Goodwood - le 31/07/2019
The Goodwood Sale
Le Pin au Haras - le 31/07/2019
National de l'obstacle

Kap Rock et Buck's Boum ON FIRE réalisent un triplé

06/03/2018 - Zoom sur
Je suis un étalon et trois de mes fils ont gagné ce lundi 5 mars à Compiègne de très bonnes courses à conditions et je m’appelle Kap Rock. Moi aussi,  mes produits ont gagné dimanche sur trois hippodromes différents dont celui d’Auteuil. D’ailleurs, mon fils Lou Buck’s est resté invaincu et j’ai pour nom Buck’s Boum.
Kap Rock à Auteuil ©APRH
 
L’un est à 2.000€ la saillie, il s’agit de Kap Rock ; l’autre est disponible à 3.000€. Un rapport qualité prix tout à fait exceptionnel, à vous de juger. Dans tous les cas, les deux ont fait parler d’eux ces dernières 48 heures. Commençons par Kap Rock. Né en 2004, cadet, d’un an de Buck’s Boum, et rentré au haras en 2010, un an aussi avant Buck’s Boum, Kap Rock est le frère de Kapgarde, étalon ultra reconnu et de Geos gagnant du Christmas Hurdle (Gr.1) en 2000 pour Nicky Henderson. A 3 ans à l’entraînement chez Guillaume Macaire, Kap Rock a remporté le Prix Lusignan devant les semi-classiques Rescato de l’Oust, Worldbest ou encore Elixir du Berlais. Pascal Noue, son co-éleveur l’a ensuite rapatrié chez lui au Haras de la Hêtraie puis l’a envoyé dans le centre de la France au Haras de l’Abbaye, dans le sud-ouest au Haras de Sorelis avant qu’il ne revienne cette année dans la Manche, à nouveau à la Hêtraie. Jusqu’à l’an dernier, Kap Rock avait sailli 411 juments en 8 saisons soit une moyenne de 51 poulinières par an avec un pic à 79 en 2014.
 
Le grand Sharock associé à Nathalie Dessoutter, gagne le Prix Avranchin à Compiègne ce lundi 5 mars ©APRH
 
De sa première génération est issu le bon Onsaijamais élevé par Terry Amos et Guillaume Macaire, qui l’entraîne, chez Pierre de Maleissye Melun. Hier, ce fils de Romantique Cotte a gagné sa 13ème course, en 20 sorties, dans le Prix Gaston de la Motte à Compiègne. Ce 7 ans est ainsi devenu le 3ème gagnant de la journée sur le même hippodrome de Kap Rock après les succès de l’AQPS Diabolo Forez, élevée par Marie-Caroline Coÿne, dans le Prix Bougie, sa 5ème victoire déjà et le 4 ans Sharock dans le Prix Avranchin dans la première épreuve du jour. Ce pensionnaire de Guillaume Macaire, qui aime soutenir les produits de ses anciens représentants aujourd’hui étalons, reste invaincu cette année après sa victoire de rentrée à Angers le 15 février dernier. Elevé par Pascale Herbin, Sharock en est lui aussi déjà à sa 6ème victoire pour sa 10ème sortie.
 
Diabolo Forez et Geoffrey Ré victorieux dans le Prix Bougie ©APRH
 
Et concernant Buck’s Boum, que dire du meilleur plus jeune étalon de France en 2017 ? Je crois que tout est dit dans la phrase précédente. S’il a donné deux vainqueurs AQPS à Seiches-sur-le-Loir en cross avec Cyclone d’Allen élevé par Bruno Vagne et à Saint-Brieuc sur les haies via Elzillera élevée par André Quesny, le frère de Big Buck’s a aussi brillé à Auteuil ce dimanche pour la réouverture de l’hippodrome de la Butte Mortemart. Son fils Lou Buck’s, élevé par Thierry Cypres est resté invaincu en deux sorties prouvant ainsi qu’il était encore meilleur que lors de ses débuts quand il n’avait pas battu un lot d’exception. Mais déjà l’impression visuelle était là. Acquis par Estève Rouchvarger avant même de débuter sa carrière d’étalon Buck’s Boum est disponible au Haras d’Enki à 3.000€ la saillie en attendant peut-être un vainqueur de Gr.1 pourquoi pas dès cet hiver voire ce printemps de l’autre côté de la Manche. Pour rappel, Buck’s Boum a déjà placé plusieurs de ses fils au plus haut niveau.

On en parle dans l'article