Aujourd'hui : Le Pin au Haras
Le National de l'Obstacle

T'es qui toi Olivier Sauvaget ?

13/07/2018 - Evénements
Jockey puis entraîneur, Olivier Sauvaget accumule les casquettes. A aujourd’hui 34 ans, il a entrepris de monter un élevage avec sa femme Vanessa au Haras de la Bédellerie à Senonnes. Comme chaque vendredi, focus sur l’un des éleveurs à travers les questions-réponses du « T’es qui toi ?».
 
 
 
Après une bonne carrière de jockey, Olivier Sauvaget a décidé de diminuer ses montes pour se consacrer à sa nouvelle activité, celle d’entraîneur depuis 2013. Sa dernière victoire en selle, il l’a doit à Oxo des Prés en septembre 2013 à Chateaubriant, cheval avec lequel il se classera 2ème du Grand Steeple de Nantes (Listed) deux mois plus tard. Sa première victoire en tant qu’entraîneur avait été obtenue dans des circonstances bien compliquées à la base. Fin juin 2013,Olivier Sauvaget engage Kestrel Maker à Erbay. La course est neutralisée et se recourt une semaine après. Résultat des courses, le cheval gagne sous la monte et l’entraînement d’Olivier, une première plutôt singulière et la deuxième le sera tout autant. En effet, Olivier Sauvaget souhaite débuter un de ses 2 ans à Nantes en novembre de la même année. Il s’agit de Nickname To Fire issu des ventes Lumet. Problème, aucun jockey ne veut monter son poulain. Sa femme Vanessa, qui venait pourtant d’accoucher quelques semaines plus tôt, se porte volontaire pour relever le défi. C’est ainsi qu’elle suit un régime draconien pour être en selle sur le poulain le jour J et cela a fonctionné comme dans un rêve. En remportant la course, Nickname To Fire permet au couple Sauvaget de s’imposer pour la première fois ensemble, Olivier en tant qu’entraîneur, Vanessa en tant que jockey.
 
 
 
Olivier Sauvaget avec un de ses yearlings
 
Et Vanessa Sauvaget avec la fille de Lord du Sud et Odile. Les Sauvaget ont co élevé la 1/2 soeur Dissavril, gagnante de Listed outre-manche en 2018
 
VOIR LA JUMENTERIE DU HARAS DE LA BEDELLERIE

On en parle dans l'article


Commentaires

Soyez le premier à commenter cet article


(pour valider votre commentaire sur votre boite mail)