Aujourd'hui : Fairyhouse
November National Hunt Sale
Ascot - le 16/11/2018
Cheltenham November Sale
Deauville - du 19/11/2018 au 21/11/2018
Vente d'Automne
Kill - du 19/11/2018 au 21/11/2018
November Foal Sale 2018 Part 1
Kill - du 22/11/2018 au 23/11/2018
November Breeding Stock Sale 2018
Kill - le 24/11/2018
November Foal Sale 2018 Part 2
Newmarket - le 26/11/2018
December Yearling Sale
Newmarket - du 28/11/2018 au 01/12/2018
December Foal Sale

Guillaume Macaire : le plus grand entraineur...de vieux chevaux !

09/07/2018 - Focus divers
Alors que la réputation d'entraîneur de jeunes chevaux lui colle à la peau, Guillaume Macaire est sans doute le meilleur spécialiste en France en stats...de sauteurs âgés. Lui qui a déjà gagné avec un cheval de 15 ans, et aligne les succès de tontons et revenants, il explique comment il fait vieillir ses pensionnaires et ramène certains ancêtres disparus de la circulation pendant 2 voire 3 ans ! 


A la fin d'une journée passée sous 35 degrés chez David Lumet, Guillaume Macaire, détendu, évoque son goût méconnu pour les vieux chevaux.

 

Le dimanche 8 juillet, Guillaume Macaire a gagné avec Invincible Fighter à Gémozac. Non pas que ce cheval soit vieux, puisqu'il n'a que 7 ans, mais le truc incroyable est qu'il faisait son retour à la compétition après 3 ans d'absence, n'ayant pas été revu depuis un succès à Vittel le 2 août 2015, soit très exactement 1070 jours d'absence. Un tel retour victorieux doit être record du genre. En fait, depuis le début de l'été, comme tous les ans d'ailleurs sans qu'on y prête attention, Guillaume Macaire ressort de derrière les fagots des ancêtres, des blessés, des combattants mis au repos pendant longtemps, des destins à part. Lui qui a la plume aisée et le verbe recherché, il les appellent les "galbés", ce qui est plus élégant que tordus, pour décrire les chevaux ayant vu leur tendon prendre la forme d'une banane...

 

 
 

 

" Tous les ans au 1er mai, quand mes jeunes chevaux sont en vacances, je reprend des vieux une fois qu'ils ont bien jeté leur poils d'hiver. Ce sont des chevaux qui savent tout faire et certains ne mettent qu'une fois à se préparer. Il y a plein d'histoires différentes mais la plupart ont déjà été galbés, puis soignés avec des méthodes simples et surtout en passant beaucoup de temps au pré en étant bien nourris l'hiver. Je les prends en association avec des amis, et ils ne courrent que les 3 mois d'été avant de repartir au pré. Par exemple, Sententza, un gentil cheval par Manduro qui avait été donné comme cheval de selle à Isabelle Gibaud, la femme de mon maréchal-ferrand de Ségur. De plus, cela me permet de faire monter mes gosses, ce qui est moins facile autrement avec des jeunes chevaux de propriétaires."

 

Résultat de recherche d'images pour "barbara guenet guillaume macaire"
Guillaume Macaire et Barbara Guenet

 

Compagne de Guillaume Macaire, et championne des cavalières en plat comme en obstacle, Barbara Guenet voyage aussi beaucoup à travers la France pendant l'été pour monter les revenants dans les 2 disciplines. Voici quelques exemples de chevaux ressortis par Macaire en ce début d'été 2018 :

 

  • PRINCE DES GABIERS : Agé de 11 ans, ancien vainqueur du Prix Jean Doumen à Auteuil et du Grand Steepe-Chase de Lyon (Listed) en...2012 (!), le fils de Ballingarry a remporté la 15ème victoire de sa carrière de bout en bout dans le Prix Jean de Soras, sous la selle de Bertrand Lestrade le 24 juin à Aix-les-Bains. Lui qui n'a couru qu'à 28 reprises, il a été absent durant 2 saisons complètes, en 2014 et en 2016.
     
  • DIM DUM SPERO : Agé de 10 ans, et revenant après 2 absence, le fils d'Archange d'Or a retrouvé directement la victoire sur le steeple-chase de Gémozac le 24 juin, monté par Kilian Dubourg. Lui qui est arrivé à Royan en 2014 à 6 ans après avoir connu 3 autres entraîneurs auparavant, il devance Cadence d'Estruval, bonne gagnante à Auteuil en 2016, mais revenant après deux années complètes d'absence.
     


Prince des Gabiers à Aix-les-Bains


 

  • SINGAPUR : Fait rarissime parmi sa multitude de victoires, Guillaume Macaire a gagné une course de pur-sang en plat le 1er juillet à Nort/sur-Erdre avec le revenant Singapur, un cheval polonais de 7 ans, pas revu depuis une vilaine chute à Auteuil en décembre 2016, alors qu'il semblait en mesure de gagner un quinté. Le fils de Belenus, acheté en Pologne à l'âge de 4 ans, s'est envolé par 12 longueurs dans le Prix Synergie, une course plate pour chevaux d'âge sur 2500 m réservée aux gentlemen et cavalières, montée par Barbara Guenet.
     
  • BELLUM GERO : Vainqueur de 3 courses consécutives durant l'hiver 2014/2015, dont une à  Pau, ce fils de Limnos a été absent pendant 2 ans et 2 mois. Il est revenu sous la casaque de Martine Crouzillac, de Pompadour, l'été dernier, pour s'imposer lors de ses 2 tentatives à Royan et Nort-sur-Erdre. De nouveau, absent, il a gagné pour sa rentrée à Dieppe en juin 2018, mais vient de conclure 4ème du Grand Steeple-Chase d'Aix-les-Bains dont il était grand favori.
     
  • EJO PRITCHARD : Achetée à 3 ans en Pologne, cette fille de Belenus a gagné à La Teste en 2016 et à Bordeaux en 2017, puis a conclu 2ème du Prix Sapin à Auteuil en septembre. Absente ensuite, elle a été saillie par Nicaron, l'étalon de Guillaume Macaire, ce printemps, et vient de faire sa rentrée, pleine, à Pompadour. Elle termine 2ème, battue d'un nez par Cadeau d'Estruval, son compagnon de boxe.
     
  • SENTENTZA : Fils de Manduro avec une mère par l'américain Forestry, ce poulain né pour le plat a tout de même gagné à 3 ans en 2016 sur le steeple-chase de La Roche-Posay. Après un problème de santé, il a été donné à la femme d'un maréchal-ferrand pour faire cheval de selle. Mais il a dû reprendre du poil de la bête...puisqu'il est revenu à l'entraînement chez Macaire et a gagné pour sa rentrée à Segré le 1er juillet après 2 ans d'absence !
     
  • INVINCIBLE FIGHTER : Tombé en débutant à Pau, ce fils de Nickname a mis du temps à trouver le rythme. Il brise enfin la glace à réclamer à Avignon en mai 2015 à 4 ans, ce qui semble le déclencher car il enchaîne 3 nouveaux succès ensuite à Morlaix et Vittel. Mais il disparaît de la circulation après le 2 août 2015. Sous sa nouvelle casaque, celle d'Alexandra Gourdon, il gagne pour sa rentrée après plus de 1000 jours d'absence !

 

 

 

" Rien ne sert d'insister plus longtemps après l'été" poursuit Guillaume Macaire, " car souvent ce sont des chevaux de qualité moyenne qui ne peuvent pas monter de niveau après qu'ils aient gagné 2 ou 3 courses de suite. Et parfois, ils se retrouvent de nouveau galbés et repartent pour une longue période de repos ! Il y a des exceptions bien sûr, comme Rigoureux. Il a gagné en débutant au mois de mai de ses 3 ans à Nantes et a couru 9 fois cette année là. A 6 ans, il termine 2ème de Princesse d'Anjou dans le Grand Steeple-Chase de Paris. A 12 ans, il gagne pour la 2ème fois le Grand Prix de Mérano, un Gr.1. Il a gagné au total 27 courses et j'en ai encore la chair de poule quand j'en parle."

 

Résultat de recherche d'images pour "rigoureux gran premio merano"
Rigoureux à Mérano.


A titre personnel, Guillaume Macaire ne cache pas souffrir de la réputation injuste de dureté avec les chevaux qui lui a été faite à travers les années. Si ses pensionnaires travaillent beaucoup (mais quel compétiteur peut espérer gagner sans travailler ?), ils ne font vraiment pas de vitesse le matin. Et certains durent plus longtemps que les piles wonder. Ainsi, à Pompadour, un hippodrome qui lui est très cher en Corrèze, il sort tous les été des chevaux d'âge, et même gagné avec des anglos-arabes de 14 et 15 ans !

 


Grey Bird à Pompadour dans sa jeunesse.


Grey Bird à Pompadour...plusieurs années plus tard à l'âge de 14 ans !

 

En 2001, Guillaume Macaire accepte la proposition de la part de Georges Dauvergne de prendre à l'entraînement un anglo nommé Grey Bird, fils de Le Chevreuil. Cela est d'autant plus étonnant que le cheval a déjà 6 ans et que son début de carrière est un désastre. Grey Bird brise la glace la saison suivante pour sa 4ème tentative dans sa nouvelle maison. Il ne quittera plus jamais l'hippodrome de Pompadour où il a disputé 38 de ses 41 tentatives et remporté la totalité de ses 19 victoires. Lors de sa dernière saison, en 2009, à l'âge de 14 ans, Grey Bird s'impose lors de ses 3 sorties et quitte la scène par une victoire d'une tête, toujours en cross, monté par un tout jeune gentleman-rider plein d'avenir, David Cottin.

 


Correzien de la Brunie.

 

Mais il a battu son propre record de longévité avec Correzien de la Brunie, né à 2 pas de l'hippodrome chez Jacques Crouzillac et portant la casaque de Daniel Chabassier. Le fils de Le Corrézien a remporté sa 22ème victoire en 49 tentatives pour ses adieux à la compétition dans un cross le 2 septembre 2012 à l'âge de 15 ans ! " Il faut bien se rappeler que ce cheval avait aligné ses 3 premières victoires à Dax pendant l'été de ses 3 ans, monté par Gaëtan Olivier. Et à 15 ans, remonté par le même jockey, il gagne en cross pour sa dernière sortie. Je trouve cela tout simplement extraordinaire."

 


Correzien de la Brunie blanchit au fur et à mesure des années.

 

Il est de plus en plus rare de voir des chevaux très anciens, vu le rythme des courses très élévé d'aujourd'hui. Mais Pompadour reste un sanctuaire, notamment avec les anglos. " Ces chevaux ont par nature une polyvalence exceptionnelle, ce qui leur permet de s'adapter à toutes les situations à travers le temps. Il y a un bon programme pour eux à Pompadour. De plus, le parcours de cross leur est favorable, car il est très technique. Il faut sauter souvent et très gros. Cela exige du fond, et de l'agilité, ce qui est en faveur des chevaux d'expérience."

 

 

NOTE : LES PLUS GRANDS PAPYS DE L'HISTOIRE

Selon les souvenirs de Guillaume Macaire, qui détient la collection la plus complète possible sur tous les livres et magazines publiés sur les courses depuis plus d'un siècle, le plus vieux vainqueur connu en course officielle est Nabot, un fils de Le Gallo et Nanette par Braken, qui s'est imposé à l'âge de 18 ans ! Il était monté par le légendaire Colonel Bernard Marlin, le père de Thibault Marlin. Par ailleurs, on se rappelle d'un certain Morbleu, fils de Point Bleu, qui a gagné à l'âge de 17 ans, tout comme Gigival. Mais cela remonte aussi aux calandes grecques. Un peu plus récemment, la jument de cross Ladyx a gagné à Nuillé-Sur-Vicoin à l'âge de 14 ans en 1991. L'inoubliable Teri (Pot d'Or et Gérisandre) a remporté son 26ème succès à Compiègne à 15 ans en 2000. Hobby du Quartier a quant à lui gagné sa 21ème victoire à 14 ans à Senonnes en 2009, tout comme Ferjo, autre pensionnaire de Jean-Charles Berdoll, qui a gagné à Lignières à 14 ans en 1992. Autre spécialiste des vieux chevaux d'âge, Gilles Chaignon a gagné avec Vanidor à 14 ans à Corlay en 2001 a pris, au même âge en 2004, la 3ème place du Grand Cross de Pau (Listed) avec Corval, le plus vieux black-type de l'histoire des courses ! 

 

 

Avant Corezien de la Brunie, le dernier vainqueur de 15 ans en France en 2009, le cas avait eu lieu en 2007, sur le cross prestigieux du Lion d'Angers. Agé de 15 ans, Elariac (Sarpedon) remporte de bout en bout le Prix de Géné pour gentleman-rider. Il offre alors son 1e succès pour sa toute 1e tentative à son jeune cavalier Angelo Gasnier, né seulement quelques mois avant son cheval ! Il devançait ce jour là un autre gamin...David Cottin. Elariac était le dernier champion (14 victoires) de Georges Bonsergent, légende vivante des courses dans le canton du Lion d'Angers, détenteur depuis plus de 50 ans d'un parcours d'obstacle sur le gazon à Grey-Neuville, sur lequel tant de futurs champions, dont Jacques Ricou, ont fait leur premières armes.

 

 

Enfin, tout dernièrement, Quantz s'est imposé sur le cross de Corlay le 16 juin 2018, de haute lutte, à l'âge de 14 ans. Le pensionnaire de Xavier-Louis Le Stang s'imposait de haute lutte au dépend de l'ancien classique d'Auteuil Pindare, entrainé désormais par...Guillaume Macaire !