Aujourd'hui : Lexington, Kentucky
The October Sale
Aujourd'hui : Kill
Autumn Yearling Sale
Demain : Deauville
Vente de Yearlings d'Octobre
Demain : Kill
Autumn HIT Sale
Doncaster - le 24/10/2019
Autumn Hit & Yearling Sale
Newmarket - du 28/10/2019 au 31/10/2019
Autumn Horses In Training 2019
Maisons-Laffitte - le 31/10/2019
100% Obstacle
Lexington, Kentucky - le 05/11/2019
The November Sale

Route des Etalons 2016 : Haras du Mézeray avec Muhtathir

01/02/2016 - Evénements
Directrice du Haras du Mézeray, Christine Dutertre est aussi la fondatrice de la Route des Etalons, initiée en 2009 et depuis reconduite avec le succès que l'on sait, désormais copiée en Irlande sous la même forme, et ayant aussi poussé la naissance du Salon du Lion. Fidèle au rendez-vous dès la première édition, Muhtathir connaît lui aussi un succès permanent !

 

Etant donné que les propriétaires australiens de Myboycharlie ont décidé dernièrement de le conserver chez eux au printemps 2016, et avant qu'il ne revienne en Normandie en 2017, Muhtathir se retrouve l'unique pensionnaire de la cour d'étalons du Haras du Mézeray. Mais il n'est pas pour autant seul, avec comme voisin le prestigieux retraité Trempolino, qui a désormais 32 ans. A son côté, Muhtathir semble un gamin à 21 ans seulement. En effet, il est particulièrement vert et toujours très sollicité. Proposé à 6000 €, il a connu une folle année 2013 avec 113 juments, puis en a couvert 68 en 2014 et 44 en 2015. Son carnet de bal repart à la hausse en 2016. " Nous avons moins de visites que les années précédentes au haras où nous avions plus d'étalons à montrer, mais les éleveurs aiment toujours autant Muhtathir et les gens qui se déplacent viennent clairement pour signer des contrats. A son âge, je vais même devoir le limiter cette année", explique Christine Dutertre. Si Muhtathir est une référence internationale, il est de plus revenu dans l'actualité en 2015 avec le succès de Gr.1 de Mille et Mille dans le Prix du Cadran.
 


Christine Dutertre avec Muhtathir et son étalonnier, Samuel



On en parle dans l'article