Aujourd'hui : Cheltenham
January Sale
Newmarket - du 30/01/2020 au 31/01/2020
February Sale
Kill - du 04/02/2020 au 05/02/2020
February Sale

Racinger acquis par le Haras de Vains, en cours de syndication

15/02/2019 - Zoom sur
 Alors qu'il entame sa 2ème saison au Haras de Vains, tout près de Dragey dans la Manche, le confirmé Racinger a été acquis par Adrien Delaroque, qui propose de revendre quelques droits à saillie dans des conditions avantageuses. Par ailleurs, le Haras de Vains fera sa journée Porte Ouverte le samedi 2 mars.

 

 

Alors que son fils Celtior vient de remporter sa 3ème course de l'hiver, le 12 février en steeple à Toulouse après 2 succès sur les haies du meeting de Cagnes/Mer, Racinger vient de changer de main...tout en restant au même endroit. Jusqu'alors, il était propriété de la SCAECC du Haras de Cercy qui l'avait acheté aux Haras Nationaux sous l'égide desquels le cheval avait commencé sa carrière d'étalon. C'était d'ailleurs la raison de la présence du fils de Spectrum à la présentation des étalons de Cercy début janvier, en plus de celle du Salon du Lion. 

 


Funky Town, fille de Racinger, lors de sa victoire à Compiègne (photo APRH)
 

 

Racinger a beaucoup plu aux éleveurs régionaux l'an dernier, puisqu'il a sailli 55 juments en 2018, soit plus du double de l'année précédente. Et il n'y a pas de raison que cesse cet engouement dans la mesure où Racinger, en plus de Celtior, a donné l'an dernier un bon 4 ans en Angleterre (Eragon de Chanay) mais aussi 3 vainqueurs de 3 ans en obstacle : Althor à Lyon, Funky Town à Compiègne et Fanfan du Seuil à Exeter.

 

 


Racinger

Adrien Delaroque propose de vendre des droits à saillie pour la somme de 3200 € pièce, qui donnent droit à 2 saillies en 2019, 2 saillies en 2020, puis 1 saillie par an, sachant que le prix de saillie individuel est fixé à 1600 € HT.

 


Adrien Delaroque avec Adriana Rochelaise

 

Le cheval sera donc présenté au public qui ne le connaît pas encore le samedi 2 mars à Vains, entre Avranches et Dragey, en même temps que l'autre étalon du Haras, Conillon, également acquis par Adrien Delaroque, et donc de retour à Vains où il avait couvert 36 juments en 2017.


On en parle dans l'article