Aujourd'hui : Kill
November Breeding Stock Sale 2019
Demain : Kill
November Foal Sale Part 2
Newmarket - le 25/11/2019
December Yearling Sale
Newmarket - du 27/11/2019 au 30/11/2019
December Sale - Foals
Newmarket - du 02/12/2019 au 05/12/2019
December Mare Sale
Doncaster - le 06/12/2019
December Sale

Le Prix du Jockey Club : le bal des débutants

31/05/2018 - Focus divers
Quatre des onze entraîneurs inscrits sur le programme sellent leur premier partant ou presque dans le classique cantilien. Le «French Derby» réunit en général le gratin de l’hippisme mondain et comme pour le bal des débutants nul autre événement mondain n’y ressemble. Par Xavier Bougon.
Fabrice Chappet et Carla O'Halloran selleront tous deux leur premier partant dans le Prix du Jockey Club
PHOTOS APRH
 
 
Deux débutants
Fabrice Chappet et Mlle Carla O’Halloran auront le plaisir de seller leur premier partant dans le Prix du Jockey Club. Si le premier a déjà obtenu par ailleurs quelques lettres de noblesse, la seconde est une pure débutante à ce niveau.
 
Fabrice Chappet est donc un débutant dans ce classique cantilien. Il ne lésine pas sur la quantité ni même sur la qualité : Dice Roll (Showcasing), 3ème de la Poule d’Essai après avoir enlevé le Prix Djebel, Intellogent (Intello, vainqueur de l’édition 2003), vainqueur du Prix de Guiche à Chantilly, Stable Genius (Siyouni), deux fois troisième des Prix La Force et de Suresnes.
 
- Mlle Carla O’Halloran, née en Espagne il y a un peu plus de 30 ans, a débuté par l’équitation à l’âge de 5 ans près de Malaga et de l’hippodrome de Mijas. Passionnée de tout ce qui touche de près ou de loin aux chevaux, elle décrochera une licence de cavalière qui lui permettra d’être tête de liste en Espagne en 2003. Après avoir élu domicile en Italie comme assistante chez Maurizio Guarnieri, elle y décroche un nouveau sacre en 2007. Après quatre années (de 2004 à 2008), elle a l’intention de rentrer au pays, l’Espagne où on ne peut pas dire que les courses « flambent ». Elle décide donc de changer de cap et d’élire domicile sur le centre d’entraînement de Chantilly en 2008 où Alain de Royer Dupré va lui apprendre les rudiments du métier. Elle montera en course en tant que cavalière jusqu’en octobre 2014, date à laquelle une nouvelle vie débute, celle d’entraîneur public. Actuellement, elle a sous sa responsabilité une quinzaine de pensionnaires.
Son pensionnaire candidat au Prix du Jockey Club, Beat Connection (Sixties Icon), n’a débuté qu’au mois d’avril dernier terminant à distance du vainqueur d’une course pour inédit à Longchamp.
 
 
Xavier Thomas Demeaulte et Christophe Ferland
 
 
Deux débutants ou presque
Christophe Ferland et Xavier Thomas-Demeaulte sont deux entraîneurs du Sud-Ouest, l’un exerce à La Teste et l’autre à Mont de Marsan. Ils vont aligner leur second candidat au Derby cantilien, l’un après celui de 2015 (Listan aligné après avoir enlevé un petit maiden à Tarbes) et l’autre après celui de 2003 (Victory Taita aligné après avoir été 3ème du Derby du Midi).
 
Le testerin Not Mine est un fils de Dabirsim, un étalon que connaît bien Christophe Ferland pour l’avoir lui-même entraîné et pour lui avoir fait gagner sous la selle de Lanfranco Dettori le Prix Morny et le Grand Critérium 2011 sous les couleurs de Simon Springer, les couleurs de l’actuelle écurie Normandie Pur Sang. Not Mine avait été acheté yearling à Deauville pour 130.000 €. Présenté par la Haras du Grandcamp et élevé par le Gestut Wittekindshof, il est un petit-fils d’une gagnante du Prix de Diane allemand (Night Petticoat) et un neveu d’un gagnant du Derby allemand (Next Desert) et d’une gagnante du Prix de Diane (Next Gina).
 
Le montois Patascoy est un fils de Wootton Bassett lequel est également le père d’un certain Almanzor, vainqueur du Prix du Jockey Club en 2016. Agé de 47 ans, Xavier Thomas-Demeaulte exerce sur le site de Mont de Marsan depuis fin 2001. Avant de s’y installer, il avait appris à monter à cheval pendant les vacances scolaires chez Roland Kléparski que Christian Bresson (journaliste hippique au Figaro puis permis d’entraîner) lui avait fait connaître. Après ses études, il fait ses classes chez François Doumen puis chez Carlos Laffon-Parias. Ce dernier lui présentera Roberto Cocheteux, l’actuel propriétaire de Patascoy et de l’hippodrome de Séville.
 
Les inédits gagnants
- Deux sarthois ont enlevé le Prix du Jockey Club dès leur première participation. L’un est un ancien sarthois, un élève du Haras du Mesnil et de Maulepaire, Alain de Royer-Dupré, vainqueur en 1984 avec Darshaan et l’autre est un élève d’Alain de Royer-Dupré, Eric Libaud, vainqueur en 2008 avec Vision d’Etat. A cette occasion, il était le premier vainqueur en provenance de la province. Cette année, il n’y aura aucun représentant de l’Ouest ni même de l’écurie d’ADR.
 
- Tout comme il n’y aura pas de représentant de Maisons-Laffitte, un centre d’entraînement vainqueur en 2001 avec Anabaa Blue, entraîné par Carlos Lerner, son seul partant à l’heure actuelle dans ce classique. Le neveu d’Urban Sea permettait à Christophe Soumillon de remporter son second classique après celui de Vahorimix dans la Poule d’Essai.
 
- En 2012, Jean-Pierre Gauvin sellait son premier partant, Saonois, qui sera également son premier gagnant. Son père, Chichicastenango, second d’Anabaa Blue en 2001, est aussi le père de Vision d’Etat.
 
- En 1992, Antonio Spanu sellait son premier partant, un certain Polytain (Bikala, vainqueur en 1981) qu’il avait réclamé quelques semaines plus tôt à Jean-Luc Lagardère, entraîné par François Boutin. Il était monté par un certain Lanfranco Dettori lequel remportait à cette occasion son premier succès dans un Derby européen. Il avait devancé Marignan, l’un des six pensionnaires d’André Fabre aligné dans cette édition.
 
- John-Edward Hammond a sellé quatre partants. Les deux premiers ont été deux gagnants : Suave Dancer et Montjeu en 1991 et 1999.
 
 
L'anglais James Tate sellera également son premier partant dans le Prix du Jockey Club
 
 
Les inédits d’outre-manche
- Du côté des visiteurs, seuls les britanniques l’ont emporté. Cette année, James Tate (fils de Thomas) sellera son premier partant. Le dernier britannique vainqueur, Kevin Ryan, sellait également son premier partant quand The Grey Gatsby devance l’opposition en 2014. Il est actuellement étalon en France au Haras du Petit Tellier.
En 1982, David O’Brien, fils de Vincent, enlevait ce classique avec Assert, propriété de Robert Sangster lequel s’imposait aussi dans le Derby anglais avec Golden Fleece, entraîné par Vincent O’Brien. Fils de la première saison de Be My Guest, Assert était le frère utérin (par Irish Bird) de Bikala, vainqueur l’année précédente.
 
- En 1989, Henry Cecil (pas encore anobli) sellera son premier partant en l’occurrence Old Vic (Sadler’s Wells) qu’il avait supplémenté. Il laissera à 7 longueurs son premier dauphin (Dancehall, fils d’Assert) lequel laissera le troisième (Galetto) à 8 longueurs. L’énorme écart à l’arrivée est encore un record.
 
- En 1995, Celtic Swing devançait Poliglote. Il était le premier partant de Lady Herries.
 
Les maidens gagnants
- Miguel Clément avait hérité en début d’année 1966 d’un poulain nommé Nelcius en provenance de chez Marcel Margot, entraîneur à Bordeaux pour Paul Duboscq. Ce sera son second partant dans l’épreuve classique et son premier gagnant en devançant d’une encolure un certain Bon Mot.
 
- Mme Christiane Head a sellé un certain Bering vainqueur de l’édition 1986. Le fils de Beaune était seulement son second partant après celui de Truculent en 1984.
 
- En 1993, Hernando est le premier gagnant de la famille Niarchos. En 1983, L’Emigrant, premier partant de la casaque, terminera second de Caerleon.
 
- Quant à André Fabre, il faudra attendre son 34ème partant pour voir au palmarès son premier gagnant : Peintre Célèbre en 1997, le premier de ses 4 vainqueurs. Il sellera ce dimanche son 73ème partant (six partants lors de l’édition 1992).
 
- Aidan O’Brien est venu à Chantilly le premier dimanche de juin avec 32 poulains (quatre lors de l’édition 2002 et 2009). Aucun d’eux n’a réussi à franchir le poteau en vainqueur. Second en 2015, Highland Reel est son meilleur résultat.
Son homonyme, Michael-Vincent a attendu l’année 1983 pour enregistrer son premier gagnant : Caerleon était son 4ème partant. L’année suivante Sadler’s Wells termine aux basques de Darshaan dans une édition historique de par la qualité future du trio gagnant.
 
- Il faudra attendre le 14ème partant (depuis 1997) de Jean-Claude Rouget pour voir un de ses élèves battre l’opposition. Le Havre en 2009 inscrit le premier des trois Jockey Club du palois.
 
 
Pascal Bary sellera deux de ses protégés aux très grandes ambitions de victoire
 
 
L’armada Bary-Niarchos-Bouchard
Depuis 2011, aucun pensionnaire de Pascal Bary n’a disputé le «French Derby». Cette année, deux de ses pensionnaires seront au départ dont un petit-fils de Miesque, Study of Man.
 
- En 1988, Pascal Bary alignait le 1er de ses 20 partants, un pensionnaire de Jean-Louis Bouchard, Bricassar. Quatre ans plus tard, c’est avec son 4ème partant qu’il remporte le 1er de ses cinq succès (Celtic Arms, Ragmar, Dream Well, Sulamani, Blue Canari).
Celtic Arms sera le second partant de Jean-Louis Bouchard et son premier gagnant. A l’exception de Sulamani, JLB était partie prenante dans les quatre vainqueurs précités.
 
- En 2002, Sulamani portant les couleurs Niarchos l’avait emporté. Parmi les autres candidats figurait Without Connexion, un pensionnaire de Jean-Louis Bouchard.
 
- Il y a dix ans, en 2008, Pascal Bary termine sur la troisième marche du podium avec non pas un poulain mais une pouliche, Natagora, la dernière candidate à ce jour.
 
La province gagnante
- D’après mes archives, Vision d’Etat était le premier vainqueur du Prix du Jockey Club entraîné en province. Or, il s’avère que, durant le 19ème siècle, le vainqueur de 1862 venait de l’Ouest. Souvenez-vous, il s’appelait Souvenir. Elevé à Saint-Aignan près de Nantes, au Haras des Douze Traits, il était entraîné à Seiches sur le Loir par Charles Baines.
 
- Jean-Pierre Gauvin ne serait pas non plus le premier entraîneur du Centre-Est à s’imposer puisqu’ Arthur Watkins Jr entraînait dans l’Allier en 1891 quand Ermak (propriété de Raoul de Monbel) inscrit son nom au palmarès. Il était entraîneur sur le domaine du Château de Paray, propriété de Jacques d’Estutt, marquis de Tracy pour qui Arthur entraînera par la suite à Saint Germain en Laye. Arthur Watkins n’était autre que le frère de Mathilda, l’épouse du célèbre entraîneur, Henry Jennings puis de George Batchelor (l’entraîneur de Lutteur III).
 
- Depuis la victoire d’Eric Libaud, Jean-Claude Rouget a enlevé le Derby français à trois reprises dont deux consécutivement. En s’imposant, il pourrait écrire une nouvelle page de l’histoire actuelle de ce Derby. Si l’on se replonge à la genèse (1836) de ce classique, les trois premières éditions ont été enlevées par Lord Seymour par trois poulains entraînés semble t’il par Thomas Carter.
 
Notes
Ermak deviendra le père de Satanella, la future mère d’une certaine Saperlipopette.
 
De 2012 à 2014, le Derby d’Epsom a enregistré trois victoires consécutives, celles d’Aidan O’Brien. C’était une première depuis le début du siècle dernier.
 
Trois poulains sont venus de province de 1988 à 1999. Le premier a été Captain Blake, propriété d’Edouard Pouret, entraîné par Dominique Sepulchre puis suivront Fanion de Fête (J.F. Bernard) et Shaka (J.C. Rouget). Depuis le début du présent siècle, 48 arrivaient des régions.
 
 
Dream Well et Croco Rouge offraient le jumelé dans le Jockey Club 1998 à Pascal Bary
 
 
Jumelés gagnants
Le dernier jumelé gagnant d’un entraîneur (Pascal Bary) remonte à 20 ans quand Dream Well et Croco Rouge devancent l’opposition. Le précédent nous ramène à 1951 quand Maxime Bonaventure placent les deux pensionnaires de Jean Stern (Sicambre et Free Man) aux deux premières places. En 1926, Madrigal et Biribi forment le jumelé de l’entraîneur argentin Juan Torterelo.
Quant au jumelé d’un propriétaire, Jean Stern est le dernier en date. Il faut remonter à 1893 pour trouver trace d’un autre jumelé celui des pensionnaires du baron Arthur de Schickler : Ragotsky devance Fousi Yama. Tous les deux sont confiés à son entraîneur particulier, l’anglais de Chantilly, William Webb.
 
Les supplémentés à l’écart
Le dernier vainqueur dont l’engagement a été supplémenté remonte à l’année 2000 c'est-à-dire une édition courue encore sur 2.400 mètres. Y a-t-il une explication ?
Le vainqueur, Holding Court, était entraîné par le regretté Michael-Andrew Jarvis (décédé en 2011) qui sellait ainsi son second partant, le premier depuis 1984.