Hello Vergoignan, le retour par la grande porte de l'élevage de Benoît Terrain

18/05/2020 - Focus Elevage
Éleveur de nombreux Anglo-Arabes victorieux aussi bien en course qu’en concours hippique, Benoît Terrain a signé un retour en fanfare hier après dix années sans partant grâce à la victoire en débutant de l’un de ses pensionnaires, Hello Vergoignan. Un fils du regretté Diamond Green, issu d’une magnifique souche Pecos et qui a conclu cinquième du Grand Show Anglo de l’an dernier. 

Revivez la victoire d'Hello Vergoignan

(Crédit: Facebook Hippodrome de Vignetta Ajaccio)

 

S’il est un élevage que l’on attendait de revoir sur le devant de la scène avec impatience, c’est bien celui de « Vergoignan ». En effet, la structure créée par Benoît Terrain et sa femme, Anne-Marie, en 1975 dans le Gers, berceau du cheval Anglo-Arabe, a acquis sa notoriété par le truchement de chevaux capables de s’illustrer aussi bien en course qu’en concours hippique, notamment dans les années 1980-1990. Des Anglos de sport, comme Leila Vergoignan, premier produit élevé par Benoît Terrain à avoir remporté plusieurs compétitions internationales, notamment face à un certain Jappeloup, petit cheval disgracieux mais malgré tout champion de France, champion d’Europe et même champion Olympique de saut d’obstacles sous la selle de son fidèle cavalier, Pierre Durand. Mais également de courses, tels Core Vergoignan, sacré meilleur Anglo de 4 ans dans la discipline du steeple-chase en 1983 ; Plouk Vergoignan, gagnant du Ministère de l’Agriculture en 1984 devenu ensuite un bon étalon Anglo ; et autres Fleur Vergoignan, lauréate à cinq reprises et deuxième du Grand National toulousain avant de donner au haras Nora Vergoignan, victorieuse à son tour par huit fois.
 
 
 
Plouk Vergoignan, un gagnant du Ministère élevé par Benoît Terrain, dans le Gers
 
 
Un élevage à succès donc, mais dont les produits avaient disparu des programmes depuis 2010. Benoît Terrain a effectivement dû mettre son activité en suspens pour s’occuper de sa femme, qui a malheureusement perdu son combat contre la maladie il y a déjà cinq ans. Ayant trouvé en lui la force et l'envie de reprendre l’élevage, ce dernier a eu la joie hier de voir son premier partant de l’année remporter sa première course en débutant sur l’hippodrome d’Ajaccio. Entraîné par Daniel Ferir, un homme qui sait y faire avec les Anglo-Arabes sur l’île de Beauté, et montée par la jeune Marie Waldhauser, Hello Vergoignan a longtemps évolué en antépénultième position avant de se rapprocher dans le tournant final et de très bien prolonger son effort pour rallier le poteau en tête devant Hardy Croixnoire (Maiguiri) et Go Chop (Fairplay du Pécos). Un podium constitué de trois poulains ayant chacun performé lors du Grand Show Anglo de l’an dernier. En effet, Hello Vergoignan avait conclu cinquième chez les poulains de 12.5 à 25%, épreuve où Go Chop avait conclu troisième tandis qu’Hardy Croixnoire avait remporté le titre chez les 25 à 37.5%. C’est dire de la notoriété de cette manifestation, devenue en peu de temps le rendez-vous incontournable de tous les amoureux de l’Anglo.
 
 
 

 
Benoît Terrain revient sur l’histoire de ce poulain. « J’avais acheté la mère, Falladore, à Patrick Davezac (Haras du Pecos), car j’ai connu une belle réussite par le passé avec cette souche. Elle est d’ailleurs la propre sœur de l’excellent Fax du Pecos qui avait notamment remporté le Ministère des 25% en plus de 33 autres victoires. La jument était alors pleine de Diamond Green, un étalon que je trouvais intéressant puisque ses produits commençaient à faire un peu de bruit en obstacle. Une discipline qui a déjà bien réussi au frère d’Hello, Funko du Pécos, qui a tout de même remporté cinq courses chez Guillaume Macaire. Hormis Hello, Falladore a eu deux autres mâles que j’aime beaucoup, l’un par Kap Rock, qui a deux ans et qui est inscrit au prochain Show Anglo, l’autre par Scalo et elle a cette année pouliné d’un produit de Fairplay du Pecos. »  
 
 
 
Benoît Terrain, ici avec ses protégés et une jeune éleveuse en devenir
 
 
C’est alors que Benoît Terrain décide de faire appel pour la première fois aux services de Benjamin Chauvel (Écurie du Petit Enjoie), à la tête d'une jeune structure spécialisée dans le débourrage/pré-entraînement dans le Gers qui va également préparer le poulain de l'Élevage Vergoignan en vue du Grand Show Anglo 2019 où il terminera, rappelons-le, cinquième des mâles de 12.5 à 25%. « Pour une première, il faut croire que cela s’est plutôt bien passé ! Lors du Show Anglo, Antoine Bardini (l’actuel propriétaire d’Hello Vergoignan, ndlr) regardait le cheval mais ne voulait pas l’acheter, trouvant qu’il manquait de taille. Mais François Nicolle est passé par là et lui conseillé de l'acheter car il trouvait que le poulain avait de bons points de force. Le cheval va tout d’abord effectuer une campagne de plat en Corse, avant de s’essayer ensuite en obstacle chez François Nicolle où, je l’espère, il pourra faire carrière dans cette discipline ».
 
 
 
Hello Vergoignan, lors du Grand Show Anglo de La Teste de l'an dernier
 
 
Un scénario similaire donc à San Petrone Corso, autre protégé d’Antoine Bardini à avoir débuté sa carrière en Corse, chez Daniel Ferir, avant de rejoindre les boxes de François Nicolle et de remporter le Grand Steeple-Chase des Anglo-Arabes cet hiver à Pau. Un itinéraire qu’a également emprunté un certain Aragorn d’Alalia, lauréat de cinq épreuves pour son propriétaire-entraîneur, Christophe André, avant de remporter le Prix Wild Risk (L.) en 2017 et de terminer deuxième de la Grande Course de Haies de Printemps (Gr.3) en 2018 pour le maître-entraîneur de Saint-Augustin et ce face aux meilleurs de la discipline, Anglos ou non d'ailleurs. « Il est encore trop tôt pour dire si Hello est un tout bon cheval. Mais nous sommes très contents de ses débuts et on espère qu’il confirmera par la suite. Élever un gagnant procure déjà énormément de satisfaction et de plaisir». Un sentiment que nous éprouvons nous aussi à retrouver les « Vergoignan » sur la plus haute marche du podium.

 


Voir aussi...