Demain : Lexington, Kentucky
The October Sale
Demain : Kill
Autumn Yearling Sale
Deauville - du 22/10/2019 au 25/10/2019
Vente de Yearlings d'Octobre
Kill - le 22/10/2019
Autumn HIT Sale
Doncaster - le 24/10/2019
Autumn Hit & Yearling Sale
Newmarket - du 28/10/2019 au 31/10/2019
Autumn Horses In Training 2019
Maisons-Laffitte - le 31/10/2019
100% Obstacle

Les Poules d'Essai de Cheikh Mohammed Al Maktoum

10/05/2019 - Grands destins
 Le plus grand propriétaire du monde, Cheikh Mohammed Al Maktoum peut espérer remporter les deux Poules d'Essai 2019 à ParisLongchamp avec le grand favori Persian King chez les poulains et la supplémentée Castle Lady chez les pouliches, également sous la bannière de Godolphin. A 69 ans, l'Emir de Dubaï a connu une grande réussite chez les mâles depuis sa 1ère victoire en 1987 avec Soviet Star qui portait sa casaque personnelle. Mais il n'a encore jamais brillé avec une femelle ! Une histoire racontée en partenariat avec France Galop.


Cheikh Mohammed Al Maktoum en 1987, lors de sa 1ère victoire de Poule d'Essai avec Soviet Star.
 

 

Apparu sur les hippodromes en Angleterre, à la fin des années 70 en compagnie de ses frères, Cheikh Mohammed Al Maktoum a déclenché une véritable déferlante dans l'hexagone dans les années 80. Lui qui a fait ses études supérieures chez la Reine Elizabeth II, ce passionné de courses, leader de sa fratrie en ce domaine, a toujours accordé une certaine priorité pour ses intérêts hippiques Outre-Manche. Après avoir acquis son tout premier haras près de Newbury en 1981, c'est à Newmarket qu'il a installé ses quartiers généraux tant pour l'élevage, à Dalham Hall Stud, que pour l'entraînement. Au fur et à mesure, Cheikh Mohammed a étendu ses intérêts hippiques sur toute la planète, avec des haras acquis en Irlande, aux Etats-Unis, en Australie et même au Japon, où il est le seul et unique étranger à avoir pu s'implanter dans ce pays particulièrement fermé. Toutefois, Darley n'a jamais investi dans un haras en France, confiant son parc étalon à Julian Ince au Haras du Logis. Cela ne l'a pas empêché d'envoyer de très nombreux élèves tous les ans à l'entraînement en France, chez de nombreux entraîneurs mais majoritairement chez le leader André Fabre.

 

 


Soviet Star, monté par Greville Starkey, remporte la Poule d'Essai des Poulains 1987.

 

Ce dernier, sacré meilleur entraîneur de plat en France sans discontinuer depuis 25 ans, lui a offert sa 1ère victoire de Poule d'Essai avec Soviet Star en 1987, quelques années seulement après que sa casaque personnelle, grenat et blanche, soit apparu sur les programme. Cheval de course formidable, Soviet Star avait gagné la course préparatoire, le Prix de Fontainebleau (Gr.3), que vient également de remporter Persian King. Il a ensuite enlevé le Prix Jean Prat (Gr.1), les Sussex Stakes (Gr.1), le Prix de la Forêt (Gr.1). Toujours aussi bon à 4 ans, il a gagné la July Cup (Gr.1) sur 1200 m et s'est permis de battre la reine Miesque dans le Prix du Moulin de Longchamp (Gr.1), associé à Cash Asmussen, le 1er jockey de Fabre à l'époque. Notons toutefois qu'à 3 ans, Soviet Star était monté par Greville Starkey, car on était à une époque où les riches propriétaires préféraient souvent faire venir des jockeys anglais alors jugés supérieurs aux français et surtout plus durs à la lutte. Alors âgé de 48 ans, Greville Starkey était un très grand jockey titulaire de 2000 victoires, mais qui, l'année précédente, avait laissé bien malgré lui un souvenir impérissable en perdant un Derby d'Epsom imperdable en selle sur le crack Dancing Brave, énorme favori de la course, revenu du dernier rang pour n'échouer que d'une demi-longueur face à Sharastani. Après sa carrière de course, Soviet Star s'est installé en grande pompe à Dalham Hall en 1988. Il n'y a pas donné les résultats attendus et est parti au Japon en 1995 avant de revenir en Europe, en Irlande à Ballylinch Stud, où il a vécu en compagnie de sa chêvre Bertie jusqu'à sa mort à 30 ans.

 

Résultat de recherche d'images pour "shamardal poule d'essai"
Le futur grand étalon Shamardal arrache la victoire en 2005 face à Indesatchel et Gharir, qui eux n'ont jamais rien fait au haras.

 

Après Soviet Star, Cheikh Mohammed est remonté sur le podium de la Poule d'Essai des Poulains avec Vettori monté par Frankie Dettori en 1995. Le fils de Machiavellian portait la casaque de l'écurie Godolphin créée l'année précédente, pour l'entraînement du méconnu Saeed Bin Suroor, ancien policier à Dubaï qui s'était retrouvé soudainement à la tête d'une véritable armada. Vettori est devenu un étalon respectable, qui a beaucoup voyagé entre la France, la Nouvelle-Zélande, l'Australie et le Brésil avant de finir sa carrière au Haras de Montaigu. La même équipe s'est imposé avec Bachir en 2000, mais celui-ci a été un véritable échec au haras, au contraire de Shamardal, lauréat de l'édition 2005. Ce fils de Giant's Causeway a même enchaîné sur le Prix du Jockey-Club, pour la 1ère année où le classique cantilien se disputait sur 2100 m. Puis il est devenu un étalon très améliorateur, père notamment de Lope de Vega qui a réussi le même doublé Poule d'Essai / Jockey-Club en 2010, mais sous la casaque allemande de Gestut Ammerland.

 


Persian King qui s'envole dans le Prix de Fontainebleau (Gr.3) Photo APRH

 

Le temps passe vite et Cheikh Mohammed espère bien retrouver le chemin du succès avec Persian King, un petit neveu de Peintre Célèbre par Kingman, élevé par la famille Wildenstein, acquis au cours de l'hiver et considéré comme un crack sur les pistes de Chantilly puisqu'il est resté à l'entraînement chez André Fabre. Cela témoigne d'ailleurs du changement radical de stratégie par rapport à l'époque où tous les bons 2 ans partaient l'hiver à Dubaï chez Bin Suroor, avec pour conséquence une faiblesse de résultat spectaculaire par rapport à la qualité des chevaux recrutés. Le chef de Dubaï pourra aussi compter sur Munitions, également entraîné par André Fabre et qui vient de s'imposer dans le Prix Djebel (Gr.3).

 


Castle Lady remporte le Prix de la Grotte (Gr.3) : photo APRH.

 

Chez les Pouliches, l'histoire est totalement différente car Cheikh Mohammed continue de courir après un 1er succès dans ce classique pour femelles, tandis qu'il a vu ses deux frères aînés décrocher des médailles d'or, Hamdan avec Ta Rib en 1996, puis son frère aujourd'hui défunt Maktoum Al Maktoum avec Always Loyal en 1997 et Musical Chimes en 2003. Il est passé tout près de la gloire avec Firth of Lorne à une longueur de Zenda en 2002 et avec Maiden Tower, dauphine de Musical Chimes l'année suivante. Nous étions alors à la grande époque où Alex Pantall alignait les succès avec les pouliches de 3ème couteaux de Darley, envoyée à l'entraînement à la "campagne" pour tenter de briser la glace dans les hippodromes de sous préfecture, mais dont certaines devenaient des vedettes parisiennes. Cette histoire a connu son aboutissement lors du succès de West Wind dans le Prix de Diane, d'ailleurs le 1er Gr.1 de l'entraîneur de Beaupreau. Et pourtant, ce triomphe a été le prélude...à une séparation de près de 10 ans ! Les deux hommes se sont retrouvés récemment et Pantall a repris le cours des victoires et des révélations au meilleur niveau. Et c'est ainsi qu'il essaiera d'offrir sa 1ère Poule d'Essai des Pouliches avec l'invaincue Castle Lady, la nièce de Raven's Pass (Breeders'Cup Classic) par l'omniprésent Shamardal, qui a été supplémentée suite à son succès dans le Prix de la Grotte (Gr.3).