Aujourd'hui : Deauville
Vente de Yearlings d'Août
Aujourd'hui : Deauville
Darley Prix Morny
Ascot - le 20/08/2019
Ascot August Sale
Deauville - le 20/08/2019
Vente de Yearling V2
Doncaster - du 27/08/2019 au 28/08/2019
Premier Yearling Sale
Doncaster - le 29/08/2019
Silver Yearling Sale
Baden-Baden - le 30/08/2019
Jährlings Auktion

Jean-Luc Couétil : visite vidéo guidée d'un des meilleurs élevage AQPS en France

16/09/2014 - Focus éleveurs
Travaillant en étroite collaboration avec son frère Alain, Jean-Luc Couétil a développé un des plus puissants élevage d'AQPS depuis 15 ans, depuis sa base de la Manche, près d'Avranches. Habituel homme fort du Show du Lion d'Angers, il a de nouveau triomphé en étant champion suprême avec le 75 Capeland (Poliglote), tandis qu'il présentait aussi le dernier produit d'Honey par Poliglote et une nièce de Batouna (Prix Richard de Gennes 2014) par Apsis, ce jeudi 18 septembre sur l'hippodrome de l'Isle-Briand. France Sire TV lui a rendu visite dans ses prés. Jean-Luc Couétil vous livre son histoire et ses visions d'avenir.

 

Le nom de Couétil sonne tellement familier dans le monde du cheval qu'on finit par se demander d'où il vient. Le plus célébré d'entre-eux, René Couétil, star des années 60, éleveur, entraineur et cavalier de génie, disparu tragiquement en course, a un prix en son nom à peu près sur tous les hippodromes d'obstacle en France. Son frère Jean était le roi de Pau, sa fille Andrée, mariée à Jacques Cyprès, poursuit l'oeuvre paternelle avec la réussite que l'on sait. Tout ce beau monde vient d'un canton de la Manche, à Avranches, à 2 pas du Mont-Saint-Michel. Avec 12 enfants, le grand-père a essaimé le gout du cheval sous toutes ses formes dans les veines de dizaines de descendants, parmi lesquels l'éleveur de Flambeau C, médaille d'or aux Jeux Olympiques de Séoul 1988 à l'âge de 17 ans. Aujourd'hui, alors que son frère Alain Couétil s'est imposé à Senonnes comme l'un des meilleurs entraineurs de France, Jean-Luc Couétil a repris le flambeau des courses dans la ferme familial transformé en Haras du Brem, à Plomb à quelques mètres de la petite maison où les 12 enfants Couétil sont nés.

 

Jean-Luc et Alain Couétil sont réunis autour de Capeland lors de son couronnement comme champion suprême du Show AQPS du Lion d'Angers 2014. Il sont entourés par Sylvain Martin (Ecurie Seconde Chance), Yann Poirier (Pdt de l'Association AQPS Ouest), et le jury de prestige composé d'Eric Hoyeau (Arqana), Emmanuel Viaud (Osarus) et Tom Rudd (Tattersalls Ireland).

 

Jean-Luc Couétil avec ses foals nourris dans les parcs sélectifs.

  

" La souche que nous avons développé avec Alain provient d'une jument unique de base, Déesse IV (1969), une fille d'Or de Chine née chez J. Alligier dans le Centre, que notre voisin Jean-Pierre Aumont avait ramené chez lui. Alain, qui avait environ 20 ans à l'époque, montait chez Jean-Pierre Aumont et appréciait beaucoup cette jument, qu'il a pu récupérer ensuite en cours de sa carrière de poulinière. Nous avons gardé chacun une de ses filles, Olchany pour Alain et Pontiany pour moi, pour nous lancer dans l'élevage avec ces 2 branches, que nous avons toujours conservées."

Impossible de citer tous les bons chevaux nés de cette souche tant ils sont nombreux. D'Olchany descendent pêle-mêle Honey et ses fils Ograndy, Quarouso, So Young et Upazo, mais aussi Perenny, Tokana, Sweeny, Ubriska, Toady, Uxina, Uzary, Adula, Tamara, Urano et l'impressionnant Virtuose, vainqueur du Grand Prix des AQPS de Clairefontaine 2014. Du côté de Pontiany, on retrouve Biandy, Nadover, Anixia, Queissa, Toostrong, Parker, Rydalis, Upsie, Adjie et Batouna (Enrique), une 3 ans qui vient de s'imposer dans l'important Prix Richard de Gennes à Craon.

L'élevage a monté en puissance depuis le début des années 2000. Non seulement la gamme de saillies a très sensiblement augmenté, mais aussi Alain s'est installé entraineur à Senonnes et prend en charge toute la production. " C'est évidemment un gros avantage pour nous deux. Nous avons gagné en compréhension de nos chevaux et en patience dans leur exploitation grâce au fait que nous avons construit un circuit complet dont nous maitrisons toutes les étapes. Chacun de nous a son rôle. Alain gère l'entrainement et je gère l'élevage. On s'accorde chacun une totale confiance, on se facture chacun nos prestations et tout cela est très bien équilibré. "



Les 2 frères ont des points communs frappants, à commencer par la voix car ils parlent exactement de la même façon, avec les mêmes expressions et intonations. Jean-Luc est d'un calme olympien, un éleveur manifestement heureux de vivre, ce qui fait plaisir à voir dans une France morose. Patient, il perpetue une tradition familiale mais ne s'enferme pas du tout dans une routine ancestrale. " Le domaine a la particulité d'être d'un seule tenant, avec des terres grasses et humides, des 2 côtés d'une vallée au milieu de laquelle coule une petite rivière. Nous pouvons adapter nos herbages selon les saisons et les types de chevaux. Et je fais tout mon fourrrage. J'ai des bovins, des porcins et des céréales mais de plus en plus, je spécialise ma ferme dans les chevaux. C'est pour cela que j'ai repris 20 hectares touchant à ma propriété tout en haut de la vallée, et j'y ai refait les écuries et les clôtures. 

 

 

Et je tiens à préciser qu'à côté de l'élevage AQPS familial, je prend des juments PS en pension à l'année, une quinzaine actuellement notamment à M. Maggiar et Cerutti), ainsi que des chevaux au repos. Mon objectif est de devélopper le haras dans sa vocation commerciale, avec également une vraie cour d'étalons." La 1e expérience a eu lieu de façon quasi privée avec Mister Tullio, qui a donné naissance à Anixia, lauréate du Show AQPS du Lion d'Angers à 2 ans en 2012 avant de s'imposer dans le Prix de l'Isle-Briand, le Derby des AQPS du Lion durant l'été suivant. A l'automne 2013, Jean-Luc Couétil a acquis avec Audouin Maggiar et Hervé d'Armaillé l'étalon Special Kaldoun lors de la ventes France Haras du Haras des Bréviaires. " Ce cheval bien connu qui a commencé la monte à Cercy avait eu des bons résultats avec ses 1e générations AQPS tout au long de la saison. On a revu pas mal de vainqueurs durant l'été 2014, dont Veguero qui a gagné le Prix Paul Colins aux Sables d'Olonne pour Philippe Chemin. Je voulais prendre un cheval de bon caractère pour tester ma capacité à créer une vrai cour d'étalons dans un futur proche, car je pense qu'il y a de la place pour cela dans la région."

LES SOUCHES COUETIL AU SHOW AQPS OUEST 2014

  • 12 : foal femelle par Sageburg et Infancy (Highlanders). Soeur de Perenny, Shifa, Tokana. Elle est présenté par Mylène Peltier, la belle-fille d'Alain Peltier (Pdt du Lion d'Angers), à qui la jument a été confiée.
     
  • 27 : foal femelle par Poliglote et Sweeny (Lavirco), gagnante de 2 courses, soeur d'Ubriska. Famille d'Ograndy, etc...
     
  • 39 : foal femelle par Apsis et Tipora (Sunshack), gagnante, soeur d'Upsie (Prix Jacques de Vienne) et Batouna (Prix Richard de Gennes 2014 à Craon), nièce de Parker.
     
  • 59 Cedilla: 2 ans femelle par Poliglote et Honey, mère d'Ograndy, Quarouso, So Young et Upazo. Elle sera l'un des vedettes, sinon la vedette du Show au moins en terme de pédigrée.
     
  • 66 Carabask : 2 ans hongre par Irish Wells et Qualanke (Sassanian), bonne jument de souche de Jacques Cyprès qui a été entrainée par Alain Couétil et que le Haras du Brem présente pour l'Ecurie Cerdeval (M. Cerutti) qui confie des chevaux à l'élevage à Jean-Luc Couétil.
     
  • 74 Capeland :  2 ans hongre par Poliglote et Neiland (Cyborg), mère de Tamara, Urano et Virtuose. CHAMPION SUPREME
     
  • 83 Chambard : 2 ans hongre par Gris de Gris et Regina Park (Cadoudal), une jument entrainée par Alain Couétil venant de l'élevage de Jacques Cyprès, présentée pour le compte de l'Ecurie Cerdeval.

     

Femelle d'Apsis et Tipora (soeur de Batouna), inscrite au Show AQPS Ouest du Lion d'Angers 2014 (lot 39)

 

Voir le passage du lot 74, par Poliglote et Neiland, sacré champion suprême du Lion 2014.

 

Voir le passage du lot 59, dernier produit d'Honey par Poligote.

 

C'est de la petite partie droite de l'ancien presbytère de la commune de Plomb d'où vient toute la famille Couétil, dont le grand-père a eu 12 enfants.

 


On en parle dans l'article