En quoi un marché de Saint-Nicolas le 4 décembre à Craon témoigne-t-il d'une révolution authentique enfin en marche ?

26/11/2022 - Actualités
A l'heure où l'obstacle  sinon les courses en général se rendent enfin compte qu'elles peuvent mourir toutes seules avec leur argent, quelques initiatives adaptent l'activité hippique avec les mouvements de société. Ainsi, alors qu'il prévoit dans un futur proche un "boxing day" à Craon, le président Hugues Crosnier, chantre mayennais de la contre-culture, crée un marché de la Saint-Nicolas le 4 décembre lors d'une réunion de plat et d'obstacle avec entrée gratuite et feu d'artifice le 4 décembre.

 

A priori, il n'y a pas plus traditionnel que les courses de Craon, avec leurs merveilleuses Trois Glorieuses du 1e week-end de Septembre et le mythique Grand Cross. Toutefois, la direction de cette société a bien compris, contrairement à tant d'autres depuis des dizaines d'années, que sans souplesse ni adaptabilité, c'est à dire sans mouvement, les traditions comme les grand-mères ou les vieilles demeures, prennent la poussière et finissent par tomber en désuétude et disparaître. Pleine de paradoxes car en quête d'équilibre, l'époque numérisée actuelle cherche un retour "aux fondamentaux" : régionalisme, culture locale, activités de plein air mais proches du domicile et de la terre, authenticité, loisirs nature et plus seulement à la belle saison tant l'été transformé en fournaise redonne de l'intérêt aux frimas hivernaux.
 



Pendant les deux premiers tiers du siècle dernier, les courses ont formidablement bien réussi à comprende le goût du loisir, en s'implantant dans les stations balnéaires et thermales, ou dans les territoires pour la ruralité en quête de plaisirs dominicaux. Il en a été de même pour la création du tiercé qui correspondait, après guerre, au fantasme populaire de la fortune accessible par le jeu. Malheureusement, dans les trente dernières années, les acquis sont devenus trop puissants et trop lourds, enfermant le système dans une prison dorée.

Dans les modes de vie et desidérata de notre temps, les courses et les hippodromes ont tous les atouts pour réussir. Pour être parfaitement en phase avec la nouvelle physiologie de la société, aujourd'hui en opposition totale avec celle des années 80 voire 90, les courses doivent prendre un virage finalement légér pour proposer le spectacle des courses, un des derniers endroits qui permet aux enfants de voir des animaux de près (cf l'interdiction des animaux dans les cirques et delphinarium), si possible agrémenté d'un événement supplémentaire bien marqué terroir (ici le marché de la Saint-Nicolas et un feu d'artifice) et donc plus forcément lors des sempiternels dimanches de la belle saison comme dans le temps. Il ne s'agit ici pas d'abandonner ces dimanche, bien entendu, mais d'enlever ses oeillères pour regarder ce qu'il se passe aussi autour.

 



On peut comprendre que les présidents d'hippodromes s'entretuent pour conserver leurs dates habituelles, ayant été traumatisés par la destruction méthodique du tissu et des calendriers des courses par le PMU dans les année 2010. Toutefois, et surtout dans le contexte climatique qui contraint à revoir radicalement nos habitudes calendaires, tous les présidents devraient se précipiter sur des dates encore très libres aujourd'hui et que les autres spectacles et loisirs ne nous laisseront pas éternellement à disposition : les veilles de fêtes (ex : le samedi de Pâques), journée de ponts, vendredi après-midi (le week-end commençant de plus en plus tôt...), mercredi et vacances scolaires, et plus généralement tout ce qui peut attirer les télétravailleurs, été comme hiver. Et quand on a dû rester enfermé à l'abri du soleil tout l'été, on a d'autant plus envie de sortir l'hiver...

 


Le président Hugues Crosnier avec son bras droit Nicolas Lefebvre.



Heureusement, certains le font déjà. Par exemple, l'hippodrome de Pornichet prépare un gros événement le 18 décembre pour Noël. Avant cela, Craon met les petits plats dans les grands pour un marché de la Saint-Nicolas qui réunit tout ce qu'il faut pour être heureux aux courses. Rappelons nous le scandale local qu'avait suscité l'arrivée d'une ancienne réunion de Seiches (hippodrome récemment fermé) à Craon en novembre. C'était du grand n'importe quoi, hululaient les fosseyeurs des courses, tous ceux (nombreux) qui n'ont de raison de vivre que de tuer ceux qui les font vivre. Tout le monde prennait Hugues Crosnier au mieux pour un fou, au pire l'accusait de vouloir s'accaparer les courses des autres. C'est dingue ce que les aveugles peuvent parler. Aujoud'hui, Craon fait la Saint-Nicolas et propose au grand public, dans des conditions d'accueil optimum en plein hiver, des courses de plat et d'obstacle sur des pistes en herbe que l'adoucissement des froides saisons ne risquent plus vraiment de transformer en terrain de hockey-sur-glace ou en champ de neige. Demain, il projette de faire encore plus osé : un "boxing day" à l'anglaise entre Noël et le 1er de l'an. L'analyse est simple.Attachés aux courses depuis leur enfance, de très nombreux craonnais partis travailler aux quatre coins de la France revenaient au pays pour passer les fêtes en famille. Succès et ambiance garantis. Et dire que parfois, il suffit d'oser réfléchir aux nouvelles solutions plutôt qu'à la résolution de vieux problèmes devenus insolubles.

COMMUNIQUE :

 

Courses et marché de la Saint Nicolas dimanche 4 décembre sur l’hippodrome de Craon

Dimanche 4 décembre prochain, l’hippodrome de la Touche vous ouvre ses portes gratuitement pour 8 courses, plat et obstacle et de nombreuses animations sur le thème de la Saint Nicolas.

Cette réunion premium débuteravers 10h, il y aura 4 courses plates, 2 steeples, un cross et une course de haie. Pour la première fois, lors du cross-country, le gué sera franchi par les chevaux : une belle nouveauté qui intéressera les spectateurs.L’entrée est gratuite, seul le programme sera payant pour les courses au prix de 2€.

Dès 10h le matin, il sera possible de venir découvrir le marché de la Saint Nicolas avec une quarantaine exposants. Ce marché sera agrémenté par de nombreuses animations, unvrai Saint Nicolas sera présent et se prêtera aux photos mais il y aura aussi des manèges, des poneys, une mini-ferme, des balades en calèche,une mascotte …Le soir pour finir en beauté un feu d’artifice. Mondial de foot oblige, si notre équipe finit première de son groupe, et c’est bien parti après la victoire 4 à 1 contre l’Australie, on pourra suivre la rencontredes 8èmes de finale sur plusieurs écrans à partir de 16h. Une vraie fan zone !

Les amateurs d’accordéon pourront aussi écouter Béatrice Perrin qui avait animé avec talent la soirée d’Août.

Comme l’hippodrome dispose de nombreuses surfaces couvertes, il y aura plusieurs possibilités de se restaurer et de profiter des buvettes et du vin chaud. Galettes, crêpes, restauration rapide, fouées, chacun pourravivre cedernier rendez-vous de l’année 2022 en toute convivialité.

A 18h sera tiré le feu d’artifice professionnel sur les pistes devant les tribunes, un grand moment de spectacle, de musique et de lumières qui préfigure les fêtes de Noël.

Alors,venez profiter du spectacle des courses et des animations, faites vos achats de Noël avec Saint Nicolas dimanche 4 décembre sur l’hippodrome de la Touche !

Menu Pot au feu20€ au restaurant réservation au 0243122159 

Quelle est la tradition de la Saint Nicolas ?

Traditionnellement, dans la nuit du premier weekend de décembre, la coutume veut que Saint-Nicolas se déplace sur son âne, pour se rendre dans chaque maison où se trouvent des enfants. Sa mission est de récompenser tous ceux qui ont été sages en leur apportant des confiseries, et parfois même des petits cadeaux.




 

 

Voir aussi...

Le Grand Cross de Craon 2022 pour Twirling : tout vient à point à qui sait attendre

Battu de peu en 2002 avec Ebel du Lion, dont il était à la fois le propriétaire, l'entraîneur et le jockey, Serge Hamon a enfin pris sa revanche dans le Grand Cross de Craon grâce son champion d'élève Twirling, sorti brillant lauréat de cette épreuve ce dimanche 04 septembre 2022 avec Paul Denis, permettant ainsi à Christophe Dubourg, metteur au point du cheval depuis ce printemps, de conserver son titre dans cette course mythique. A  revivre en Live et en photos ci-dessous.

Bertrand Thélier remporte la course des légendes pour son ami Arnaud Chaillé-Chaillé

Au cœur de la réunion dominicale des Trois Glorieuses à Craon, se disputait le Prix des Gladiateurs du PMU. A l’initiative de Jacques Ricou et Hughes Crosnier (Président de Craon), cette course hors pari mutuel rassemblait 13 anciens jockeys d’obstacle pour une course plate longue de 2200 mètres. La palme est revenue à Bertrand Thélier en selle sur Teoboss, un cheval de son ami Arnaud Chaillé-Chaillé.