Best Fouad, au bon souvenir de King's Best

20/07/2017 - Zoom sur
Officiant désormais au Japon, King’s Best a fait carrière en France durant 4 saisons entre 2009 et 2012. A aujourd'hui 20 ans, le frère d’Urban Sea est rendu à 8 vainqueurs individuels de Gr.1. Hier soir, son fils Best Fouad est devenu son 34e vainqueur de groupe après avoir remporté le Grand-Prix de Vichy.
Christophe Soumillon était le partenaire de Best Fouad dans le Grand-Prix de Vichy. Les voici au retour avec le propriétaire Gérard Laboureau ©APRH
 
Non vendu à 13.000€ foal et une nouvelle fois racheté pour 10.000€ yearling, Best Fouad suscitera bien des intérêts mais à l’âge de 3 ans. Entrainé par le discret mais très habile Mathieu Le Forestier pour la casaque de son éleveur Mahmud Mouni, Best Fouad avait commencé sa carrière sportive par deux succès, l’un à Evreux, l’autre à Nantes. 3e du Derby de l’Ouest (Listed) en 2014 puis 2e du Grand-Prix de Clairefontaine (Listed), le poulain, déjà hongre puisque castré en octobre de ses 2 ans, avait été acheté 205.000€ à la vente de l’Arc la même année par son actuel entraineur François Rohaut.
 
Best Fouad défend aujourd’hui la casaque de Gérard Laboureau. A l’issue de sa 28e sortie hier soir sur l’hippodrome des bords de l’Allier, ce frère de Rawyaan (Listed) a signé sa 11e victoire après déjà 5 succès obtenus dans les Listeds. Comme cité plus haut, il devient surtout le 34e vainqueur de groupe de son père King’s Best.
 
Né il y a exactement 20 ans, King’s Best est aujourd’hui étalon au Japon pour Darley qui l’a envoyé a Pays du Soleil Levant en 2013. Sa première génération nipponne est ainsi âgée de 3 ans. C’est d’ailleurs au Japon qu’a été désigné l’un de ses meilleurs éléments en Eishin Flash, gagnant en 2010 du Derby Japonais (Gr.1) et en 2012 du Tenno Sho automnal (Gr.1). Pour information, ce dernier fait aujourd’hui la monte chez son éleveur, à Shadai Farm.
 
Les gagnants de Gr.1 les plus connus dans l’Hexagone issus de King’s Best resteront sans doute Workforce, la gagnant le plus rapide du Derby d’Epsom puis brillant lauréat de l’édition 2010 du Prix de l’Arc de Triomphe pour Sir Michael Stoute qui entrainait déjà le père mais aussi Creachadoir, son seul fils vainqueur de Gr.1 stationné en France ; officiant au Haras de Lonray et père du lauréat de Gr.1 Footpad.
 
Vendu yearling par le Haras d’Etreham pour 2,3 millions de francs à Charlie Gordon-Watson, King’s Best avait gagné à 2 ans en débutant en août à Newmarket avant de remporter les Acomb Stakes à York (Listed). 2e des Craven, il avait fait sien les 2000 Guineas comme un chef devant 26 adversaires et en laissant son dauphin Giant’s Causeway à 3,5 longueurs, la plus grande marge affichée depuis 1993 (par Zafonic). Entré à Kildangan Stud chez Darley Ireland dès 2001 après une blessure qui l’a définitivement condamné dans l’Irish Derby, King’s Best compte aujourd’hui 60 gagnants de Groupe ou de Listed dont Sagaroi issu de sa dernière génération française produite au Haras du Logis et née en 2013. Une dernière génération française qui compte actuellement 4 poulains black-type (Pump Pump Palace, Nombe et King Malpic). Son influence en tant que père de mère est de plus en plus grandissante. King’s Best est ainsi le père de mère des gagnants de Gr.1 : Ervedya, Queen’s Trust et Mont Ormel ou encore des gagnants de groupe Good Dona, Kiram, Karaktar, Ziyarid et Larchmont Lad.
 
 
King’s Best fait aujourd’hui la monte au Japon à presque 15.500€ la saillie