Camille Collet-Vidal, la passion en héritage.

15/02/2019 - Focus divers
 Dans la famille Collet, je demande la fille ! Camille, fille de Robert, grand entraîneur cantilien, a remporté dimanche dernier la deuxième course de sa carrière à Cagnes-sur-Mer. Titulaire d'une licence de cavalière amateure depuis juin 2017, la jeune fille de 17 ans a déjà construit sa vie autour du cheval. Rencontre avec une passionnée, qui vit son rêve à cent à l'heure !

 

Camille Collet, casaque jaune toque blanche, entourée de ses concurrents de dimanche.

 

Quand on joint Camille, elle sort d'une journée à cheval. Voilà qui décrit à peu près la vie de la jeune fille de 17 ans. Camille est née dans le sérail des courses, et la passion cheval, elle aurait eu du mal à y échapper. Son père, Robert Collet, on ne vous le présente plus. Il a entraîné des chevaux bien connus dans les deux disciplines du galop, comme Whipper, mémorable gagnant d'un prix Jacques Le Marois, ou encore Chimère Du Berlais, gagnante du prix Cambacérès à trois ans. Tous ces souvenirs ont bercé la jeunesse de Camille, qui du haut de son jeune âge, écrit déjà sa propre histoire. 

 

Camille et sa plus fidèle supportrice, sa soeur Louise.(photo APRH)

 

 Cavalière depuis son plus jeune âge, la fille de Robert a donc remporté dimanche la deuxième course de sa jeune carrière, en seulement 15 montes! La famille, c'est décidément son truc, puisque sa partenaire cagnoise, Queen's of Marshall, porte les couleurs de son père. Pour sa première victoire, Camille était associée à Fair Trade, qui défend pour sa part les couleurs de sa mère, Micheline Vidal. Malgré cela, Camille monte peu en courses. Elle nous l'a expliqué: "J'ai dû refuser pas mal de montes, car je dois aussi m'occuper de mes chevaux de concours, et de l'école bien sûr. Je suis en terminale, et j'ai comme projet d'intégrer la formation initiale du Cadre Noir de Saumur." Une vie bien remplie pour la jeune fille! Malgré tout, elle garde son cap, et à des projets bien précis.

 

La première victoire de Camille, associée à Fair Trade. Sa mère Micheline, à gauche du cheval, est la propriétaire du cheval. (photo APRH)

 

 "Mon but est de devenir cavalière professionnelle dans la discipline du CSO. Je n'ai pas envie d'avoir autre chose qu'une licence amateure en courses. Pour la suite, tout est ouvert. Soit j'y arrive en concours et j'entraîne quelques chevaux, soit je me consacre entièrement aux courses si je n'y arrive pas dans le concours. Les places sont dures, mais je suis motivée, et puis de toute façon, il faut tenter l'aventure!". Autant vous dire qu'on n'a pas l'impression de discuter avec une jeune fille de 17 ans. Le poids de son héritage, elle ne semble pas en tenir compte, et c'est une bonne chose. Camille ne se repose pas sur ses acquis et à conscience des difficultés du métier. 

 

Les terrains de concours sont une destination bien connue pour Camille. Elle est ici avec son poney Thabor Kersidal, son fidèle partenaire de CSO.

 

 "Mon père a un peu peur quand je me mets en selle. C'est d'ailleurs plus les jockeys qui me donnent les ordres! En tous cas, ce sont des sensations incroyables quand je participe à une course! J'aime vivre comme ça, entre les cours et mes chevaux. Ce n'est pas toujours facile, mais c'est important pour la suite d'avoir une éducation normale. En tous cas ma vraie vie, c'est  les chevaux." On l'a compris, ce qui intéresse Camille, c'est son avenir. En tous cas on la suivra désormais avec intérêt, car elle représente le futur des courses, aux côtés de nombreux jeunes de son âge, qui ont la tête pleine de rêves hippiques.

 

Robert Collet n'a pas à s'inquiéter, sa fille assure le futur de la famille!