Maresca Sorrento est mort à 22 ans

04/08/2017 - Zoom Etalon
 Alors qu'il venait de conclure sa 16e saison de monte à 22 ans avec 40 juments saillies te presque toutes pleines, Maresca Sorrento est mort fourdroyé par une crise de coliques sur la table d'opération. Un des derniers fils directs de Cadoudal, il était le père de nombreux gagnants de groupe dont Farlow des Mottes et Pineau de Ré, vainqueur du Grand National de Liverpool.


Maresca Sorrento, en février 2016, alors âgé de 21 ans.

 

Il est mort de sa belle mort. Sans souffrir et encore moins déperrir. Car lorsqu'il a quitté le Haras du Lion  le 14 juillet pour revenir passer l'arrière-saison au Haras de la Rousselière, le scuptural fils de Cadoudal  âgé de 22 ans incitait encore à ranger prestement ses pieds de son passage ! En pleine forme, Maresca Sorrento venait de saillir la 40e jument de sa 16e saison de monte. Mais au matin du 4 aout 2017, il a été trouvé en colique. En proie à une crise très violente, il a été transporté à la clinique de Meslay-du-Maine mas n'a pu être sauvé.

Né d'une mère par Carmarthen, Maresca Sorrento avait gagné ses 2 premières course de façon explosive au printemps de ses 3 ans chez Elie Lellouche, malgré son physique monumental. Accidenté, il avait commencé sa carrière d'étalon en 2002 au Haras de la Rousselière, chez Nelly et Pierre de la Guillonnière, qui lui étaient très attachés en l'ayant accompagné toutes ses années jusqu'à la fin. Maresca Sorrento laisse un leg pléthorique avec notamment Farlow des Mottes (Prix Murat, Gr.1), Rescato de l'Oust (Prix du Président de la République, Gr.3) et bien sûr Pineau de Ré, issu de sa 1e saison de monte et entré dans la légende des courses lors de sa victoire dans le Grand National de Liverpool (Gr.3) à Aintree. Il n'a pas de fils direct au haras, mais un petit-fils, Voiladenuo, qui l'avait rejoint au Haras du Lion en 2016.

 


Maresca Sorrento, un gentil géant

 

Toujours très apprécié des éleveurs (sauf la seule saison 2008 passée en Bretagne avec 10 juments), Maresca Sorrento avait même bénéficié d'un intérêt plus fort ces dernières années, culminant même en 2014 à 77 juments puis 94 juments saillies en 2015. Au 1e semestre, il s'est illustré notamment avec l'AQPS Domino des Mottes, le revenant Farlow des Mottes (chez François Nicolle, un grand fan), la précoce Ellen des Mottes, mais aussi Baby Boy, 3e du Lutteur III (Listed), Mick Thonic, bon vainqueur à Cheltenham, et dernièrement Deriganof, lauréat le 15 juillet au Lion d'Angers chez Christophe Dubourg.

 

 


On en parle dans l'article

Voir aussi...

Dans les Prés de l'Ecurie des Mottes : les 20 foals nés en 2017 chez Claudie et Joël Poirier

 Pour la 1e fois, Claudie et Joël Poirier ont atteint la barre des 20 foals nés en 2017, avec une légère majorité de sujets d'obstacle, mais également quelques produits de plat. AQPS et PS grandissent ensemble dans le prairies des basses vallées du Loir, en Anjou. Voir toutes les photos des fils et filles de Balko, Blue Bresil, Kapgarde, Rajsaman, Maresca Sorrento, Voiladenuo et d'autres. Les photos ont été prises FIN MAI avant les grandes chaleurs !

Anima Rock offre sa 1e victoire à Shamalgan et au Haras du Lion pour Mathieu Daguzan-Garros

 Alors qu'il fait désormais la monte en Tchéquie, après avoir repris la compétition en 2016, Shamalgan vient de signer son 1e gagnant à Angoulême avec son 1e partant de 2 ans, Anima Rock, élevé par Mathieu Daguzan-Garros. Le natif du Haras des Granges dans le Gers, là-même où avait grandi Shamalgan, signe aussi la toute 1e victoire d'un cheval conçu au Haras du Lion sous sa nouvelle entité, puisque l'ex-Haras National a été repris pour la saison de monte 2014.