Le Haras du Mesnil (Nonza), sauvé par une inconnue pendant la Guerre

21/08/2018 - Grands destins
C’est en 1990 qu’une fille d’Alleged, Soloist, 3ème mère de Nonza (gagnante du Prix Jean Romanet), et grand-mère de Terre à Terre, débarque dans la Sarthe en provenance du Kentucky. Pendant l’occupation nazie, le haras avait failli mettre la clé sous la porte. Une histoire contée par Xavier BOUGON.
Le retour sous les applaudissements de Nonza et de la famille Devin après leur victoire dans le Prix Jean Romanet ©APRH
 
 
Soloist, une américaine d’origine française
La troisième mère de Nonza est née en 1986 à Buck Pond Farm que les époux Proskauer, George et Susan, associés au courtier Victor Heerman, avaient acheté en 1973. L’année suivante, ils vendent la pouliche à Keeneland pour $110.000 lors de la session de septembre. L’acheteur, Carson Asbury, est propriétaire dans le Kentucky de Hedgewood Farm, un haras détenu par sa famille depuis 1924.
 
Si la famille maternelle est américaine depuis 1959, elle le doit à une pouliche française, Rosa Bonheur (1949 Kerlor), gagnante du Grand Prix de Deauville à 6 ans pour le Prince Aly Khan et l’entraînement de Peter Head. Le Prince l’avait achetée à Jacques Geliot la veille de la course. Elle sera vendue ensuite aux USA.
Soloist n’a pas couru et par un coup de baguette magique, elle se retrouve de l’autre côté de l’Atlantique au haras du Mesnil chez, non pas Mme Jean Couturié (décédée en 1982), mais chez sa fille, Sylvia (décédée en juillet 2015), la mère d’Henri Devin.
 
Notes
- Les époux Proskauer avaient fui l’Allemagne nazie en traversant à ski les Alpes suisses. Arrivés aux Etats-Unis, ils s’installent à New York où Susan devient une styliste renommée.
 
- Buck Pond Farm (fondé en 1783) sera revendu par l’alliance Proskauer-Heerman en 1994 à Douglas Arnold. Cette année, le haras a accueilli l’étalon Hootenanny, vainqueur de la Breeders’Cup Juvenile Turf et second du Prix Morny 2014 pour Coolmore et l’entraînement américain de Wesley Ward.
 
- Le haras avait vu la naissance de trois vainqueurs du Kentucky Derby, Halma (en 1895), Alan A Dale (en 1902) et Spectacular Bid (en 1979), élevé au haras pour Mme William (Grace) Gilmore et sa fille, Madelyn Jason.
 
Victor Heerman, en tant que agent pour Carelaine Farm, avait vendu en juillet 1980 à Keeneland, le top-price et record du monde, un yearling de Lyphard (Lichine) acheté par la BBA pour Stavros Niarchos pour $1.700.000.
 
 
La vue du château du Haras du Mesnil
 
 
A l’issue de la Seconde Guerre, le Haras du Mesnil continue son activité grâce à une inconnue.
Le Haras du Mesnil et de la Chaussée est né en 1908. Entre les deux guerres et à l’approche de la seconde, il abrite les élèves de Jean Stern, de l’américain Joseph Widener et même de Lord Derby (17ème du nom). Pendant la guerre, les époux Stern se cachent à l’Abbaye de Solesmes et peu de temps après le conflit, ils s’installent à Saint-Pair du Mont qu’ils achèteront par la suite (1960, deux ans avant le décès de Jean).
 
Au Mesnil donc, étaient logés également les chevaux Widener et la famille Couturié les couraient sous leurs couleurs après avoir produit aux occupants des fausses factures de pensions " impayées " et de faux actes de vente de ces chevaux. Convoqués par la Gestapo rue des Saussaies (annexe de la rue Lauriston), la jeune secrétaire qui les a introduit avait écrit sur un papier qu'elle laissa en évidence quelques secondes sur son bureau " surtout ne vous contredisez jamais " et ils purent sortir libres de l'interrogatoire.
Madame Couturié a toujours dit qu'elle devait une fière chandelle à cette femme qu'elle n'a jamais revue.
 
 
Antonia Devin avec son jockey Alexis Badel, son mari Henri et sa fille Sophie ©APRH
 
 
Nonza, une nièce de Terre à Terre
Soloist a donc mis bas en 1991 son premier foal, une pouliche d’Always Fair, nommée Toujours Juste. Elle rejoindra l’effectif d’Hubert d’Orsetti, titulaire d’un permis d’entraîner exerçant près de Compiègne. Elle gagnera à 3 ans à Maisons-Laffitte, sa seule victoire sur 20 sorties, pour son locataire. Hubert d’Orsetti avait effectué des stages au Haras du Mesnil du vivant de Mme Couturié et avait gardé des contacts privilégiés avec les occupants des lieux, les époux Devin.
Toujours Juste mettra au monde son premier produit, une fille de l’étalon-maison, la première production de Kaldounevees (fils de Kaldoun, élevé par Daniel Cherdo), nommée Terre à Terre qui défendra les couleurs de ses éleveurs à l’entraînement chez Eric Libaud. Le sarthois lui fera gagner le Prix de l’Opéra (à 4 ans) puis la Dubai Duty Free (à 5 ans sous la monte des grands jours de Christophe Soumillon) après avoir conclu au troisième rang de la Hong-Kong Cup.
Après son succès à DubaÏ, elle rejoint le haras où elle rencontre Rock of Gibraltar qui lui donnera Terra Incognita, entraînée par Yves de Nicolay. Seconde du Prix Luthier, 3ème du Prix Cléopatre, elle a rejoint elle aussi le haras où elle n’a pouliné qu’une seule fois. Malheureusement Terre à Terre partira pour l’au-delà en décembre 2004 et sa fille a semble t’il pris le même chemin.
 
 
Revoir la victoire de Terre A Terre dans la Dubaï Duty Free en 2002
 
 
Terre à Terre aura un propre frère nommé Kachgai et une propre sœur cadette, née en 2008 (qu’elle n’aura pas connue donc), nommée Terra Alta laquelle n’a pris un sou en deux sorties, entraînée par Rodolphe Collet. Terra Alta est donc la mère de Nonza (Zanzibari), gagnante du Prix Jean Romanet pour l’entraînement de Henri-François Devin, le fils de la famille.
 
Un père pour 1.000 Euros
Zanzibari, un élève d’Elizabeth Fabre, est vendu à Cheik Mohammed Al Maktoum au mois de juin de ses 2 ans juste après sa première sortie victorieuse à Maisons-Laffitte. Le fils de Smart Strike et de Zinziberine enlèvera ensuite le Prix de Cabourg à Deauville en début de meeting. Il devra ensuite se contenter de la 5ème et dernière place du Prix Morny terminant à moins d’une demi-longueur du gagnant (Arcano) à l’issue d’une vive lutte : à l’arrivée, le juge fait afficher, courte encolure, encolure, encolure, tête.
Il débute la monte au Haras du Mesnil en 2011 pour 1.000 € aux côtés de Ange Gabriel, Doctor Dino et Turgeon. Depuis 2016, il a rejoint le haras de Grandcamp où il officiait pour 5.000 €.
 
 
Zanzibari, le père de Nonza