Goodwood - le 31/07/2019
The Goodwood Sale
Le Pin au Haras - le 31/07/2019
National de l'obstacle

Free Port Lux nouvel étalon au Haras de Cercy en 2017

15/10/2016 - Mercato
 Après avoir acquis Karaktar, le Haras de Cercy dans la Nièvre recrute un 2e étalon débutant avec le triple gagnant de Groupe Free Port Lux (1,70 m), fils d'Oasis Dream et de la gagnante de Gr.1 Royal Highness, par Monsun. Le pensionnaire de Freddy Head, racheté 650.000 € à la vente de l'Arc 2015 par Olivier Thomas le soir de son succès dans le Prix Dollar, est l'objet d'une syndication.


Free Port Lux, un bai brun d'1,70 m

Voilà qui porte à ce jour le parc étalon du Haras de Cercy dans la Nièvre à 8 unités ! Au moins, les éleveurs auront du choix entre des éléments de profils et d'âges très variés. La dernière recrue en date, est né de 2 gagnants de Gr.1 et a été l'un des meilleurs 3 ans de sa génération en 2014. Acquis 220.000 € yearling à Deauville par Freddy Head pour le compte d'un nouveau propriétaire nommé Olivier Thomas, patron du port franc du Luxembourg et qui l'a donc appelé Free Port Lux, cet élève de l'Ecurie des Monceaux et né du croisement d'Oasis Dream, champion sprinter deveu étalon vedette, et Royal Highness, fille de Monsun, lauréate du Prix de Malleret (Gr.2) à Deauville puis des Beverley D. Stakes (Gr.1) outre-Atlantique.

Malgré son physique très imposant, puisque ce bai brun toise 1,70 m, il a gagné en débutant à 2 ans mi-octobre à Longchamp. Dauphin de Gailo Chop dans le Prix La Force (Gr.3), il remporte ensuite le Prix Hocquart (Gr.3). S'il a échoué dans le Prix du Jockey-Club, ce vrai cheval de distance intermédiaire retrouvera la victoire à l'automne dans le Prix du Prince d'Orange (Gr.3) sur 2000 m, puis un an plus tard dans le Prix Dollar (Gr.2) sur 1950 m la veille de l'Arc 2015, d'où son rachat flamboyant le soir même pour 650.000 €. Avec son pedigree et ses performances de plat, mais son pysique prometteur pour l'obstacle, il sera proposé à 1800 € pour les coopérateurs, et 2000 € pour les non-coopérateurs.

Voir le communiqué de presse.


On en parle dans l'article