Aujourd'hui : Newmarket
October Yearling Sale - Book 2
Demain : newmarket
October Yearling Sale - Book 3
Newmarket - du 18/10/2019 au 19/10/2019
October Yearling Sale - Book 4
Baden-Baden - du 18/10/2019 au 19/10/2019
Sales & Racing Festival
Lexington, Kentucky - du 21/10/2019 au 24/10/2019
The October Sale
Kill - du 21/10/2019 au 22/10/2019
Autumn Yearling Sale
Deauville - du 22/10/2019 au 25/10/2019
Vente de Yearlings d'Octobre
Kill - le 22/10/2019
Autumn HIT Sale
Doncaster - le 24/10/2019
Autumn Hit & Yearling Sale
Newmarket - du 28/10/2019 au 31/10/2019
Autumn Horses In Training 2019
Maisons-Laffitte - le 31/10/2019
100% Obstacle

Coolmore à la Barbade : de St Nicholas Abbey au plus grand haras de l'ile !

05/06/2018 - Découvertes
 Fait totalement inconnu en Europe, la multinationale irlandaise Coolmore Stud possède d'énormes intérêts à la Barbade, dont le plus célèbre hôtel de luxe, le plus grand haras d'élevage mais aussi la plus ancienne plantation de canne à sucre qui s'appelle St Nicholas Abbey...comme le champion défunt ! Mais le nom de Galileo provient de l'ile paradisiaque des Caraïbes...

 

Niché à la pointe nord de la petite île, un coin de paradis a retrouvé son charrme d'antan grâce au soutien des Magnier, Tabor et Smith, les piliers de Coolmore Stud. Il s'agit de St Nicholas Abbey. Dans le monde du pur-sang, ce nom résonne comme celui d'un crack au destin brisé. Le fils de Montjeu qui a remporté 6 Gr.1 dont le Racing Post Trophy à 2 ans puis la Breeders'Cup Turf, la Dubaï Sheema Classic et 3 fois la Coronation Cup. Lui qui a porté à la gloire le jeune jockey Joseph-Patrick O'Brien, flis aîné d'Aidan, il a subi une terrible fracture à 6 ans. Coolmore a tout fait pour le sauver mais des complications ont fini par venir à bout de sa résistance, et après avoir souffert de fourbures, il est mort d'une crise de coliques en janvier 2014.

 


L'entrée de la maison coloniale de St Nicholas Abbey

 

Pour tous les amateurs de courses, le crack a rendu célèbre St Nicholas Abbey, tirant son nom d'un site unique en son genre. La plus vieille plantation de canne à sucre de l'île, c'est aussi la plus ancienne Abbaye du pays, qui a accueilli les tous premiers chrétiens au 16ème siècle. Il faut savoir que la Barbade reste très imprégnée du catholicisme, puisqu'elle compte pas moins de 350 églises pour seulement 250.000 habitants ! Mais au début des années 2000, la structure était tombée à l'état de ruine. C'est alors qu'en 2006, un célèbre architecte local, Larry Warren, décide de se lancer dans le rénovation totale de St Nicholas Abbey. Warren s'est lié d'amitié avec les grands argentiers de Coolmore Stud, John Magnier, Michael Tabor et Derek Smith, mais aussi leur ami proche JP McManus, le grand propriétaire d'obstacle. En effet, ceux-ci détiennent le plus grand hôtel de luxe de l'île, le Sandy Lane, un gigantesque resort avec plage privée, golf, polo etc...Warren a réalisé pour eux des missions à Sandy Lane et même construit leurs maisons personnelles sur le domaine. A noter que le Sandy Lane est le sponsor de la grande journée de la Gold Cup (voir le reportage)

 


Simon Warren, fils de l'architecte et directeur de St Nicholas Abbey.

 

Car la Barbade est depuis longtemps une destination privilégiée des riches anglais voire irlandais en quête de soleil garanti et de douceur de vivre et aussi d'impôts allégés, puisque cet ancien repaire de pirates fait partie des 17 pays de la liste noire des paradis fiscaux éditée par l'Union Européenne en 2017. Avant le crach de Gonnesse, il y avait même une liaison directe en Concorde de Londres à Bridgetown, capitale de seulement 90.000 habitants, permettant de rejoindre le soleil et la plage en à peine plus de 3 heures ! Coolmore a soutenu Larry Warren dans son projet fou de reconstruction de St Nicolas Abbey. L'année suivant l'achat, le futur champion est né en 2007. Aujourd'hui, développé en distillerie de Rhum, St Nicholas Abbey est l'une des principales attractions culturelles de l'île, une véritable merveille refaite avec tous les matérieux d'époque, avec jardin exotique, demeure coloniale, la dernière machine à vapeur du pays pour presser la canne à sucre. Simon Warren, fils de Larry Warren qui a pris la direction du domaine, est même en train de construire une ligne de train à l'ancienne avec les rails, la locomotive et les wagons !

 


Notre reporter Anne-Lise Legorgeu s'est mise en tenue de combat pour mener l'enquête !

 


Galileo, le champion de la Barbade qui a inspiré le nom du crack irlandais.

 

A la Barbade, Coolmore a trouvé de nombreuses sources d'inspirations, y compris l'une qui a profondément changé la face de la planète course : Galileo. La légende dit que ce crack des pistes, étalon le plus influent du monde, doit son nom au fameux savant italien du 16ème siècle qui a bouleversé les sciences et la compréhension du monde tel qu'il est et non imaginé par les religieux. Mais l'idée leur est venue de donner ce nom au fils de Sadlers'Wells après qu'ils aient vu les exploits d'un certain Galileo, né à la Barbade en 1996, sacré champion des 3 ans après son succès dans le Derby local. C'était un fils de Nosferatu, un étalon canadien de haute naissance (famille de Saint Ballado, Devil's Bag, Glorious Song, Spingspiel) par Vice Regent, est devenu l'étalon le plus influent des temps modernes à la Barbade. Elevé par Jean-Louis Beuzelin, un français de la Guadeloupe installé à la Barbade depuis 1990, aujourd'hui père du jockey Louis-Philippe Beuzelin, Galileo était fils d'une mère née elle-même à la Barbade, Zarmella, gagnante face aux mâles des Guineas et du Derby de la Barbade. Zarmella était une petite-fille de la fameuse matrone française La Horse, d'où Sweet Virginia (Maurice Gillois 1981 pour JH Barbe) et une kyrielle de vedettes en plat et en obstacle encore à l'honneur aujourd'hui. Hongre, comme la plupart des compétiteurs de la Barbade, Galileo n'a jamais eu de descendance.

 


Sprinhead Farm

 

Peu après, au début des années 2000, Derek Smith, qu'on ne connaissait pas encore publiquement comme associé de Coolmore, se lance dans la construction d'un grand élevage à la Barbade. A l'époque, sa femme Gay Smith, apprend à monter à cheval avec un moniteur nommé Edward Walcott Jnr. Ancien assistant du top entraîneur Chally Jones, ce dernier avait quitté le monde des courses pour faire de l'immobilier mais avait gardé un pied à cheval en donnant des leçons d'équitation. Tout ce beau monde s'est lié d'amitié et les heureuses circonstances ont relancé Eward Walcott dans le monde des courses en tant que directeur d'une nouvelle entité d'élevage et d'entraînement : Springhead Farms. Les Smith ont acquis puis agrandi une ferme d'élevage de bovins (des vaches de la Jamaique) pour la porter aujourd'hui à 300 hectares, comprenant les écuries d'élevages, la cour d'étalons, et les structures d'entraînement. Springhead se situe au point culminant de l'île, là où la température est un peu plus fraîche la nuit, c'est à dire qu'elle descend à...22 degrés ! Malgré cela, Walcott fait faire beaucoup de baignade à ses chevaux sur la plage des pirates à Bridgetown. (voir le reportage)

 


Edward Walcott Jnr avec Spring Arrow


Lion King, fils de Lion Heart, un des premiers champions de Derek Smith aux Etats-Unis.


C'est ainsi qu'on retrouve dans un coin perdu des Antilles, une extraordinaire collection de tapis de selle de champions lors de grands succès internationaux, dont celui de Found dans l'Arc de Triomphe 2016 sous la casaque Smith... Fait très étonnant, il y a une quinzaine de poulinières sur les lieux, avec 5 ou 6 étalons selon les années, mais le haras n'a fait naître que 17 produits depuis sa création. En fait, les poulinières sont saillies par rotation. Et seulement 5 ou 6 sont saillies chaque année. Les étalons peuvent ne couvrir qu'une ou deux juments à la saison. C'est le cas par exemple du jeune Lion King. Né dans le pays mais accidenté à sa 2ème sortie, ce fils de l'américain Lion Heart n'a eu que 2 produits nés lors de sa 1ère génération en 2014, dont Butterfly, lauréat du Derby de la Barbade 2017, Springhead abrite un autre père de gagnant de Derby, Storm Arrow (Storm Boot par Storm Cat), acheté aux Etats-Unis pour courir à la Barbade avant de s'y installer étalon et de produire d'emblée Knight Rider, gagnant du Derby 2013.

 


Gay Smith avec Edward Walcott Jnr


Zoom, sous la casaque de Gay Smith en 2011, le dernier vainqueur de la Gold Cup né et élevé aux Antilles.

 

Le champion historique de Springhead reste Zoom, le tout dernier gagnant de la Gold Cup de la Barbade natif des Caraïbes, alors âgé de 6 ans en 2011. Provenant d'une souche maternelle importée d'Angleterre dès 1976, cet éternel combattant a encore remporté les Tanglewood Stakes (Gr.1), le grand prix des chevaux créoles, à l'âge de 10 ans en 2015 ! Au fait, Tanglewood, c'est aussi Derek Smith.