Emmanuel Clayeux organisera un vrai Point to Point dans l'Allier en 2017 !

11/06/2016 - Focus divers
Voilà un entraîneur qui a de l'initiative ! Le mentor de Rhialco et Vézelay se lance dans l'organisation d'une grande première en France : une journée de Point To Point à l'anglaise dans ses propres installations de l'Allier au 2e semestre 2016.  


Emmanuel Clayeux, juge du concours de Cercy 2016 en compagnie de Claude-Yves Pelsy.
 

Emmanuel Clayeux a toujours tracé son propre chemin et continue de la faire en révélant une initiative dont on se demande pourquoi personne ne l'a eu auparavant. Fils de l'éléveur Dominique Clayeux, ancien débourreur pré-entraineur avant de prendre sa licence publique en restant chez lui à Vaumas dans l'Allier, Emmanuel Clayeux a déjà gagné les grandes courses d'Auteuil, avec Rhialco et Vézelay...devant des tribunes vides et une ambiance d'enterrement. Amoureux de l'obstacle dans sa nature d'origine, Emmanuel Clayeux est nécessairement fan, tout comme son mentor spirituel Guillaume Macaire, des courses anglaises et donc de leur base culturelle et rurale ancestrale mais toujours très vivace : les Point to Point.

 
Les Point to Point sont des courses d'obstacle en plein champs pour cavaliers amateurs et inscrits dans des équipages de chasse à courre, qui se disputent pendant l'hiver. A l'origine, les gens de bonne famille, ceux qu'on appelle en France les "gentleman farmer", et surtout les fils en pleine apprentissage des valeurs sportives authentiques, concourrent sur 3 à 4 miles (4800 à 6400 m) en partant d'un point jusqu'à un autre de la campagne anglaise, en terrain varié et en sautant tous les obstacles naturels, haies sauvages ou murs de pierre, qui se présentent sur le chemin. Aujourd'hui, les chevaux sont des pur-sang au modèle robuste car devant porter 12 stones (76 kilos), ex ou futurs chevaux de courses "officiels" qui s'expriment dans des prés pentus appartenant au châtelain local où sont posés des fences provisoires, et plus rarement sur des hippodromes d'obstacles de second plan.
 
 
 
 
 
Les point to point sont une merveilleuse école tant pour les chevaux, puisque de nombreux champions comme Faugheen proviennent de ce circuit, que pour les hommes car les jeunes cavaliers amateurs viennent en famille, avec parents, frères, soeurs et amis, pour connaître des sensations extraordinaires qui feront d'eux à coups sûrs des propriétaires dès qu'ils en auront les moyens, en âge de travailler. Bref, tout ce qu'il nous manque en France où la discipline se meurt à petit feu dans le désintérêt public, et en même temps croulant sous le pognon tant des allocations bien plus généreuses qu'Outre-Manche que du fantastique marché offert par les mêmes propriétaires anglais qui entretiennent joyeusement un système qui leur coute une fortune !
 
Ce qui peut sembler des pratiques du passé sont pourtant le futur, comme ne le comprennent pas nos brillants dirigeants du PMU qui n'ont même pas été capables de se débarrasser défniitivement d'Eric Brion. Heureusement, dans notre pays, certains agissent hors des aveuglements institutionnels pour faire tourner quand même la boutique, à l'exemple d'Arqana qui a permis, en forçant la main des juristes de France Galop, le coup d'accélérateur porté aux Ecuries de Groupe. D'ailleurs, tout récemment, une écurie de groupe a été formée autour d'Emmanuel Clayeux. Cette écurie s'appelle...Point to Point ! L'homme de l'Allier reste donc dans le ton et explique :
 
" J'ai voulu réitérer la journée des propriétaires que j'ai organisé à la maison en 2015. Mais cette organisation est très lourde et je souhaitais y associer une idée nouvelle. Quand je vois comment l'ambiance est sympa en Angleterre et en Irlande aux Point to Point, quand je comprend l'esprit des 5 gentleman anglais que j'accueille tous les été à la maison, je me suis dit qu'il faudrait tenter de faire un tel type d'événement en France, chez moi, en 2017.  Je compte pour cela dans la collaboration du Club des Gentleman en France, avec Maxime Denuault (vainqueur du Prix Xavier de Chevigny en selle sur Rhialco) qui ne demande qu'à s'investir, et bien sûr les services de France Sire !

 
Afficher l'image d'origine
Emmanuel Clayeux avec Maxime Denuault, après la victoire de Rhialco dans le Prix Xavier de Chevigny à Auteuil, le jour du Grand Steeple-Chase de Paris 2016.

 
 

J'imagine une journée complèe de 4 à 6 courses, avec chevaux d'obstacle confirmés qui seront montés par des gentleman internationaux inscrits dans des clubs (pour des questions d'assurance), les lots aux vainqueurs, des sponsorset surtout une ambiance festive. Nous pouvons utiliser un champ de 25 hectares sur lequel je peux disposer des fences anglais, car de toute façon, à la maison j'ai déjà des obstacles mobiles.

En ce qui concerne la date, je pense à un samedi de septembre ou d'octobre, en fonction des disponibilités du programme des courses. Ou alors, le samedi suivant le vendredi du concours de Decize, ce qui sera forcément très rassembleur."