Cheltenham - le 01/06/2017
Vente de Mai
Ascot - le 06/06/2017
Vente de Juin
Cercy-la-Tour - le 09/06/2017
Concours de 2 ans AQPS

Arqana présente : Un succès, des acteurs et Spiritjim

01/07/2014 - Arqana Succes
En partenariat avec FRANCE SIRE, ARQANA présente aujourd'hui les frères Antoine et Hervé de Talhouet-Roy, du Haras des Sablonnets, les éleveurs de Spiritjim, le gagnant 2014 du Grand Prix de Saint-Cloud (Gr. 1). Installé dans la Sarthe, le Haras des Sablonnets s’étend sur 100 hectares le long du Loir. Il fête son 150ème anniversaire en 2014. LIRE L'INTERVIEW COMPLETE.
France Sire : Pensiez-vous à la victoire à 300m du but ?
Antoine et Hervé de Talhouet-Roy : « Pas du tout très sincèrement. Nous espérions que Spiritjim (en photo ci-contre ©APRHmaintienne sa deuxième place derrière le fuyard Noble Mission. Nous l’avions tout de même soutenu et avons pensé que la pouliche Siljan’s Saga l’a beaucoup aidé dans sa lutte. On a donc joué en équipe entre français. C’est uniquement lorsqu’il a passé le poteau en tête que nous avons réalisé qu’il avait gagné. »
 
 
FS : Expliquez-nous vos impressions au passage du poteau.
« Sur le moment, on était parti sur une autre planète. C’est une joie qu’on peut difficilement rencontrer ailleurs. On a de suite pensé à Le Marmot, ce cheval de notre père qui avait terminé 2ème du Prix de l’Arc de Triomphe en 1979 et fils de l’étalon Amarko qui faisait déjà la monte au Haras des Sablonnets. On a également pensé à François Boutin et Pascal Bary. Le Marmot était entrainé par François Boutin ; à l’époque, Pascal Bary était son assistant. Il est amusant de noter que l’histoire continue 35 ans après. Pascal Bary a su attendre Spiritjim en digne disciple de François Boutin. »
 
 
FS : Pourquoi avoir présenté Spiritjim aux Ventes de Yearlings d’Octobre ?
« Spiritjim a été très beau foal, lors de ses premières semaines de vie. Plus tard, donc yearling, il était très haut sur jambe, efféminé, pas soudé, en retard sur nos autres yearlings et n’était pas dans sa robe de marié pour aller aux ventes d’août malgré un pedigree plus que formidable (ndlr : Spiritjim est un fils de Galileo. Son frère Silver Frost avait gagné la Poule d’Essai des Poulains Gr. 1). En tant qu’éleveurs-vendeurs, notre élevage est plus apte à produire des yearlings pour octobre. Si nous jugeons que nos yearlings ne sont ou seront pas prêts en août, nous attendons volontiers octobre, une très bonne vente par ailleurs. Spiritjim y avait fait le top price à 310.000€! »
 
Antoine de Talhouet-Roy parle de Spiritjim après le Grand-Prix de Saint-Cloud 2014
 
FS : Les ventes de yearlings approchent, parlez nous de votre contingent de poulains.
« Nous aurons une pouliche pour la vente de yearlings d’août. Une fille de Lawman et Sandslide, le lot 190 (voir son pedigree), une nièce de Sandbar et Brasileira née et élevée chez nous aux Sablonnets. Nous voulons vraiment donner un maximum de chance à nos poulains. La vacation d’octobre tombe très bien pour notre élevage. Le Haras des Sablonnets y présentera un bon contingent dont un premier produit de Melinda (sœur de Font Froide et Fontcia) par Kendargent, un mâle par Silver Frost et My Memoir de la proche famille de Not Just Swing, San Marino Grey, Nahoodh et un autre mâle par Turtle Bowl et Font Froide qui avait marqué les esprits en gagnant le Prix Achille-Fould (Listed) de 20 longueurs à Auteuil. Les foals 2014 s’annoncent très bien. »
 
Revoir les 600 derniers mètres du Grand Prix de Saint-Cloud 2014
 
FS : Le Haras des Sablonnets existe depuis 150 ans, comment envisagez-vous l’avenir ?
« Nous remercions nos ancêtres qui nous ont permis de continuer ce métier passionnant. Cependant, nous ne devons surtout pas nous reposez sur nos lauriers : aller de l’avant, faire tourner notre effectif de poulinières, ressortir les souches maisons comme nous l’avons fait avec la famille de Maredsous. Rien n’est acquis. Evidemment, le rêve est de produire un Spiritjim bis « made in Sablonnets », le conserver à l’entrainement et si les choses se passent bien, le conserver comme étalon. Mais dans une réalité économique, il faut savoir rester prudent sur tous projets à long terme. Personnellement (ndlr : il s’agit d’Antoine de Talhouet-Roy, propriétaire et manager du Haras des Sablonnets), j’ai trois jeunes enfants et pourtant, je ne les obligerai jamais à reprendre le Haras. » 
 
VOIR LA FICHE COMPLETE DE SPIRITJIM (PEDIGREE + VIDEO YEARLING) LORS DE LA VENTE DE YEARLINGS D'OCTOBRE 2011
 


On en parle dans l'article


Commentaires

Soyez le premier à commenter cet article


(pour valider votre commentaire sur votre boite mail)