Aujourd'hui : La Teste
Grand Show Anglo
Fairyhouse - du 24/09/2019 au 25/09/2019
September Yearling Sale
Arcadia, Californie - le 25/09/2019
Santa Anita Fall Yearlings
Fairyhouse - le 26/09/2019
September Yearling Sale Part II
Timonium, Maryland - du 30/09/2019 au 01/10/2019
Midlantic Fall Yearlings
Kill - du 01/10/2019 au 02/10/2019
Orby Sale
Saint-Cloud - le 03/10/2019
Vente de Pur-Sang Arabes
Kill - le 03/10/2019
Sportsman's Sale

Chez Magalen Bryant à la découverte de l'obstacle américain dans la Virginia Gold Cup

09/10/2016 - Evénements
La dame au chapeau rouge, l'américaine Magalen Bryant, propriétaire de Milord Thomas et So French, les vainqueurs des deux derniers Grand Steeple-Chase de Paris qui ont fait le jumelé du Prix Héros XII 2016, nourrit sa passion de l'obstacle près de Washington aux Etats-Unis. Découverte d'une activité totalement méconnue issue de la chasse à courre, mais qui rassemble 60.000 personnes chaque 1e samedi de mai pour la Virginia Gold Cup, une course sur 6400 m hérissé des redoutables timbers, des barrières en bois fixes d'1,30 m de haut !

 

La Virginie, site des toutes 1e colonisations de l'Amérique du Nord par les anglo-saxons au début du 17e siècle, a très clairement conservé les us et coutumes de la mère patrie anglaise. C'est ainsi que l'obstacle américain, qui rythme de la vie de la bourgade de Middleburgh, un village anglais en Virginie, reste totalement inconnu de l'étranger et confidentiel dans le pays. Mais il est vécu intensément par quelques familles de la très haute bourgeoise historique au long de la Côte Est, près de Washington au sud de New York. L'un de ses principales actrices, Magalen Bryant a elle-même pratiqué la chasse à courre, par exemple avec son amie d'enfance Jackie Kennedy. Celle qu'on surnomme affectueusement Maggie entretient une vaste écurie d'obstacle en France, sous la casaque bleue et sa toque rouge comme ces célèbres chapeaux. Plusieurs fois couronné tête de liste, la bannière Bryant flotte au sommet en 2014 avec la jeune star d'Auteuil Latérano. Elle possède un magnifique domaine, Locust Hill Farm.

 

A Washington, se décide le destin du monde. Seule Lise Hallopé, frondeuse aventurière, ose défier l'ordre planétaire...

 

35 personnes s'activent au haras, sous la responsabilité de Kareen Russell. " Cette région autour de Middleburgh est très clairement la royaume de la chasse, et de l'obstacle. Ici, la Virginie, la Pennsylavanie et la Maryland sont le berceau historique des courses d'obstacle en Amérique. En effet, il y a un héritage provenant de la chasse à courre, qui est toujours très pratiqué par ici, avec de nombreuses personnes qui ont des sauteurs, et les préparent en chasse pour les courses, notamment les courses où il faut sauter des timbers.

Le Haras s'étend sur 650 hectares environ, en plusieurs domaines de part et d'autre de la route. Il y a beaucoup d'espaces. En plus de l'élevage, on a fait du maïs l'année et cette fois on a planté du soja. on a ausssi du bétail mais la passion de Mme Bryant reste bien sûr les chevaux.

Actuellement, fin avril, nous n'avons qu'une quarantaine de chevaux sur le haras, car toutes nos poulinières sont dans le Kentucky pour les poulinages et les saillies. Elles seront toutes rentrées avant juillet. Nous avons eu 19 foals ce printemps 2014. Mme Bryant est le plus grand éleveur en Virginie. Nous n'avons plus beaucoup d'éleveurs de pur-sang dans la région, et aucun autre avec un tel effectif.

Nos chevaux débutent en général sur le plat. Et selon leur résultat et leur profil, certains reviennent chez nous pour leur dressage sur les obstacles, à destination des courses et de la chasse à courre. C'est pourquoi on élève des chevaux de gazon plus que de dirt.

 

Locust Hill Farm s'étend sur 650 hectares des riches terres de la Virginie, près de Washington sur la Côte Est des Etats-Unis. C'est le quartier général de Magalen Bryant, grande passionnée des chevaux de chasse et de course, qui entretient une grande écurie de course en France. Elle se rend souvent à Auteuil (ici avec Hercule Noir et celui qui reste son jockey préféré, Christophe Pieux). N'ayant pas de partants dans la Virginia Gold Cup 2014, elle participait tout de même à course de fox terrier !



La majorité de l'activité de l'obstacle se situe en Virginie, autour de Middleburgh, et aussi dans le Maryland voisin, où se déroule la fameuse Maryland Hunt Cup (réservée aux gentleman-rider), et aussi dans le Tenessee. Bref, des Etats riches de la Côte Est, riches et traditionnalistes. Fils d'un entraineur légendaire, Paul Fout, frère de Nina Fout qui a décroché la médaille de bronze aux Jeux Olympiques de Sydney en concours complet, Doug Fout est issu d'une grande famille de l'obstacle américain. Ancien jockey, il utilise de vastes installations au fond d'une épaisse forêt, non loin de Middleburgh.

" J'ai une quarantaine de chevaux à l'entrainement, la majorité en obstacle, c'est ce que je préfère, mais nous avons aussi des chevaux de plat nous font survivre. L'obstacle ne dure que 9 mois dans l'année, donc économiquement, pour maintenir son personnel et son équipement, il faut ausssi courir en plat.

Notre saison d'obtsacle commence en fin février début mars en Caroline Sud, avec 3 réunions. Ensuite, on bouge vers la Caroline du Nord, puis on poursuit en Virgine. On continue de remonter vers le Maryland, la Pennsylvenie. On va même jusqu'à New-York en été tous les dimanche. Et on redescend jusqu'en Caroline du Sud pour la Thansgiving. On suit les saisons, le climat, un vrai groupe de gitans ! C'est très difficile de trouver des jockeys d'obstacle. Malheureusement aux Etats-Unis, l'industrie des courses d'obstacle n'est pas assez grosse pour inciter les jeunes vers nous. C'est pourquoi nous faisait venir nos jockeys d'Irlande, d'Angleterre ou de Nouvelle.-Zélande. On leur fait signer des contrats avec les propriétaires, et on doit les aider pour les visas, le logement, l'administration. Il n'y a presque plus d'américains, c'est dommage.

Il y a 3 hippodromes qui nous accueille : Saratoga à New York, Monmouth Park et Phidalphia Park. Nous transportons nos propres obstacles démontables en synthétique, que nous appelons les nationales fences. Leur invention nous a sauvé il y a 35 ans. Nous devons dénicher nos chevaux sur plat, en regardant surtout ceux qui courent 2400 m gazon. Des chevaux qui sont calmes et capable de bien finir. Avec de la taille, 1,67 68 m, de l'amplitude. On importe aussi de France. Mais ici, on ne fait aucun élevage spécifique sur l'obstacle, notre système est trop petit.


En ce qui concerne les courses de timber, des barrières en bois, notre spécialité, cela vient d'un mode de vie locale qui remonte à des siècles. A la fin de la saison de chasse, quand tout le mode s'était fait ses avis sur la qualité des chevaux, avec une course était organisé entre les préférés de chacun pour savoir qui était le meilleur. C'est comme ça que les timbers sont nés. C'est unique mais c'est resté très populaires jusqu'à aujourd'hui."

 

Doug Fout profite de magnifiques installations à 2 pas de Middleburgh. Les chevaux y sont véritablement dressés sur les obstacles, non comme à l'anglaise...


Complètement indépendant du plat, l'obstacle américain ne comporte que 35 réunions disputés par environ 200 chevaux par an sur des haies, du steeple qui sont plutôt du cross et donc les fameux Timbers. A défaut du jeu, dont les règles très complexes varient selon les Etats, qui n'est donc pas autorisé partout, et seulement pour la 1e fois en 2014 sur un hippodrome de Great Meadows ouvert seulement 2 fois par ans, les allocations proviennent essentiellement des sponsors, attirés par la population très huppés qui vient passer une belle journée à la campagne entre amis des hautes sphères et boire beaucoup de champagne.

La 89e Virginia Gold Cup atteint une allocation de 75.000 € dont 45.000 au 1e, soit environ 32.000 €. Mais l'entourage des sauteurs américains, souvent grands propriétaires terriens, n'ont guère besoin d'argent, cette somme n'achèterait même pas un demi-hectare agricole dans la région...L'enjeu bien sûr, c'est la quête d'un champion local comme le statufié Saluter, 6 fois vainqueur entre 1994 et 1999, mais c'est surtout la gloire de gagner face à ses collègues de chasse.

Le Dr William Allison, président de l'hippodrome de Great Meadows, est lui aussi un puriste. " Ici, les chevaux débutent sur le plat, très jeune, sur des courtes distances. Les moins rapides vont aller plus tard en haies, sur 3200 m. Et certains vont progresser jusqu'à sauter les timber sur 6400 m. C'est très intéressant de suivre l'évolution de ce merveilleux animal qu'est le pur-sang dans plusieurs disciplines à travers les années. Nous ne disputons que 2 réunions de course dans l'année sur cet hippodrome et du coup, la qualité de notre gazon est très réputée."

 

La Virginia Gold Cup sur l'hippodrome de Great Meadow, merveilleusement entretenu bien qu'ouvert seulement 2 fois dans l'année, est un rendez-vous glamour à ne pas manquer pour la haute société de la côte est des Etats-Unis. Chapeaux, pique nique de luxe, champagne dans une ambiance de chasse à courre...60.000 personnes viennent y faire la fête en extérieur, sous les tentes ou à l'arrière des pick up qui s'alignent tout autour des pistes. Trois types de courses s'y disputent : les haies qui sont plutôt du steeple, du steeple qui est plutôt du cross avec des banquettes et des gués, et enfin le clou du spectacle, le timber sur des barrières en bois.

 

L'édition 2014 réunit un lot hétéroclite un élève des frères Wertheimer, Organisateur, un neveu de Shamardal élevé par Thierry Grandsir, Straight To It, mais aussi le tenant de titre, le gris Grinding Speed, un fils de Grindstone monté par l'irlandais Mark Beecher, qui a appris les secrets des timbers.

" J'ai fait beaucoup de saut d'obstacle et de complet chez moi en Irlande avant de me tourner vers les courses. C'est bon d'avoir les 2 expériences pour faire le métier ici sur sles timber. Il faut surtout être très attentif, et ne pas arriver trop vite sur les obstacles. Faut trouver le bon rythme, mais c'est super. La Virginia Gold Cup, pour nous, c'est très important. On prépare cette course toute l'année et c'est très agréable de courir devant une telle foule de 60.000 personnes."


Personne ne porte un seul regard sur Hot Rize, un gros outsider, pourtant associé au top jockey local Willie Mc Carthy. Très prudent pour sauter les barrières de bois, Hot Rize patientera en dernière position jusque dans les 500 derniers mètres, avant de sortir soudainement de l'ombre. Fils de Sultry Song (Cox's Ridge), un vainqueur de la Hollywood Gold Cup (Gr.1) à 4 ans, il est tout de même neveu d'un excellent cheval de plat, Prime Timber (nommé de façon prémonitoire !), qui a gagné un Gr.2, a conclu 2e du Santa Anita Derby (Gr.1) avant de devenir un étalon convenable dans l'Etat de New-York puis en Californie en 2014.

La différence avec l'Angleterre après la course, c'est sans doute l'exhubérance de joie à l'américaine, un lad rasta et des cris de cow-boys de la part des propriétaires ! Pour le jockey d'obstacle, la notion du saut est sans doute plus prégnante qu'ailleurs, notamment chez Willie McCarthy. " C'est vraiment super. C'est la 1e fois que je monte ce cheval. Je n'en revenais pas qu'il saute aussi bien. Ca a vraiment été une course facile pour moi. Il s'est tendu au fur et à mesure de la course et il a montré beaucoup de coeur pour dans la phase finale." 

Quand à l'entraineur Russell Haynes, un amateur qui monte en course parfois, il n'en revenait pas..." C'est énorme. C'est un élève maison. Je l'ai vu grandir depuis sa naissance. Ca nous a pris 10 ans pour gagner cette grande course. Et aujourd'hui, on est là. Il a beaucoup de classe et un coeur immense. Il se donne à fond. Aujourd'hui, c'est seulement ma 2e course en tant qu'entraineur ! Je viens du Tennessee. Hot Rize a été élevé par ma mère, et j'ai du m''en occuper moi-même ces dernières semaines, depuis que son entraineur de toujours, Teddy Mullingan, a émigré à Seattle de l'autre côté des Etats-Unis. D'habitude, je le monte moi-même en course. Mais je ne suis qu'un amateur et pour la grande occasion, j'ai préféré le confié à un professionnel, qui plus est l'un des meilleurs jockeys d'obstacle du pays."
 

Les chevaux et les jockeys doivent se montrer extrêmement prudent pour ne pas toucher les timbers en bois, fixes et solides, qui composent tous les obstacles du parcours du 6400 m. En casaque rouge et verte, Willie McCarthy maintient Hot Rize en dernière position jusque dans les 500 derniers mètres avant de finir le plus fort et de s'imposer devant Organisateur, un fils d'Highest Honor élevé par les frères Wertheimer. C'est un jour de triomphe pour Russell Haynes, un amateur, fils de l'éleveur, qui ne disputait que sa 2e course en tant qu'entraineur.