Aujourd'hui : Fairyhouse
November National Hunt Sale
Cheltenham - le 15/11/2019
Cheltenham November Sale
Fairyhouse - le 16/11/2019
Flat Foal & Breeding Stock Sale
Kill - du 18/11/2019 au 20/11/2019
November Foal Sale Part. 1
Deauville - du 18/11/2019 au 20/11/2019
Vente d'Automne
Kill - du 21/11/2019 au 22/11/2019
November Breeding Stock Sale 2019
Kill - le 22/11/2019
November Foal Sale Part 2
Newmarket - le 25/11/2019
December Yearling Sale
Newmarket - du 27/11/2019 au 30/11/2019
December Sale - Foals

Shamalgan acheté pour la 6e fois à Deauville, entre étalon au Haras de Grandcamp

14/12/2017 - Mercato
C'était l'attraction des 3 étalons qui passaient sur le ring d'Arqana en début de journée ce mardi 12 décembre et le marteau est tombé à 135.000€ pour Shamalgan surnommé affectueusement "le vieux copain" par Arqana. Ce dernier passait en effet pour la 6e fois sur le ring de l'agence. Bonne nouvelle, Shamalgan fera la monte en France en 2018 au Haras de Grandcamp. Source WWW.ECSSO.FR

 

 

Daniel Haeser, le racing manager de l'Ecurie Normandie Pur Sang n'y croyait pas. Il a fait tomber le marteau à 135.000€ pour acheter Shamalgan, et ce pour le compte de Simon Springer. Déjà propriétaire de Dabirsim, tête de liste des étalons de première production, Simon Springer souhaite maintenant placer le cheval au Haras de Grandcamp aux côtés de son crack pour qu'il y fasse la monte dès 2018. C'est un nouveau chapitre dans la vie mouvementée de Shamalgan qui s'ouvre ainsi !

Né en 2007 au Haras des Granges, le fils de Shamalgan et de Genevale (Unfuwain) avait été vendu 80.000€ yearling. Il est alors parti en République Tchèque. Gagnant à 2 ans, placé du Prix de Condé (Gr.3), Shamalgan est revenu en France à 3 ans pour se placer de la Poule d'Essai des Poulains (Gr.1), 3e de Lope de Vega. Gagnant de Gr.2 à Baden pendant le meeting estival, Shamalgan a ensuite été acheté 200.000€ par Prime Equestrian qui l'a envoyé à Dubaï pour le carnaval 2012. L'expérience ne s'est pas bien conclue et hormis une place de Gr.3 dans la Porte Maillot, le cheval repasse sur le ring des ventes de l'Arc 2012 où il est acheté 64.000€ par Hubert Guy. Un mois plus tard, Shamalgan repasse sur le ring pour être revendu 54.000€. En effet, Shamalgan était parti aux Etats-Unis, mais il est revenu " par retour de courrier" sans avoir pu quitter l'aéroport américain, étant positif à la pyroplasmose, cela a d'ailleurs été annoncé à la tribune en ce mardi de décembre 2017.

 


Le très beau Shamalgan quelques secondes avant son passage sur le ring, présenté par Greenfield Consignment


Et c'est sous l'entraînement de Xavier Thomas Demeaulte que la carrière de Shamalgan prend un nouveau départ. Gagnant de Listed à Bordeaux dans le Grand-Prix pour son nouveau propriétaire Ardak Amirkulov, Shamalgan remporte son Gr.1 en Italie et se place au même niveau en 2013. Au cours des deux années suivantes, Shamalgan se consacre à son nouveau métier, celui d'étalon au Haras du Lion. Après une première saison convenable en saillissant 45 juments, l'étalon ne convainc pas lors de sa présentation au Salon des Etalons du Lion du fait d'un physique à son désavantage. C'est ainsi que le cheval repart à l'entraînement et gagne le Grand-Prix de Prague en 2016! Cette année, il intègre le Haras Strelice en République Tchèque chez son propriétaire qui a décidé de le repasser pour la 6e fois sur le ring après les résultats de ses premiers 2 ans cette année.

Les produits de Shamalgan ont en effet brillé sur les pistes. Il y a eu 3 vainqueurs : Aiyana chez Mathieu Palussière gagnante de deux courses dont une classe 2 ; Epic Adventure chez Stéphane Cerulis, gagnante dès sa deuxième sortie ainsi qu'Anima Rock, gagnante et surtout placée du Critérium du Bequet (Listed). Cette dernière, élevée par Mathieu Daguzan-Garros comme son père, a depuis été exportée au Qatar après avoir été achetée 210.000€ à la vente de l'Arc.

 


Le sud-ouest a suivi la vente avec attention. D'ailleurs Jean Biraben et Mathieu Daguzan-Garros, éleveurs du cheval, ont enchéri à plusieurs reprises

 

Source WWW.ECSSO.FR


On en parle dans l'article