tardivement sous l'entraînement de Christiane Head, et monté par son frère Freddy, Anabaa s'est imposé à 4 ans comme un phénomène du sprint. Il a aligné ainsi 6 victoires en 1996, dont le Prix Maurice de Gheest (Gr.1). Il a battu les anglais chez eux dans la July Cup (Gr.1) et n'a connu son seul échec que d'une tête face à Kistena sur les 1000 m du Prix de l'Abbaye de Longchamp (Gr.1). Son entraîneur a toujours déclaré qu'il aurait pu largement dépassé le registre du sprint en course.

 

 

Anabaa remporte le Prix Maurice de Gheest (Gr.1) en 1996

 


De Hong Kong aux Etats-Unis


C'est ce qu'Anabaa a fait au haras, avec une production aussi douée que polyvalente, bravant des aplombs parfois personnalisés...Les produits d'Anabaa ont ainsi pu gagner sur toutes les distances, toutes les pistes et tous les pays. Anabaa est aujourd'hui père de 10 gagnants de Gr.1, dont en France Anabaa Blue (Jockey-Club), Rouvres (Jean Prat), Amonita (Marcel Boussac), à Hong Kong Précision (HK Cup). Sa descendance a également fleuri en Australie avec 5 gagnants de Gr.1 dans l'hémisphère Sud.

En 2008, Anabaa s'est couvert grâce à sa fille Goldikova, lauréate du Prix d'Astarté (Gr.1), du Moulin de Longchamp (Gr.1) et enfin de la Breeders'Cup Mile.

 

Fille d'Anabaa, Goldikova gagne la Breeders'Cup Mile aux USA avec Olivier Peslier en 2008




Toujours en haut des classements


Anabaa a toujours été l'objet de nombreuses convoitises. Il avait débuté la monte en 1997 au tarif de 100.000 francs la saillie. Son prix s'était élevé à 45.000 € en 2003, puis était quelque peu redescendu récemment à 30.000 €.

 

 

Anabaa, monstre de puissance qui terrasse les anglais chez eux dans la July Cup avec Freddy Head

 


Emmenée par Anabaa Blue, la 1e génération en piste d'Anabaa l'avait d'emblée porté à la 4e place du classement des étalons pour les courses françaises en 2001. Il a conclu 2 fois 2e de ce classement, en 2008 derrière Zamindar et en 2007 derrière Danehill, 2 étalons installés à l'étranger.
 

 

Anabaa a déjà un petit-fils au haras en France: Spirit One

 


Quelle succession ?


Anabaa venait encore de terminer 2e du classement France Sire des étalons installés en France pour le 2e trimestre 2009. Sa succession est assurée dès aujourd'hui par 6 fils installés en France, Anabaa Blue, Anabaa Me, Discours, Hannouma, Victorieux, Marshall, ainsi que son petit-fils Spirit One arrivé ce printemps au Haras de Lonray.

 



Commentaires

Soyez le premier à commenter cet article


(pour valider votre commentaire sur votre boite mail)