Tin Horse au Haras des Granges, un champion du Sud-Ouest retrouve ses terres

24/10/2017 - Mercato
 Vainqueur de la Poule d'Essai des Poulains sous l'entrainement de Didier Guillemin à Mont-de-Marsan, Tin Horse s'installe au Haras des Granges dans le Gers chez Mathieu Daguzan-Garros, à qui la Marquise de Moratalla confie son puissant miler gris, petit-fils de Kendor.


Tin Horse

 

Sujet aussi précoce que tenace, Tin Horse (Sakhee) a brillé au printemps de ses 2 ans, puis a conclu 2e des Prix Morny (Gr.1) et Lagardère (Gr.1) et est resté au meilleur niveau jusqu'à 4 ans, âge auquel il a remporté le Prix Messidor (Gr.3). Entre temps, bien sûr, le pensionnaire de Didier Guillemin à Mont-de-Marsan, monté par Thierry Jarnet, a décroché la palme de la Poule d'Essai des Poulains (Gr.1), une épreuve dont Wootton Bassett terminait d'ailleurs 5e.

Entré étalon au Haras de Grandcamp en Normandie en 2013, Tin Horse se déplace dans le Sud-Ouest alors que sa 1e génération a 3 ans en 2017. Avec son entourage, la Marquise de Moratalla, qui est l'éleveur et le propriétaire du fils de Joyeuse Entrée (Prix d'Aumale, Gr.3) conserve tout son soutien en son cheval, raison pour laquelle elle le confie au Haras des Granges.

 


Folie de Louise.

 

Etant donné la précocité que Tin Horse avait démontré en course, les éleveurs imaginait sa production en piste dès les 1e courses de 2 ans, au printemps 2016. C'est d'ailleurs ce qui est arrivé cette année avec Pimpinehorse, deux fois gagnant à Salon-de-Provence en avril et mai 2017. Mais à la lecture détaillée des résultats, on constate que la grande majorité des éléments nés de la 1e génération qui ont brillé en piste se sont illustrés à partir du mois d'octobre 2016, à commencer par Ndesha, Arpani, Queen of Saba, Prost. Aujourd'hui, Tin Horse compte, dans sa 1e production, 20 vainqueurs individuels de 31 courses, dont la bonne Folie de Louise. Cette dernière, lauréate de quinté, vient d'offrir son 1e black-type à son père en étant 3e du Prix Casimir Delamarre (Listed) à Chantilly le 15 octobre. Notons que ce même jour, Tin Horse gagnait en haies grâce à son fils Semur à Lyon-Parilly.

Tin Horse, dont le prix de saillie passe à 2000 €, détient encore une réserve de deux grosses générations nées des 77 juments saillies en 2015 et idem en 2016. A la dernière vente de yearlings d'octobre à Deauville, Tin Horse a vendu 2 sujets, un fils de Shamardanse à 23.000 € à Janda Bloodstock et un fils de Bon Escient à 28.000 € à Alessandro Botti.


On en parle dans l'article