Grand bol d'Air : La course à la saucisse de Boxmeer en Hollande

26/03/2020 - Découvertes
La Metworst fait assurément partie du palmarès des courses de chevaux les plus incroyables du monde. Depuis plus de 500 ans, sur une petite route au Nord Est des Pays-Bas, en plein hiver face à 15.000 spectateurs déguisés et ivres dès le matin, se dispute une course en ligne droite réservée aux seuls garçons du village montant des chevaux inconnus en quête du titre de roi de Boxmeer et de 5 mètres de saucisse !

 

4H00 du matin. Il fait un froid polaire en ce 2e mardi de février 2013 à Boxmeer. Quand viennent à peine de se coucher les derniers fêtards de la ville, là où le Carnaval bat son plein depuis 3 jours, une horde de quinquagénaires, tous en manteaux bleu marine et en pantalon blanc, sortent dans la rue, armés de trompettes. Leur mission : réveiller les 12.000 habitants de la commune ! En effet, aujourd'hui, c'est l'événement : la Metworst qui se dispute depuis plus de 500 ans au même endroit à la même date. La légende raconte qu'au 16e siècle, une Comtesse avait été secourue par les paysans d'une ferme voisine suite à la rupture d'une roue de son carrosse. L'aristocrate avait récompensé ses gueux sauveurs avec des victuailles qui constituent aujourd'hui encore les trophées au vainqueur désigné comme le roi de Boxmeer : 5 mètres de saucisse, une demi-tête de porc, du pain et 75 litres de bière. Les opérations commencent si tôt parce qu'il faut que les cadeaux soient remis avant midi, selon une règle dont plus personne ne connait l'origine !

 


Les sonneurs de trompettes se donnent rendez-vous pour réveiller la ville à 4H00 du matin.


Les 800 m de la piste de course sont constitués d'une route recouverte de plus de 1000 m3 de sable le matin à l'aube.


A 7H30, le cortège a parcouru les 4 kms règlementaires à pied depuis le centre-ville.

 

Officialisée en 1740, la course nommée Metworst (saucisse en néerlandais) est devenu un énorme événement populaire, malgré la période de l'année et le climat glacial qui l'accompagne, et malgré le modernisme. Aujourd'hui, les 800 mètres de la route goudronnée sont recouverts pour l'occasion par près de 1000 m3 de sable. La règle de la participation est restée immuable. Tous les cavaliers sont nécessairement des garçons célibataires qui doivent être nés dans la commune de Boxmeer et y avoir grandi sans jamais avoir quitté la ville, sauf pour les vacances scolaires et les études. Et encore, il faut être revenu dans le village pas plus de 3 mois après la fin des études. Certains parents ont refusé des opportunités professionnelles pour ne pas disqualifier leurs fils ! Tous sont amateurs bien sûr, mais cette culture hippique crée des vocations, ainsi celle d'Adrie de Vries, un des meilleurs jockeys en Allemagne voisine, né à Boxmeer.

Quant aux chevaux, fait extraordinaire, il faut qu'ils restent inconnus. Ils sont loués ou achetés pour l'occasion par les parents, et sont présentés à l'aube, le matin de la course, par 3 juges qui les classent parmi les pur-sangs ou les demi-sangs, ces derniers ayant un avantage de 65 mètres du départ. La compétition se déroule en 3 étapes, avec des quarts de finale, des demi-finales et enfin la grande finale.

 


La double championne en titre, dont personne ne connait l'identité.


Pratique comme camouflage.


Les 18 concurrents, tous des amateurs, garçons célibataires nés et élevés à Boxmeer.

 

Tous les candidats participants et les spectateurs parcourent à pied les 4 kms qui séparent le centre-ville du départ. La foule de 15.000 personnes est entièrement déguisée, sans exception, pour clôturer en fanfare les 4 jours du Carnaval de Metworst. Dès 8H00 du matin, et pendant toute la matinée, la Metworst est l'occasion d'une énorme bringue où le public présente des habits les plus fantasques et où la bière descend par centaines de litres. Il faut bien ça pour se réchauffer...

En 2013, le double tenant du titre, Dick Goossens, compte bien être sacré roi pour la 3e fois à 27 ans. Mais la partenaire de tous ses triomphes, une jument bai brune d'identité inconnue, est éliminée par les commissaires à quelques minutes de la finale car elle a saigné du nez après son succès dans la demi-finale. Cela prouve que les commissaires surveillent les opérations de très près, mais aussi que les candidats sont certainement chargés à bloc en prévision du Jour J.

Finalement, c'est le tout jeune Levi Hinke, 14 ans, qui s'impose pour sa 1e participation, rejoint immédiatement par son 1e fan, son père si fier de son fils alors que lui-même n'avait jamais pu remporter la course dans sa jeunesse. Aussitôt l'arrivée, le jeune Levi reçoit ses trophées dans la ferme traditionnelle, puis il rejoint le centre ville à travers la foule en délire, chevauchant un cheval blanc avec ses 5 mètres de saucisse au-dessous de sa couronne de fleurs. On ne savait pas que le folklore hollandais pouvait aller jusqu'à un tel niveau de délire.