Aujourd'hui : Deauville
Vente d'Automne
Aujourd'hui : Kill
November Foal Sale 2018 Part 1
Kill - du 22/11/2018 au 23/11/2018
November Breeding Stock Sale 2018
Kill - le 24/11/2018
November Foal Sale 2018 Part 2
Newmarket - le 26/11/2018
December Yearling Sale
Newmarket - du 28/11/2018 au 01/12/2018
December Foal Sale
Newmarket - du 03/12/2018 au 06/12/2018
December Mare Sale
Maryland - le 04/12/2018
Midlantic Winter Mixed

Une des plus vieilles photos de pur-sang au monde : Wild Dayrell

02/10/2015 - Focus divers
Une trouvaille de Yorton Farm, le plus grand haras d'obstacle en Angleterre, chez Teresa et David Futter, publié sur leur facebook : une des plus vieilles photos de pur-sang de l'histoire, celle de Wild Dayrel. Ce champion né en 1852, a été saisi ici à l'âge de 3 ans, juste après sa victoire dans le Derby d'Epsom.


Wild Dayrell, photographié ici en 1855, avec son propriétaire éleveur Francis Popham, qui le faisait entrainer par son reponsable des chevaux de chasse.

L'Angleterre reste la mère des courses ! Alors que le sport des rois y a été crée il y a 400 ans, c'est toujours Outre-Manche qu'on trouve toute la documentation la plus ancienne, écrite, dessinée, peinte, commentée mais aussi photographique. Et les animateurs de Yorton Farm ont ainsi déniché l'une des plus vieilles photos de l'histoire des courses. Il s'agit du crack de l'année 1955, qui venait alors de remporter le Derby d'Epsom. Il était décrit par les obstervateurs de l'époque comme " un cheval  grand, puissant bai d'1,66m, l'un des plus specimens de pur-sang jamais vu jusqu'alors."

Et pourtant ce Wild Dareyll était entrainé par un type qui n'était pas entraineur. Il s'agissait du responsable des chevaux de chasse de Francis Popham, son propriétaire éleveur qui avait d'ailleurs fait naitre son 1e Pur-Sang avec le futur champion. Vendu yearling, mais décevant au printemps de ses 2 ans, il a été racheté par Popham qui l'a donc confié à son fidèle employé Jack Rickaby. Ce dernier, homme des chevaux de chasse mais aussi séduit par les pur-sang, avait fait acheter la mère Ellen Middleton à Popham et convaincu ce dernier de la faire saillir à Ion, le dauphin du Derby 1838, descendant direct en ligne mâle de The Byerley Turk à travers Herod et son fils Highflyer. Wild Dayrell détient aussi les sangs de Godolphin Arabian et Darley Arabian à moins de 7 et 8 générations.

Préparé dans les forêts de l'immense domaine Francis Popham, uniquement en compagnie de poneys et de chevaux de chasse, il gagne d'entrée en octobre de ses 2 ans à Newmarket. Malgré son profil atypique, même si entourage avait acheté de nombreux  "leader" depuis le printemps, il est favori du prochain Derby d'Epsom. Des bookmakers ayant parié sur sa défaite, Popham qui avait déjà repoussé des offres d'achat mirifiques notamment du baron Meyer de Rothschild, résistent aux menaces et pressions, devant faire le ménage dans son personnel, mettre son cheval sous garde, trouver un nouveau moyen de transport après que son "horse box" eut été saboté, et enfin refusé une proposition de corruption énorme. Le cheval a gagné le Derby sans difficulté mais en se blessant à un tendon. Soigné, il n'a recouru que 2 mois et demi plus tard mais a "explosé" dans la Doncaster Cup, ne pouvant même pas finir la course. Il est devenu un étalon convenable, revenant chez son éleveur. Il est tout de même dans le pédigrée de Northern Dancer à la 9e génération.


On en parle dans l'article