Doncaster - du 17/09/2019 au 18/09/2019
September Hit & Yearling Sale
La Teste - le 19/09/2019
Grand Show Anglo
Fairyhouse - du 24/09/2019 au 25/09/2019
September Yearling Sale
Arcadia, Californie - le 25/09/2019
Santa Anita Fall Yearlings
Fairyhouse - le 26/09/2019
September Yearling Sale Part II
Timonium, Maryland - du 30/09/2019 au 01/10/2019
Midlantic Fall Yearlings

La retraite d'Hurricane Fly : destin d'un cogneur

01/09/2015 - Grands destins
Le crack aux 22 Gr.1, Hurricane Fly, a été mis à la retraite par son entraineur Willie Mullins à l'âge de 11 ans. Acquis en France après une victoire de Listed devant Literato, ce crack des haies possédait un tempérament de feu, à la limite du danger. Sa combatitivé, en plus de sa classe naturelle, lui a permis d'atteindre d'obtenir des résultats tout simplement hallucinants, ainsi qu'un niveau de popularité rarement atteint en Angleterre et en Irlande, aux pays des chevaux stars.


Le 25 janvier 2015, Hurricane Fly recevait une ovation extraordinaire de la foule de Leopardstown pour sa 22e victoire de Gr.1, qui allait rester son ultime succès.

En mars 2015, lors de la visite de France Sire TV chez Willie Mullins en Irlande, le maître de l'obstacle est tombé des nues en voyant la photo des deux fans Arnaud Poirier et Lise Hallopé avec Hurricane Fly, oreilles pointées, serein..." Vous avez de la chance qu'il ne vous ait pas mangé ! " Et à notre étonnement, son épouse Jackie de prouver en image les propos de son mari en dénichant dans le fond de son iphone une photo ultra privée de la fesse gauche du grand Willie, profondément marqué par une  violente morsure. " C'était après sa 2e victoire dans la Champion Hurdle de Cheltenham en 2013. Le soir de la course, je suis allé vérifier ses jambes. Je me suis penché en avant et il ne m'a pas raté ! J'ai eu du mal à m'assoir pendant plusieurs jours mais je ne pouvais trop rien lui dire vu ce qu'il venait de gagner..."

 


Celui qui paraît un brave tonton entre ses 2 fans Lise Hallopé et Arnaud Poirier, est en fait un crack mais surtout un lion enragé : Hurricane Fly.


Hurricane Fly ne supporte tellement pas les autres qu'il a toujours du travailler tout seul.


Willie Mullins à l'entrainement

 

Au moment de cette surprenante discussion, Hurricane Fly venait de signer son ultime exploit : sa 24e victoire, son 22e succès de Gr.1 dans l'Irish Champion Hurdle, une épreuve qu'il remportait pour la 5e fois sur l'hippodrome de Leopardstown où, restant invaincu, il recevait une ovation extraordinaire en revenant aux balances sous la selle de son fidèle partenaire Ruby Walsh. En ce 25 janvier 2015, à l'âge canonique de 11 ans, Hurricane Fly montrait un " fighting spirit" incomparable, car il était revenu s'imposer après avoir donné des sueurs froids à ses dizaines de milliers de fans sur l'hippodrome alors qu'il semblait en difficulté au bout de la ligne d'en face sur une piste guère à son convenance. Depuis 7 saisons, il ne courrait que des Gr.1 ! Son palmarès est impossible à détailler tant il est fourni, mais le fait le plus marquant est bien sûr son doublé à Cheltenham dans la Champion Hurdle, qu'il a plusieurs fois manqué à cause de soucis de santé récurrents, mais qu'il a remporté pour son 1e essai en 2011 avant d'y retrouver la victoire en 2013.
 


Hurricane Fly lors de sa dernière victoire, dans l'Irish Champion Hurdle de Leopardstown.

 

On oublie souvent qu'Hurricane Fly, bien qu'élevé en Irlande, au National Stud, pour le compte d'une groupe d'italiens, a couru 10 fois en France sous la férule de Jean-Luc Pelletan et la casaque de Hans-Peter Breitenstein avant son exportation. Il faisait partie de la 3e génération de Montjeu, le champion français. Jean-Luc Pelletan l'avait acheté yearling pour 65.000 € aux ventes Goffs de septembre 2005 en Irlande alors que son père venait de réussir des débuts fracassants avec la révélation de Motivator et Hurricane Run dans sa 1e génération. C'était donc un tarif pas si élevé pour le produit d'un étalon autant à la mode, qui plus est avec une mère par Kenmare, mais une belle somme pour Jean-Luc Pelletan qui n'a jamais eu l'habitude de telles dépenses autour d'un ring.

Mais il faut dire que l'animal en question n'était pas bien beau. Il est d'ailleurs resté assez inélégant, petit avec un dos long comme un jour sans pinte et une attache de reins peu académique. Et un peu fou aussi...voire complètement furieux...jusqu'au bout de sa carrière. Ainsi, même à 11 ans, Willie Mullins était contraint de le faire travailler complètement isolé des autres pour respecter la tranquilité de monsieur...Mais Hurricane Fly, devenu un éminent spécialiste des hurdles sur les courtes distances, possédait une vitesse de base hors du commun déjà démontrée sur le plat.

 


Hurricane Fly lors de sa victoire à 3 ans dans le Prix Omnium II (Listed), sous la selle de François-Xavier Bertras.

 

Ainsi avait-il débuté 2e à La Teste dès le mois de juillet de ses 2 ans, puis remporté une listed en mars de ses 3 ans à Saint-Cloud, l'Omnium II, devant des éléments de la trempe de Literato et Spirit One, futurs gagnants de Gr.1 et étalons en France. 4e du Prix de Guiche (Gr.3), il avait échoué dans les Prix Daphnis et Eugène Adam. Fidèle à sa méthode, son acheteur Willie Mullins l'avait alors importé puis laissé au vert pendant de longs mois. Il a fait l'impasse complète sur une possible 1e saison Outre-Manche, a gagné pour sa rentré en mai à Punchestown avant de remporter le Prix de Longchamp (Gr.3) en 2008 devant Grivette, La Grande Dame et Questarabad.  Devancée par Grivette dans le Prix Alain du Breil (Gr.1), mais devant Quevega, Hurricane Fly n'allait revenir en France ensuite que pour une ultime sortie dans le Prix La Barka (Gr.2), dont il était favori. Mais il a conclu 6e. Au moment de la reprise du travail sérieux chez Mullins, le jour de la rentrée des classes, son entourage a donc annoncé la mise à la retraite du cheval de légende. Cette décision avait failli être prise il y a un an à la même époque, mais finalement Hurricane Fly a fait un baroud d'honneur qui lui a permis de marquer les esprits pour encore plus longtemps.