Kill - du 12/08/2020 au 13/08/2020
Land Rover Sale Part 1 - Lot 1 à 276
Kill - du 12/08/2020 au 13/08/2020
Land Rover Sale 2020 Part 2 - Lot 277 à 532
Fairyhouse - du 18/08/2020 au 19/08/2020
Derby Sale
Fairyhouse - le 20/08/2020
May Store Sale

Texas de Lauzat, le retour de l'Anglo-Arabe de courses chez le maître Gallorini

28/07/2020 - Actualités
Légende vivante des courses d’obstacles en France avec plus de 180 victoires de Groupes à son actif, Jean-Paul Gallorini gère aujourd’hui un effectif d’une dizaine de chevaux dans son écurie de Maisons-Laffitte, dont fait partie Texas de Lauzat, une pouliche élevée par Caroline Marischael, artisan-joaillière de profession, et issue de son étalon maison, l’atypique Itak de Lauzat. 

Texas de Lauzat, nouvel élément Anglo-Arabe entraîné par le maître de Maisons-Laffitte, Jean-Paul Gallorini (©Marc Ausset Lacroix)

 

 

Toujours installé sur le centre d’entraînement de Maisons-Lafitte, qui reste, et restera à jamais, le cœur historique des courses de chevaux en France, Jean-Paul Gallorini, légende vivante des courses d’obstacle en France, a fortement réduit la voilure en terme d’effectif depuis l’an dernier et gère aujourd’hui une petite dizaine de coursiers seulement. Des « purs », bien sûr, mais également un Anglo-Arabe, une race qu’il n’est pas usuel de voir en périphérie parisienne et qui a, par le passé, bien réussi à ce disciple d’André Adèle, admiratif de ces chevaux au grand coeur et doués d’une prodigieuse agilité à l’obstacle. En effet, Texas de Lauzat, une femelle de 4 ans par le méconnu Itak de Lauzat, fait partie des protégés du maître entraîneur à l’heure actuelle. Et qui de mieux que son éleveuse pour nous raconter cette histoire, Caroline Marischael, artisan-joaillière de profession ayant repris l’affixe « de Lauzat » en l’honneur de sa « tante, qui gérait un bar-restaurant-boîte de nuit à Lauzat, dans la Haute-Vienne, en plus d’élever des ânes et des chevaux dans une vieille ferme du XIème sicèle ».

 

Caroline Marischael, l'éleveuse de Texas de Lauzat (©Le Parisien)

 

« La grand-mère de Texas de Lauzat, Quissia de Lauzat, était une fille de Votez Bien, un étalon Anglo-Arabe élevé par une grande famille d’éleveurs, celle des Dumont Saint-Priest, dans le Limousin. Je l’ai ensuite croisé avec Ultan, un excellent cheval de concours et très bon reproducteur, afin de pouvoir ensuite avoir un Anglo-Arabe à mon tour et sortir en concours hippique avec lui. Cela n’a pas du tout marché, ce dernier, Itak de Lauzat donc, m’ayant vite fait comprendre que ce n’était pas une discipline pour lui ! Comme je suis installée à Saint-Germain-en-Laye, à deux pas de Maisons-Lafitte, et que je connaissais très bien Francis Alloncle, ancien gentleman et permis d’entraîner qui m’a fait monter en tant que cavalière, je me suis rendue chez lui, sur le centre d’entraînement, avec mon Itak et Francis l’a placé derrière un lot pour faire un galop avec eux. Il avait l’air d’aimer ça et sur les conseils de mes amis Xavier Hondier, que ma marque Casaque d'Or sponsorisait lorsqu'il était jockey, et Thierry Berthelot, j’ai décidé de le garder entier et de le mettre à la reproduction, tout cheval Anglo-Arabe encore entier étant agréé automatiquement pour saillir. Il est donc allé à la rencontre de Bal de Foire, la mère du bon Lamego (5 vict. et 36 places, notamment deuxième du Prix Léon Rambaud, Gr.2 à Auteuil), appartenant à Françoise et Jorge Dias avec qui j’ai énormément sympathisé et dont l’union a donné Texas de Lauzat ».

 

Itak de Lauzat, le père de Texas de Lauzat (© Marc Ausset Lacroix)

 

Après avoir été débourrée par Caroline Marischael elle-même, ayant fait ses classes dans la filière comme cavalière de courses mais également de sport équestre en plus d’un diplôme d’inséminateur équin décerné par le CEZ de Rambouillet, Texas de Lauzat est arrivée récemment dans les boxes de Jean-Paul Gallorini, entraîneur en qui l’artisan-joaillière éprouve admiration et respect. « C’est un ami gentleman, Bernard de Chevigny, qui m’a présenté à M. Jean-Paul Gallorini, chez qui je monte 4 à 5 fois par semaine à présent. Un professionnel que je respecte énormément de par son engagement à défendre Maisons-Laffitte, tout comme moi, ainsi que par son sens de l’organisation, sa rigueur quant à la sécurité des hommes et des chevaux mais surtout pour son œil de maître, capable de déceler le potentiel de chaque cheval en prenant son temps et en le respectant. Comme la pouliche travaillait bien, je l’ai contacté, lui ai envoyé des photos pour lui présenter et expliquer mon projet en profondeur afin de voir s’il acceptait de la prendre chez lui. Et la réponse a été oui ».

 

Revivez une matinée à l'entraînement chez Jean-Paul Gallorini, à Maisons-Laffitte

 

Texas de Lauzat a une sœur par Air Chief Marshal prénommée Eauskara (ex- Arizona de Lauzat), gagnante de deux courses l’an dernier pour l’entraînement de Jehan Bertran de Balanda, lui aussi installé à Maisons-Laffitte. En attendant de voir les premiers pas de sa pouliche en compétition, Caroline Marischael s’attelle à son autre passion, la joaillerie, un art exercé par sa famille depuis plusieurs générations maintenant. Mais là encore, les chevaux ne sont jamais bien loin. « J’ai créé la marque Casaque d’Or en 2008, à peu près en même temps que j’ai passé ma licence de cavalière. Je fais partie de la troisième génération de ma famille à exercer la profession d’orfèvres-joailliers. J’aime associer le savoir-faire qui m’a été transmis par mon père et le sien avant lui à ma passion pour le milieu hippique et le sport de haut niveau. Ainsi, je retranscris les casaques et les couleurs des propriétaires de chevaux de courses sur différents supports - gravure, armoiries, logos, bagues, boutons de manchettes, porte-clés, broches de casaques, colliers, sculptures, trophées, etc. - afin que cela colle à leur image. Comme ils ne peuvent pas revêtir eux-mêmes leur habit de lumière, mon métier de joaillier est de retranscrire ce dernier en bijoux ou pièces qu’ils peuvent porter à leur tour. J’ai notamment réalisé quelques logos pour la Fegentri, la Fédération Internationale des Gentleman-Riders et des Cavalières, quelques bijoux présentés lors de la Nuit des Amazones, organisée par Au-Delà des Pistes, l’association qui aide à la reconversion des chevaux de courses, ainsi que plusieurs fers à cheval aux couleurs de Trêve, la grande championne de Criquette Head, lors de ses tentatives dans le Prix de l’Arc de Triomphe ».