1000 Guinées : le printemps de Winter issue d'une famille de pur sprinteur

09/05/2017 - Grands destins
A l’arrivée des 1000 Guinées, Winter (Galileo) a devancé sa compagne de couleurs (le team de Coolmore) et d’entrainement (Aidan O’Brien), Rhododendron (Galileo), la gagnante des Fillies’Mile (Gr.1) de Newmarket à 2 ans. Par Xavier BOUGON.
Winter, gagnante des 1000 Guinées 2017 avec Wayne Lordan
 
 
Aidan récupère les seconds couteaux
David Wachman, gendre depuis 2002 de John Magnier, a décidé d’arrêter sa carrière d’entraineur à la fin de l’année dernière. Il avait dans sa cour de Longfield Stables, une certaine, Winter, placée à Naas et Gowran Park et gagnante à Dundalk sur le dirt en août 2016. Son palmarès n’a donc rien de transcendant. Le 3 novembre suivant, elle débarque à Ballydoyle chez Aidan O’Brien.
Quant à Rhodendron, elle a de qui tenir puisque sa mère, la championne Halfway To Heaven (Pivotal), s’est adjugée les Irish 1000 Guinées après avoir été dominée par Zarkava et Goldikova dans le Poule d’Essai de Longchamp. Elle se vengera ensuite en devançant ses adversaires dans les deux Groupes 1, les Nassau St. (devant Lush Lashes et Passage of Time) et les Sun Chariot St. (devant Darjina).
 
NotesAidan O’Brien vient à nouveau d’inscrire deux classiques à son fabuleux palmarès. Il est encore loin des 12 et 16 succès de Federico Tesio dans les Poules italiennes (Premio Parioli et Regina Elena) mais il vient d’égaler le total de classiques de The Wizard of Dormello : 66 partout (dont 21 succès dans le Derby italien) loin devant les 46 de Vincent O’Brien.
 
 
Voir la vidéo de la victoire de Winter
 
 
Coolmore fait revivre une famille "mourante" ?
Le pedigree maternel de Winter était en train de s’éteindre. De par l’arrivée de l’australien sprinter, Choisir (Danehill Dancer), il reprend vie grâce au croisement avec Galileo (qui va bien et même très bien avec le sang de Danehill !). Mais pour cela, il fallait avoir les reins solides, ce que Coolmore possède.
 

Comment la mère a pu arriver dans le giron de Coolmore
Choisir est le père d’une pouliche présente sur le marché des foals en novembre 2005. A l’issue des ventes organisées par Goffs, Thomas Molan (Riversfield Stud, haras irlandais de Limerick) remporte les enchères pour cette fille de Choisir pour 56.000 €. Elevée par Jerry O’Sullivan, elle reparaitra l’année suivante sur le même ring où le pinhooker la revendra 110.000 € à Jamie McCalmont. Nommée Laddies Poker Two, elle est placée à l’entrainement à Newmarket chez Jeremy Noseda. Elle s’imposera à deux reprises à 3 ans (à Kempton puis à Ascot sur 1.400 et 1.200 mètres) puis foulera le ring de Tattersalls où elle part pour 100.000 Guinées. Elle ne va pas recourir à 4 ans mais fera sa réapparition en juin de ses 5 ans, sa seule sortie, pour une victoire dans l’important Wokingham Handicap (1.200 m.) à Royal Ascot pour les couleurs du team de Coolmore (!) et sous la coupe de son premier entraineur.
 
 
Voir la victoire de Laddies Poker Two, la mère de Winter, dans les Wokingham Stakes, une jument grise qui va gagner en pleine piste montée par Johnny Murtagh
 
 
Notes
- Il faut se rappeler que, la même année, Coolmore avait jeté son dévolu sur un fils du sprinter australien Choisir, Starspangledbanner.
- Winter est la grande sœur de pouliches, propres sœurs, une 2 ans, nommée Chariot et une yearling.
 
Une famille américaine de Clovelly Farms
La mère de Laddies Poker Two, Break of Day (née en 2000, fille de Favorite Trick, meilleur 2 ans américain en 1997) est la propriété de Robin Scully. Si elle foule les pistes d’entrainement de Chantilly sous la responsabilité de Mme Christiane Head, elle ne connaitra pas la compétition. Elle est vendue en décembre 2003 pour 15.500 Guinées.
 
Sa mère, Quelle Affaire (1990 Riverman) porte également le label Clovelly Farms, haras du Kentucky, propriété de Robin-Frederick Scully (décédé en juillet 2013) depuis 1959.
A l‘entrainement chez John Fellows, elle s’est placée à 2 ans en débutant à Maisons-Laffitte puis se contentera des 4èmes places des Prix de Cabourg et du Calvados (Gr.3). A trois ans, elle fait sa rentrée seulement en juin dans une épreuve courue sur l’hippodrome d’Evry dans laquelle elle termine au dernier rang. C’en est fini de sa carrière sur la piste. Sa production n’est pas des plus "glamour" et seul Castor Troy (Ali Royal) est inscrit en gras en ayant remporté pour l’entrainement de Jean-Claude Rouget, le Prix Zeddaan (Listed).
 
Une "papier" de pure vitesse
La mère de Quelle Affaire, Ancient Régime (née en 1978 par Olden Times, fils du français Relic), porte les couleurs de son éleveur, Robin Scully (General Agricultural Ltd). Elle a hérité du top-weight attribué aux femelles du Handicap Optional après sa victoire dans le Prix Morny (devant Miswaki) et sa seconde place du Prix Robert Papin (encore Gr.1) et malgré sa 4e place dans les Queen Mary St. (Gr.2 à Royal Ascot) et sa dernière place dans le Prix de la Salamandre suite à une sérieuse blessure qui mettra fin à sa saison de 2 ans. Rétablie durant l’hiver, elle ne retrouvera pas la même forme malgré ses places d’honneur dans les Prix de Seine et Oise, du Gros-Chêne (de Sonoma), de l’Abbaye de Longchamp (de Marwell), Maurice de Gheest (de Moorestyle) et dans la Poule d’Essai des Pouliches (d’Ukraine Girl).
 
NotesRobin Scully a enlevé trois fois le Prix Morny en l’espace de six ans. Outre Ancient Regime, l’élevage de Clovelly Farm l’a emporté en 1984 et 1985 grâce à deux filles de La Trinité (Lyphard)), Seven Springs (Irish River) et Regal State (Affirmed).
 
Ancient Regime, une bonne matrone
Outre Quelle Affaire, Ancient Regime va donner naissance à trois "black-type" :
 
Robin Scully va garder son premier produit, une fille de Lyphard nommée La Grande Epoque (1984) qui s’avérera une pure sprinteuse, comme une bonne partie de la famille, gagnante du Prix Yacowlef en débutant, seconde à 3 ans de Polonia dans le Prix de l’Abbaye de Longchamp et de Tenue de Soirée dans le Prix du Gros-Chêne.
Son premier produit, Matelot (1990 Riverman) sera vendu yearling à Cheikh "Moh". Vainqueur des Prix du Pont Neuf et Cor de Chasse (Listeds sur 1.200 m.) après avoir été troisième du Prix Maurice de Gheest (alors Gr.2), il prendra ses quartiers à Dubai comme Sire.
 
- Le second black-type est un mâle que Robin Scully va mettre sur le marché ; Rami (1987 Riverman), donc propre frère de Quelle Affaire, est vendu yearling à Hamdan Al Maktoum pour $ 750.000, aux mêmes ventes de sélection du mois de juillet que Royal Academy et Dayjur. A l’entrainement chez Dermot Weld, il gagne Gr.3 en Irlande puis prend quelques places à un bon niveau. Il sera exporté en Afrique du Sud où il prendra place au haras comme étalon.
 
- Le troisième black-type, Crack Regiment (1988 El Gran Senor) sera gardé et placé chez John Fellows, comme la majorité de ses élèves, qui lui fera gagner à 2 ans le Prix Eclipse (Gr.3) et se classera second du Critérium de Maisons-Laffitte (Gr.2). Après de multiples podiums dans les courses principales jusqu’à 6 ans, il prendra la direction du haras où il ne deviendra pas le premier de la classe.
 
L’entrée de la famille dans le giron de Clovelly Farms
La mère d’Ancient Regime, Caterina (1963 Princely Gift, un cheval de vitesse), a été achetée yearling par Robin Scully en provenance d’un haras irlandais, Woodpark Stud dans le Comté de Meath. Elle s’avèrera une pure sprinteuse, gagnante à 3 ans et seconde à 2 ans des Nunthorpe St. (encore Gr.2), entrainée par Fred Armstrong à Newmarket.
Restée dans l’effectif de Clovelly Farms, elle donnera naissance à une propre sœur ainée d’Ancient Regime, Olden (1974 Olden Times), vendue $ 25.000 aux ventes de yearlings à Saratoga. Black-type aux USA, elle est à l’origine de Same Old Wish (1990), 3e de Da Hoss et Spinning World dans la Breeders’Cup Mile de Woodbine en 1996 (la seule édition au Canada).
 
Autre fille de Caterina : Likely Split (1977 Little Current) n’aura pas une carrière notable en France mais donnera naissance à Natalie Too (1994 Irish River) la meilleure pouliche de 3 ans de sa génération au....Pérou. Entente Cordiale (1991 Affirmed) est également une de ses filles qui donnera deux black-type, Motrice (Motivator) et Foreign Affairs (Hernando).
 
Caterina est également à l’origine de River Ball (1995 Balleroy), vainqueur de l’Omnium II et du Grand Critérium de Bordeaux pour l’entrainement du regretté Jean-François Bernard.
 
Close Comfort (1978 Far North) est aussi une fille de Caterina. Vendue yearling $ 160.000 aux ventes de Fasig-Tipton, elle est restée inédite sur la piste. Mais elle peut se vanter d’être la grand-mère de Mubtaker (1997 Silver Hawk), second, entre autres, du Prix de l’Arc de Triomphe 2003, celui de Dalakhani. Accidenté mortellement à l’entrainement, il n’avait pas eu le temps de rejoindre le haras.
 
Cricket Ball, le meilleur pour la fin
Caterina est âgée de 20 ans quand elle met au monde son avant-dernier produit, un fils d’Olden Times (donc propre frère d’Ancient Regime), nommé Cricket Ball (en photo ci-contre). Véritable sprinter, il enlève six groupes dont quatre fois le Prix de Meautry (1.200 m.) consécutivement (de 1986 à 1989) et le Prix Maurice de Gheest (Gr.2 sur 1.300 m.). Il se classera également second de la Sprint Cup 1989 (Gr.1), celle de Danehill. Il rejoindra le haras en 1990. Rappelons que son éleveur l’avait présenté aux July Select de Keeneland et qu’il l’avait racheté $ 175.000.
 
NotesSur le sprint, seul Fine Art a fait mieux que Cricket Ball. Il a enlevé le Prix du Gros-Chêne a cinq reprises, de 1942 à 1946 pour le baron Louis de La Rochette.
 
Une aïeule élevée à Woodpark Stud
Radiopye (1954 Bright News) est la mère de Caterina. Propriété de Mme L. McVey, elle va enlever 8 courses courues sur des distances allant de 1.000 à 1.600 mètres sur quatre saisons.
 
Non seulement elle est la mère de Caterina mais aussi celle de Scottish Rifle (1969 Sunny Way, petit-fils de la championne française Dorina), le seul produit ayant abordé les 2.000 mètres et plus : Eclipse St., second de l’Irish Sweeps Derby, second de Moulton dans la Benson and Hedges Gold Cup (futur International St. à York), second des Prince of Wales’s St. (du français Gift Card pour la Ctesse Batthyany) et 3e du Washington D.C. (de Dahlia). Ensuite, il n’a pas particulièrement brillé au haras.
 
Un pur et dur écossais émigré en Irlande
James McVey a vécu en Ecosse avant la Seconde Guerre Mondiale où il possédait une distillerie de whisky, appelée Old Keg. Ardent nationaliste, il quitte son pays contraint et forcé de par son engagement politique. Il est donc obligé de s’expatrier ensuite en Irlande.
Passionné d’élevage, il possédait pas moins de 300 chevaux et trois haras dont l’un avait pour nom Woodpark Stud Farm. Quant James est décédé, le haras a été vendu.
 
Bright News (Stardust), le père de Radiopye, était la propriété de James McVey qui l’avait acheté au Lieutenant-Colonel Evelyn Shirley, éleveur à Monaghan (Irlande). Sous l’entrainement de Darby Rogers (plus jeune fils du légendaire entraineur John-Thomas, surnommé Jack, Rogers), installé au Curragh (Grange Stable), il va enlever le Derby irlandais 1946 alors que son propre frère, Stalino, avait enlevé les Irish 2000 Guinées l’année précédente. Bright News prendra ensuite la direction du haras, Woodpark Stud, pour une nouvelle carrière. Mort à 10 ans, Radiopye (1954), est issue de sa dernière année de monte.
 
Notes :
- Tim Rogers (A.D.D.), le fondateur d’Airlie Stud en 1946 est l’un des fils de Darby Rogers. Son jeune frère, « Mickey » est le premier entraineur irlandais, depuis 1907, a remporté le Derby d’Epsom (Hard Ridden en 1958) avant même Vincent O’Brien (Larkspur 1962).
 
- Woodpark Stud avait ensuite été la propriété de la famille de Burgh (notamment par le père d’Hubie) qui le revendra, en avril 1989, à la famille Maktoum.