Demain : Timonium, Mayland
Midlantic Two Year Olds in Training
Doncaster - le 21/05/2019
Spring Store Sale
Doncaster - du 22/05/2019 au 23/05/2019
Spring HIT/P2P Sale
Fairyhouse - le 24/05/2019
Tattersalls Ireland Goresbridge Breeze-Up Sale
Ascot - le 30/05/2019
Cheltenham May Sale
Baden-Baden - le 31/05/2019
Frühjars Auktion

Retour sur l'AG de la Fédération des Eleveurs

02/04/2019 - Focus divers
Dimanche, en marge des élections de la Fédération des éleveurs, la dernière Assemblée Générale de la mandature actuelle se tenait au 4ème étage des tribunes d’Auteuil, dans le Salon Ucello II. Retour sur ces 2 petites heures de partage avec quelques points notables.  

 

Loïc Malivet, Président actuel de la Fédération, a pu nous faire part des différents chiffres et tendances au regard du dernier exercice.

 

Il en ressort une satisfaction quant au nombre d’adhérents grandissant (95 nouveaux adhérents ont été comptabilisés), prouvant un certain intérêt envers cette fédération, comptabilisant environ 200 adhérents actifs. Au cours de cette mandature, la communication est devenue plus importante, notamment, au travers des différents supports que la période actuelle propose. Les réseaux sociaux, entre autres, qui, utilisés à bon escient, sont un vecteur important pour la promotion de notre secteur.
 
  • Apparu ces derniers mois, l’épisode de grippe équine a pu mettre en évidence l’efficacité du RESPE (constitué de 700 vétérinaires). 
  • Malgré la perte d’enjeux des 5 dernières années (1 milliard et demi au final), une réelle positivité émanait de cette réunion.
     
  • Les recettes de la Fédération, en baisse par rapport à 2017, essentiellement dues aux baisses des primes à l’éleveur (46k€), sont, malgré tout, meilleures que celles budgétées.
     
  • 25k€ ont été reportés, pour la refonte du site internet.
     
  • Concernant le Gala de l’Elevage, un retour positif a été, dans l’ensemble, reçu (pour rappel, celui-ci s’est tenu, durant les ventes Arqana de décembre, sur l’hippodrome de Clairefontaine), malgré une dépense de 10k€ supplémentaires par rapport aux années précédentes. Quelques améliorations y seront apportées cette année (sono, par exemple), mais l’essai fut concluant.

     
  • En guise de conclusion concernant les chiffres, la situation comptable de la Fédération est bonne, en excédant de 68k€.
     
  • Avant de laisser une part importante de l’Assemblée Générale au Docteur Gadot, M. Colombu émettait la volonté de voir passer le mandat de 4 à 5 ans, décision qui sera prise, ou non, avec le nouveau comité élu. Loïc Malivet, quant à lui, nous présentait le nouveau Directeur de la Fédération, Luc Kronus, en place depuis le milieu de la semaine, un poste laissé vacant depuis quelques mois, suite au départ de Constance Popineau.
     
  • Luc Kronus, 37 ans, passionné de courses depuis son plus jeune âge, fils de propriétaire-éleveur de trotteur, a commencé par travailler à la Direction Technique du Trot, avant de rejoindre  France Galop, et notamment, la direction « Programmes et Régions ». Sa mission, au sein de la Fédération, est basée sur le bien être animal, ainsi que la continuité du développement de la communication.
     
  • Le Docteur Gadot prenait ensuite la parole, axant ses allocutions sur 2 points importants à ce jour : le BREXIT et l’épidémie de grippe équine.
     
  • Le Brexit étant un sujet « brûlant » actuellement, les anglais n’arrivant pas trouver un réel accord, les propositions, issues d’un travail enclenché depuis 2 ans entre français, anglais et irlandais, stagnent, inévitablement. Le projet de maintenir la libre circulation des équidés entre les 3 pays est sur toutes les lèvres. Cela dure depuis 40 ans, sans avoir rencontré de problème, pourquoi remettre cela en cause ? Le réel effet, si la Grande-Bretagne sortait de l’Europe, avec la mise en place de contrôles aux frontières, les solutions ont, bien évidemment, étaient envisagées. Malgré un refus de l’Europe, un travail a été établi avec le Port de Dieppe pour la mise en place d’un Poste d’Inspection Sanitaire Frontalier, qui occasionnerait des files d’attente, malheureusement, relativement importantes, mais cette solution semble être la plus viable.
     
  •  La grippe équine, apparue mi-décembre en Europe et étendue par la suite semble être canalisée. Sur le site de Lamorlaye, 9 établissements ont été touchés (sur 114), 2 d’entre eux restent sous surveillance, cette dernière pouvant, semble-t-il, être levée durant cette semaine. Ces 9 établissements, situé dans un rayon de 550m, ont été touché à hauteur de 10% de leur effectif, et un système de décalage d’horaires de sorties des chevaux a été mis en place pour assurer la non contamination des autres établissements. Le Docteur Gadot souligne, par ailleurs, la bonne réaction des entraîneurs à la déclaration de leurs cas, via le RESPE et le professionnalisme dont a fait partie le personnel des pistes, présent malgré ces horaires décalés. Mme Criquette Head, entre autre, souhaiterais, malgré tout, que la déclaration des cas de virus ne soient plus anonyme, comme à l’heure actuelle.
     
  • La grippe a également touché le centre d’entraînement de Moulins, où, la quasi-totalité du centre est sous surveillance.
     
  • A ce sujet, Quid du Point to Point de Château-Gontier, le 4 mai prochain ? France Galop travaille étroitement avec les organisateurs de cette manifestation en les accompagnants pour que tout se passe le plus sereinement possible.
     
  • Concernant les courses de Poneys qui reprennent cours avec la réouverture de la province, le Docteur Gadot, associé à Loïc Malivet, confirment que les contrôles sont déjà effectués.
     
  • Aliette Forien, Présidente de l’association « Au-delà des pistes » remercie la Fédération du versement des 9500€, pour son soutien. Depuis la création de cette association, en 2016, environ 300 chevaux ont trouvés une reconversion.
     
  • Pour conclure, Jean Biraben rappelle une demande formulée l’an passée concernant la suppression des primes à l’éleveur, passé 6 ans. Son souhait étant de baisser d’1% la prime plutôt que la pure et simple suppression de celle-ci. Loïc Malivet annonce que le dossier sera rouvert à la discussion, avant l’été.
     
  • L’Assemblée Générale se terminait ainsi, devant une quarantaine de convives (la période des poulinages n’étant pas propice au rassemblement) et permettait, à tous, de se retrouver autour d’un buffet, enclin à divers partages et discussions, toutes régions confondues.