Demain : Kill
November Foal Sale Part. 1
Demain : Deauville
Vente d'Automne
Kill - du 21/11/2019 au 22/11/2019
November Breeding Stock Sale 2019
Kill - le 22/11/2019
November Foal Sale Part 2
Newmarket - le 25/11/2019
December Yearling Sale
Newmarket - du 27/11/2019 au 30/11/2019
December Sale - Foals
Newmarket - du 02/12/2019 au 05/12/2019
December Mare Sale

Doncaster Premier Sale : les anglais ont le SPEED dans le sang

27/08/2015 - Ventes élevages
Voilà pourquoi les anglais gagnent toutes les courses pour 2 ans à Deauville et ailleurs ! Ce n'est pas tant parce qu'ils entrainent les chevaux ainsi, mais surtout parce qu'il les fabriquent en nombre. Totalement exotique pour des yeux français, la Premier Sale de Doncaster propose ainsi sur le ring en 2 jours 500 yearlings d'une race quasi inconnue dans l'hexagone : le pur sprinter de 2 ans.

 

" Mais qu'est-ce que tu viens faire là ?! " Les amis anglais et irlandais ont tous cette réflexion en voyant débarquer votre serviteur autour du ring de Doncaster Bloodstock Sales, pour la découverte de cette vente de yearlings à vocation "speed". Connue dans le cercle des courses pour son St Leger, le plus vieux classique du monde, Doncaster est une petite ville du Nord de l'Angleterre, anciennement industrielle dans les mines et l'acier, un peu sinistre et pas très bien fréquentée. Il y a même des cons qui ont essayé d'y voler la statue de tête du légendaire Red Rum, vendu à DBS. On est loin de Saratoga ou Deauville, où il faut faire un emprunt pour prendre une cuite chez Régine alors qu'ici on picole pour pas cher du tout, ne sachant vite plus où donner de la pinte. Les gens du cru, les Mark Johnston ou autre Richard Hannon, durs à cuire spécialistes des 2 ans, sont comme des poissons dans l'eau.
 
 
 


 
 
 
 « L’idéal est de trouver pour 50 ou £ 60.000 un cheval précoce et doué, qui pourra gagner au printemps et être engagé au meeting de Royal Ascot », révèle Maurice Burns, le patron de Rathasker Stud, haras irlandais où stationne l’ancien français Clodovil qui y a d’ailleurs beaucoup de succès et a vendu un yearling à £ 185.000. «  Cette année, Richard Hannon a revendu aux propriétaires arabes, juste avant les courses, 2 poulains pour des montants de 750.000 à 1 million de pounds ! Ils ont fini 2e et 3e. » Ces anglais ont la bosse du commerce, et savent bien prendre un peu d’argent à ceux qui en ont… 
Voir les résultats complets sur le site de DBS
 
" Ici, tu ne trouveras que des gens qui bossent" explique Tony Nerses, courtier qui a acheté le top price 2014 de Deauville, revenu sur la Cote Normande après 20 ans d’absence grâce à la force de conviction de Freddy Powell, l’homme d’Arqana Outre-Manche. Nous sommes dans la nation du "trade". Ici tout le monde est vendeur, acheteur, éleveur, propriétaire, courtier, ancien jockey, souvent tout en même temps. Les français, peu voyageurs par nature, ne s'y déplacent guère, sauf Jean-Claude Rouget qui est venu à la Breeze Up au printemps. Aujourd'hui les acheteurs auraient la vie dure étant donné la santé resplendissante du marché (top price à £280.000, soit plus de 380.000 €, 87% de vendus à une moyenne de £42.731, soit plus de 58.000 €, en augmentation de 15%, et un prix médian de £30.000 en augmentation de 11%), mais les vendeurs peuvent voir les choses autrement.
 

 

 

 
 
En effet, un seul "Fr" figurait dans le catalogue, le lot 81 élevé par Anna et Etienne Drion (Coulonces). Cette nièce de Tagula par Casper Natcher a été vendue pour £ 50.000 et l'auctionner a insisté très lourdement sur le fait qu'elle était qualifiée pour les "french premium"... «  Il est évident que les vendeurs français auraient d’heureuses surprises s’ils venaient ici » ajoute Maurice Burns. « Mais attention, il faut impérativement des poulains très avancés au modèle, nés tôt en janvier ou février voire mars au plus tard, avec un père spécialiste de la vitesse. »
 
Ici les princes ne se déplacent pas en personne. Mais certains de leurs agents, oui. Comme John Ferguson pour Cheikh Mohammed, Angus Gold pour Cheikh Hamdan Al Maktoum, Peter et Ross Doyle pour le Cheikh Joaan Al Thani, et David Redvers pour Cheikh Fahad. Ici, ils ne cherchent pas à briller ni pavoiser avec des top price pour lesquels ils rêvent de Derby d'Epsom. Ils font dans le concret, comme Angus Gold, un grand supporter de la vente. " Nous avons toujours été chanceux ici, et d'ailleurs, nous avons remporté les 2 dernières éditions de la course de 2 ans DBS à Newbury, reservée aux 2 ans passés sur ce ring, et offrant £ 200.000 au vainqueur. " explique-t-il après l'achat du lot 281 pour £ 230.000, un fils de Born To Sea. " Certes, son père n'est pas confirmé mais c'est un frère de Sea The Stars par Invincible Spirit alors on doit lui accorder du crédit. Le poulain est très athlétique. John Gosden l'a inspecté et l'a adoré. A Shadwell, nous cherchons à travailler en étroite relation avec nos différents entraineurs. C'est pourquoi nous travaillons sur cette vente de Doncaster et nous choisissons nos achats ensemble." Shadwell a acheté 20 lots à tous les prix, à partir de £ 24.000 pour le moins cher. Quant à John Ferguson, qui vient de signer un retour fracassant à Deauville, il s’est plus concentré sur le haut du panier, avec 5 lots entre 110.000 et £ 270.000, soit le 2e top price. Contrairement aux habitudes, il n’a acheté qu’un fils d’un étalon maison, Poet’s Voice. Pour les autres, il y a 3 Dark Angel et 1 Kodiac, qui les stars actuelles de ce sport et qui font la monte en Irlande.
 

 


 
 
 
De toute façon, l’Irlande fait un peu la loi au Nord de l’Angleterre. Le poulain acheté le plus cher par Shadwell était présenté par Rathbarry Stud, c'est à dire la famille Cashman du sud de l'Irlande et finalement une grande partie des vendeurs sont irlandais, tout comme la grande majorité des acheteurs qui font du pinhooking afin de revendre les poulains aux Breeze Up.
 
" J'adore cette vente car j'aime acheter mes chevaux pas cher ! " Bien connu en France, Con Marnane (Bansha House Stable) achètera 5 ou 6 lots sur les 500 proposés. " Mais je visite 80% du catalogue. Je dois juger mes chevaux très rapidement. Ils me plaisent ou non ». Celui qu'on surnomme " King Con" est l'un des maîtres du pinhooking et des Breeze Up, tout comme Willie Brown (Mocklerhills), inamovible pilier de Doncaster depuis le début. En effet, DBS a crée en 1978 la toute 1e vente Breeze Up en Europe, cela à l'initiative du fondateur Harry Beeby, dont le fils Henry dirige aujourd'hui l'entreprise.  L'homme est parti de rien. A la base, DBS faisait des ventes pour les clients du nord, des écossais qui sont déjà à 4 heures de route et pour qui Newmarket, à 8 heures de route, représentait un lieu non seulement trop lointain, mais aussi pas de leur monde. Dans le nord, pas de chichi, on a affaire à des terriens, les hommes comme les chevaux. Au début, les poulains étaient sélectionnés uniquement sur le modèle, sans se soucier aucunement du papier. Le principe ici, c'est de chercher des soldats des pistes, solides, combatifs et efficaces tout de suite. Bref, pas des étudiants bien nés et prometteurs...
 

David Redvers, l'acheteur de Cheikh Fahad Al Thani.


Les amis et compères Ross Doyle (au téléphone) et Richard Hannon, courtier et entraineur qui sont les champions des 2 ans et ont la confiance d'Al Shaqab (Cheikh Joaan Al Thani)


Angus Gold, l'acheteur de Shadwell (Cheikh Hamdan Al Maktoum)

 


La méthode s'est révélée judicieuse. Elle a fait des émules. Non seulement les breeze up ont été copiées partout en Europe, mais aussi la vente Osarus de La Teste tout comme la V2 d'Arqana sont les "enfants" directs de cette Premier Sale. En parallèle, DBS est sortie de l'ornière du nord grâce à...l'obstacle ! Cela semble paradoxal car en Angleterre, il y a un monde entre le plat, jugé "prout prout" et ennuyeux par les sauteurs, et l'obstacle, considéré comme un sous sport de paysans barbares par les puristes du galop. Néanmoins, sentant venir la vague de l'obstacle en conséquence du transfuge de clientèle fuyant les invasions arabes sur les classiques d'Ascot et Newmarket, DBS s'est jeté sur ce créneau laissé libre en Angleterre avec 2 ventes en septembre et novembre, pour stores et chevaux à l'entrainement de « National Hunt ». Cela a apporté à DBS un rayonnement international et une crédibilité qui par effet de domino a fait progresser la vente de 2 ans.
 
Cette session n'est garde pas moins son esprit d’origine. " Les acheteurs viennent ici pour acheter un futur gagnant de Gr.1 à £ 50.000. Ensuite, le frère partira à Arqana ou Tattersalls pour être vendu 500.000 €, mais il ne gagnera pas forcément un Gr.1 ! " s’amuse Nick Nugent, directeur de DBS, excellent auctionner qui a officié à Arqana lorsque Goffs y était partie prenante. Car Goffs, la grande agence irlandaise, et DBS se sont associés depuis quelques années, après les grands et onéreux travaux de Doncaster, pour construire le tout nouvel établissement le long de la ligne droite de l'hippodrome, afin de remplacer les structures devenus vétustes de l'autre côté du rond point. La construction a été très réussie, chaleureuse, pratique, conviviale, mais le timing fut difficile car tombant juste dans la foulée de la grande crise économique mondiale qui a ruiné (très provisoirement l'Angleterre).
 


John Ferguson, l'acheteur de Cheikh Mohammed Al Maktoum
 

Richard Hughes, le crack jockey anglais qui vient d'arrêter sa carrière et se lance entraineur, ici avec Timothy Hide, le patron de Camas Park Stud, souvent partenaire de Coolmore.
 
Fondateur de DBS, Harry Beeby assiste encore à toutes les ventes, aujourd'hui dirigées par son fils Henry Beeby

 

 
Aujourd'hui, la crise est complètement oubliée en Angleterre, qui avait même retrouvé une santé économique supérieure aux sommets atteinte juste avant le crash, et dont les acteurs les mieux lotis croulent littéralement sous le pognon à la faveur de la montée du taux de la livre par rapport à l'euro. De fait, le marché a été plus fort que jamais en 2015. Ce qui est bien en Angleterre, c'est que lorsque les gens ont de l'argent, ils le dépensent immédiatement dans les chevaux de courses…Donc les enchères s'enchainent à un rythme effréné et nécessaire lorsqu'il s'agit de faire passer 500 chevaux sur le ring en 2 jours. Ici on fait simple. Pas d'annonce ni présentation des poulains. Pas de spotters. Pas de commissaire priseur. C'est à dire que l'auctionner dit le lot, vite fait le père et le père de mère puis attaque directement les enchères parfois avant même que le yearling ne soit arrivé dans le ring ! Il prend lui-même les enchères, de la part d'acheteurs qui vont vite et ne se cachent pas. Il fait tomber lui-même le marteau, cite le nom de l'acheteur et passe de suite au suivant, tandis que l'un des ses 2 assistants, porte au vainqueur le papier à signer avant de revenir au plus vite à son poste.
 
 
286 Paco Boy x Galicuix
14 F.
 
Consignor: Houghton Bloodstock | H420
Purchaser: Tony Nerses
£280,000   photo
372 Dark Angel x Layla Jamil
14 C.
Consignor: Grangemore Stud | F328
Purchaser: John Ferguson Bloodstock Ltd
£270,000   photo
378 Pivotal x Loreto
14 C.
Consignor: Croom House Stud | A50
Purchaser: David Redvers
£250,000   photo
297 Dark Angel x Golden Rosie
14 C.
Consignor: Yeomanstown Stud | E282
Purchaser: John Ferguson Bloodstock Ltd
£240,000   photo
281 Born To Sea x Frances Stuart
14 C.
Consignor: Rathbarry Stud | B97
Purchaser: Shadwell Estate Co Ltd
£230,000   photo
307 Kodiac x Hannah Greeley (USA)
14 C.
Consignor: Tally Ho Stud | C158
Purchaser: John Ferguson Bloodstock Ltd
£220,000   photo
393 Dutch Art x Mamma Morton
14 C.
Consignor: Grove Stud | J487
Purchaser: Shadwell Estate Co Ltd
£205,000    
63 Casamento x Three Times
14 C.
Consignor: Yeomanstown Stud | E287
Purchaser: HKJC
£200,000   photo
58 Nathaniel x Tesary
14 C.
Consignor: Hillwood Stud | G379
Purchaser: Shadwell Estate Co Ltd
£190,000   photo
120 Dutch Art x Age of Chivalry
14 C.
Consignor: Highclere Stud | A3
Purchaser: Shadwell Estate Co Ltd
£190,000    
 
 
Finalement, l'organisation est à l'image des chevaux ! La Premier Sale est le royaume des étalons de vitesse surtout irlandais, les Kodiac et Dark Angel qui prennent les plus grosses part du gâteau, mais aussi Casamento, Paco Boy, Canford Cliffs, Dutch Art, Poet's Voice, Bahamian Bounty, Acclamation, Tagula et tout plein d'étalons australiens dont on n'a jamais entendu parler en France. Il n'y a pas de Dubawi ni Invincible Spirit et encore moins de Frankel, trop chers...Dans ce championnat d'éjaculateurs précoces mais aussi parfois tenaces car les sprinters courent longtemps, les Pour Moi ou encore Famous Name font figure de zombies et ne passent guère de temps sur le ring. Par exemple, la DBS a sorti 5 vainqueurs récents du Prix Morny : Reckless Abandon, Dutch Art, Dream Ahead, Myboycharlie et Bushranger, et aujourd'hui certains de eurs produits font partie des plus demandés.
 

Henry Beeby, adjugeant le top price.
 

 
Les acheteurs saoudiens du top price : Iman Al Sagar et Saleh Al Homaizi, avec leur conseiller Tony Nerses
 

Le top price avant son passage sur le ring, avec son vendeur anglais Malcolm Bryson, installé près de Newmarket.
 
 
Bref, Doncaster Bloodstock Sales, où il peut faire beau l'été, c'est l'Angleterre exotique ! C'est le combat des pur-sang dans un cadre de satire sociale de Ken Loach, loin de cottages proprets du sud du pays et du chic coincé de Newmarket. Encore que...A y regarder de plus près la liste des acheteurs, on se rend compte que les 15 lots les plus chers de la vente ont tous été achetés par des propriétaires du golf persique (Dubaï, Qatar, Arabie Saoudite) , sauf le 8e, un fils de Casamento à 200.000 € par le Hong Kong Jockey Club. Mais si les Maktoum et les Al Thani se battent pour tous les top price, si les gens de Coolmore se font remarquer par leur grande discrétion (seul Paul Shanahan a fait une brève apparition le 1e jour), c'est finalement une équipe saoudienne qui a décroché le gros lot.
  
 
 
Ainsi, ce sont les associés Iman Al Sagar et Saleh Al Homaizi, à travers Tony Nerses, leur conseiller et manager de leur écurie Blue Diamond Stud à Newmarket qui ont fait tomber le marteau à 280.000 € pour le lot 286, une nièce de Goldream (King's Stand Stakes, Gr.1) par Paco Boy. Le pedigrée venait de s'enrichir de la victoire du propre frère aîné Galileo Gold, la semaine précédente dans les Vintage Stakes (Gr.2), une épreuve très convoitée de meeting de Glorious Goodwood, sous la casaque d'Al Shaqab. Dans un registre très différent de la vitesse et de la précocité, c'est aussi une petite nièce du stayer français Mont Rocher, donc issu de la proche famille du pur classique Montjeu. " J'aime bien avoir deux chances " explique Tony Nurses. " Il y a de la vitesse mais aussi de la tenue dans son pedigrée maternel. C'est une femelle faite pour être précoce mais qui a aussi beaucoup d'envergure. Donc si jamais ça ne va pas en course, elle a sa place toute trouvée dans notre haras " poursuit l'homme qui avait acheté Authorized et Araafa, qui ont gagné le samedi précédant la vente les très convoités Gimcrack Stakes à York avec leur élève Ajaya.
 
Liste des chevaux récents les plus connus en France :
  • VERT DE GRECE : Critérium International 2014
  • MOVE IN TIME : Prix de l'Abbaye de Longchamp 2014
  • OLYMPIC GLORY : 4 victoires de Gr.1. Etalon au Haras du Bouquetot en 2015
  • CANFORD CLIFFS : 5 victoires de Gr.1 dont les Queen Anne Stakes devant Goldikova.
  • EXCELEBRATION : 3 victoires de Gr.1 dont le J. le Marois et le M. de Longcamp.
  • DREAM AHEAD : 5 victoires de Gr.1 dont le Prix Morny et le Prix de la Forêt devant Goldikova
  • PACO BOY : 3 victoires de Gr.1 dont le Prix de la Forêt
  • SOLE POWER : champion sprinter. Meydan Sprint 2015
  • KOOL KOMPANY : Prix Robert Papin