Aujourd'hui : Cheltenham
Cheltenham December Sale

Papa, t’es plutôt haies ou steeple ?

16/12/2013 - Statistiques
Leurs produits s’illustrent-ils plutôt « over hurdles » ou « over fences » ? La sous-division Statistiques et Fantaisies de France Sire étudie ici les performances des rejetons des meilleurs étalons d’obstacle sur la séquence 2010-2013.

Saint des Saints fait un carton sur le steeple-chase: il fait 1 gagnant sur 5 partants en steeple et en cross.

 

Top 10 des Sires d’Obstacle 2010-2013

Classements des étalons dont les produits ont amassé le plus de gains en France*
 
Nom
Gains en KF
Nb de victoires
1
POLIGLOTE
10218
236
2
TURGEON
8029
177
3
SAINT DES SAINTS
6847
191
4
KAPGARDE
6098
220
5
MARTALINE
5645
163
6
BALLINGARRY
4749
169
7
DOM ALCO
4651
154
8
TREMPOLINO
4600
128
9
LAVIRCO
4230
98
10
NETWORK
4219
103
 
* De janvier 2010 au 8 décembre 2013
 
 
En Steeple et Cross
 
Network, une marque de fabrique
 
Leurs produits se sont particulièrement illustrés en Steeple et Cross sur le sol français
 
 
Total de victoires
Total de victoires
En steeple
%
1
NETWORK
103
72
70
2
DOM ALCO
153
98
64
3
KAPGARDE
220
137
62
4
TURGEON
177
106
60
5
LAVIRCO
98
55
56
6
SAINT DES SAINTS
191
106
56
 
Est-ce une surprise ? 70% des succès portant le label Network ont été acquis sur les gros (et très gros) obstacles. Grand producteur d’AQPS et de SFAA, daron de Rubi Ball (8 succès en steeple sur la séquence étudiée, et pas des moindres) et autres Net Lovely, Quart Monde mais aussi de Sprinter Sacre (dont les exploits britanniques ne sont pas pris en compte ici), l’ex-champion germanique, qui n’a jamais sauté de sa vie, caracole en tête de ce classement. Derrière Network, on retrouve des étalons qui avaient eux de sérieux antécédents en obstacle. C’est le cas de Dom Alco (issu de Dom Pasquini) et Kapgarde (2e du Ferdinand Dufaure 2003 sur les « Gros » d’Auteuil). Siglé USA, Turgeon est l’étalon dont les produits ont amassé le plus de gains en steeple en 2012 et 2011. Fils de Konigsstuhl comme Network, le regretté Lavirco (5e de ce classement « à la proportionnelle ») n’est autre que le géniteur du gagnant du Grand Steeple Chase de Paris 2013 (Bel La Vie).
 
 
Poliglote collectionne en haies
 
Leurs produits se sont particulièrement illustrés sur les haies
 
 
Total de victoires
Total de victoires En haies
%
1
POLIGLOTE
236
150
64
2
BALLINGARRY
169
97
57
3
TREMPOLINO
128
70
55
4
MARTALINE
163
83
50
 
Ils forment le jumelé gagnant dans ce classement et ont plus d’un point commun. Poliglote et Ballingarry n’ont jamais franchi une haie en compétition, sont tous les deux issus de Sadler’s Wells et ont remporté à quelques années d’intervalle le Critérium de Saint-Cloud. Tête de liste en haies en 2009, 2010, 2012, le premier cité va conserver son titre cette année.
 
Trois étalons et des coups fins
 
Les meilleurs taux de réussite en steeple et cross (nb de victoires/nb de partants)
 
 
%
1
SAINT DES SAINTS
21
2
POLIGLOTE
18
3
DOM ALCO
16
 
Les meilleurs taux de réussite en haies (nb de victoires/nb de partants)
 
 
%
1
DOM ALCO
16
2
POLIGLOTE
15
3
SAINT DES SAINTS
13
 
Leurs produits présentent les meilleurs ratios dans les deux spécialités. Saint des Saints, Poliglote et Dom Alco sont (était pour ce qui est de Dom Alco) a priori des géniteurs qui visent juste. Probable tête de liste en steeple au terme de cette saison (il avait échoué à moins de 3.000 euros de Turgeon , couronné l’an passé), Saint des Saints atteint une fois sur cinq sa cible avec ses rejetons dans cette spécialité. Si la grande majorité des succès des Poliglote ont été acquis en haies, ceux-ci ont aussi un excellent coefficient de réussite sur les gros obstacles (derniers exemples en date : Polipa, Valban ou Gorvello). De la même façon, s’il est le père d’excellents fences spécialists, le grisou Dom Alco a produit des sujets à son image, à savoir très efficaces en haies.
Prochainement sur ce site, la sous-division Statistique et Fantaisie vous proposera une étude « Tonton, t’es plutôt haies ou steeple ? », consacrée cette fois aux dix meilleurs entraîneurs d’obstacle.
 
 

On en parle dans l'article