La fameuse Présidence de France Galop : une élection sans programme ?

12/12/2015 - Focus divers
Pressentis depuis des semaines et vus en pleine action de campagne pendant les ventes de décembre à Deauville, Edouard de Rothschild et dans sa foulée Philippe Augier viennent d'annoncer officiellement leurs candidatures, rejoignant Loïc Malivet dans la course à la Présidence de France Galop à seulement quelques jours du scrutin du mardi 15 décembre. Aucun n'a présenté un programme détaillé et si c'était le cas, il ne pourrait pas être étudié et discuté si près d'une élection dont les modalités ont de quoi laisser sans voix.
 
 
Même si pour l'édition 2015, de nombreux efforts de pédagogie ont été prodigués, il n'y a pas grand monde qui comprend, qui peut expliquer voire justifier le mode d'élection de France Galop, de son comité et de son Président, tant ce scrutin à 2 tours est complexe. En rassemblant des élus socioprofessionnels et des présidents de Sociétés de Courses et de Comités Régionaux, ajoutés au corpus des cooptés, ce comité de 56 personnes a pour mérite de vouloir représenter le plus d'acteurs possibles du territoire. Néanmoins, le fait que les historiques "cooptés", qui se nomment entre eux, soient au nombre de 22 parmi les 56 leurs confèrent toujours un poids considérable, pas majoritaire de façon absolue, mais décisive.
 
Voir la composition complète du comité.
 
Mais tout de même, surtout dans notre beau monde moderne, la chose la plus incroyable reste que le vote hautement symbolique du Président, homme de grand pouvoir dans l'institution, se déroule... à la dernière seconde ! A prendre un peu de recul, on se demande comment des candidats à un poste d'une telle importance peuvent se déclarer aussi près de la date du vote, voire... après le vote "du public", dont la date butoir fut le 23 novembre.
 

Les candidats connus après l'élection !
 
 
Ainsi, le 1er à faire son annonce fut Loïc Malivet, le 10 novembre lors de la soirée de l'Assleco, 13 jours seulement avant la clôture du scrutin, sans livrer son programme qu'il n'a pas dévoilé non plus lors du gala de l'élevage le 7 décembre. Le Président du Syndicat des Eleveurs a été élu au comité, ce qui a validé sa candidature présidentielle. Les deux autres candidats, Edouard de Rothschild et Philippe Augier, sont cooptés, donc membres d'office du comité, et donc éligibles sans avoir à passer par les urnes. Aucun des deux, déclarés candidats à la fin de la semaine, n'a présenté de plan d'action tout à fait détaillé. Car vouloir le retour de la croissance est une déclaration d'intention louable, mais pas une stratégie. Et il semblerait même qu'un 4ème candidat, le récemment élu Daniel Augereau, puisse se déclarer le jour même du scrutin final, le 15 décembre à partir de 10H00, comme les règles internes de France Galop le lui permettent. Donc, au grand dam des nouveaux acteurs de Génération Galop, et de son coleader Georges Rimaud, les socioprofessionnels du 1er tour ont voté leurs "grands électeurs" pratiquement sans connaître un candidat et sans pouvoir décrypter aucun programme. Alors qui défendre en toute objectivité ? Aux Etats-Unis, la Présidentielle de l'Etat se fait aussi en 2 tours, mais les 2 candidats finaux sont connus longtemps à l'avance, et les grands électeurs montent aux ordres.
 
Même si, dans le petit monde des courses de galop français, tout le monde se connaît plutôt bien, les enjeux actuels qui dépassent largement les frontières et concernent de très près la vie ou la mort de TOUS les acteurs, quels que soient leurs niveaux, exigeraient logiquement une clarté tout autre dans les décisions qui seront prises dans les années à venir. Comme on pouvait s'y attendre, des débats particulièrement houleux ont lieu depuis les résultats du 1er tour, si le votant socio proferssionnel lambda apprend au fur et à mesure que le grand électeur qu'il a soutenu se retrouve à donner sa voix à un futur Président qu'il ne souhaite pas, voire qu'il ne souhaite pas du tout. Il peut y avoir comme une désagrable impression de cocufiage...
 
 
Les profils des 4 candidats officiels ou pas
 
 
Donc à la finale, nous aujourd'hui avons 3 candidats déclarés et 1 autre envisagé :
 
  • Loïc Malivet, actuel Vice Président de France Galop, soutenu par le Président sortant Bertrand Bélinguier. Il réprésente la continuité même s'il ne cache pas des divergences de points de vue et de méthodologie. Il revendique être un homme de terrain en même temps qu'un homme de dossier.
     
  • Edouard de Rothschild, auteur de 2 mandats puis battu par Bélinguier et d'Indy en 2011 et qui tente un come back fracassant. Après quelques années de grande discrétion,  l'éleveur propriétaire d'Esotérique a fait son grand retour aux courses classiques au printemps, puis a même ratissé sur le champ de l'obstacle à Auteuil et en province à l'automne. Il réprésente donc le retour, bien qu'il a annoncé pendant sa campagne avoir des idées nouvelles, ayant appris de son expérience précédente.
     
  • Philippe Augier. Maire de Deauville depuis 2001, ancien dirigeant des jeunes giscardiens, ancien patron de l'Agence Française, pendant près de 3 décennies à partir de 1977. Actuellement membre actif du Nouveau Centre, proche d'Hervé Morin, qui fut longtemps pressenti comme un candidat potentiel avant de se focaliser sur la nouvelle grande région de Normandie, il représente la nouveauté dans un cadre traditionnel, faisant partie des cooptés qui ne sont quand même pas le symbole d'un modernisme effrené.
     
  • Le cas de Daniel Augereau, qui n'a pas caché ses prétentions depuis le début de l'automne, reste une éventualité plausible. L'un des fondateurs de l'Asselco, il s'est surtout fait connaître dans le monde de l'entreprise en tant que PDG de Synergie, le grand groupe de travail temporaire. Auteur d'un rapport sur "l’évolution de l’institution des courses dans le contexte de l’ouverture à la concurrence du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne", à la demande de François Fillon, alors 1er ministre lorsqu'il l'a reçu en février 2012, 3 mois avant l'échec de Sarkozy à la Présidentielle. Il n'a cessé depuis de reprocher à France Galop d'avoir utilisé ce rapport pour caler une armoire plutôt que pour y trouver des éléments de progrès.

La France est devenue PUNK !
 
Aucune élection de France Galop n'aura autant fait couler d'encre, animé de débat et occupé les esprits que celle de cette année, ce qui en dit beaucoup sur son enjeu ressenti dans un pays mort d'inquiédtude, à tort et à raison, où la sinistrose paresseuse concurrence le catastrophisme béat. Au quotidien c'est "No future". Finalement, la France est devenue punk !
 
Depuis des mois, les électeurs se sont généreusement égorgés sur les cas des candidats potentiels, rivalisant de défauts et de faiblesses. Maintenant, ce ne serait même plus la peine d'en parler dans la rue puisque l'urbain ne peut plus voter aujourd'hui. Pour croire qu'il a voix au chapitre, il ne lui reste plus qu'à tenter d'exercer de l'influence sur les grands électeurs, ce qui n'est par principe pas très sain. Pour faire court, les chalands de la rue, ou plutôt des ronds de présentation ou des rings, cherchaient 2 profils type complètement différents et 1 intermédiaire :
 
  • L'homme providentiel. Voilà qui n'est pas simple à trouver. Par nature, ce genre de messie est rarissime et se dégage de la masse surtout en temps de crise extrêmement grave. Le problème est que le Général de Gaulle est mort, sans jamais avoir été remplacé, que Jean-Luc Lagardère est mort aussi, et que n'est pas homme providentiel qui cherche à le faire croire. Nous avons aujourd'hui l'exemple de Nicolas Sarkozy, l'absolu contraire du Général, et dont la tentative de retour est encore plus sombre que l'excercice et la perte de son pouvoir. La droite, sinon le pays entier, paie ainsi le prix le plus fort de son aveuglement. Enfin, en faisant un peu de psychologie de comptoir, on vient à penser que chercher un homme providentiel trahit une nappe de faiblesse dans l'électorat, d'ailleurs tout à fait sensible à la Présidentielle de la République française. Ainsi, tout le monde, se gardant bien de prendre ses responsabilités, pourrait ainsi se cacher à l'ombre d'un personnage supposé tout faire, tout savoir, tout régler... et finalement prendre tous les coups à la place des autres, jusqu'à temps que la déception qu'il génère fatalement l'amène dans la position de cible pour tomates pourries.

    En conclusion, la vraie question est de savoir si on a déjà besoin d'un sauteveur "Superman" comme lorsque le pays était envahi de nazis, ou quand les courses de galop étaient tombées en poussière, en schlérose et en ruine financière au début des années 90, avant la décentralisation décidée d'un grand coup de poing sur la table par Lagardère. Si oui, attention les yeux : il va falloir accepter de prendre des coups de pieds au cul et avancer.
 
  • Le pantin. A priori, il est plus aisé de trouver des candidats pour ce rôle que pour l'homme providentiel. Comme toujours, dans n'importe quelle société, certains hommes d'influence veulent gérer le pouvoir mais sans être calife à la place du calife. Le problème est que cette solution ne marche jamais. Soit le pantin en question prend du galon, et les relations avec les généraux et cadres frustrés deviennent délétères au point de provoquer des putschs. Soit les membres des "shadow cabinets" conduisent le signataire dans toutes les directions, donc pas la bonne.
 
  • Le carnet d'adresses. Il s'agit en l'occurrence du personnage détenant comme atout essentiel un carnet d'adresses très bien garni, souvent grâce à son nom et son éducation, supposé lui permettre de franchir quand il le souhaite les portes des ministères de tutelle (Budget, Agriculture), quelles que soient leur couleur politique. Là encore, cette perspective reste peu réjouissante. Cela tendrait à confirmer que dans ce pays, toute activité d'un certain niveau doit sa vie ou sa mort à la volonté d'un costumé ministériel, souvent intermittent d'un spectacle dramatique pour des durées d'embauche très aléatoires. Récemment, sous Sarkozy, toutes les conditions favorables étaient réunies : un Président de l'institution au patronyme célèbre (Rothschild) et un gouvernement avec au moins 3 ministres (Fillon, Woerth, Morin) tout à fait sensibles à la cause équine. Et alors, des conclusions ? Ben pas grand chose qui nous a assuré des lendemains qui chantent. Et Lagardère, qui avait le carnet d'adresse en plus de l'envergure de l'homme providentiel, est mort sans remplaçant.
 
Alors que souhaiter ? Un Président "normal" ? Euh... pas deux fois ! Plutôt un personnage tout simplement efficace, motivé, clairevoyant, confiant, courageux pour tailler dans le gras et doué du sens du devoir accompli. C'est déjà beaucoup, n'est-ce pas ?
 
PS : si quelqu'un trouve un programme d'ici mardi, surtout qu'il en parle.