Aujourd'hui : Lexington, Kentucky
July Selected Horses of Racing Age
Demain : Fairyhouse
Derby Sale
Fairyhouse - le 16/07/2020
May Store Sale
Deauville - du 20/07/2020 au 21/07/2020
Vente d'Eté
Newmarket - le 24/07/2020
Tattersalls Ireland Goresbridge Breeze Up
Doncaster - du 28/07/2020 au 29/07/2020
Summer Store Sale

Paulin de Sourniac gagne pour ses adieux Ă  12 ans !

11/09/2015 - Infos générales
" C'est un cheval extrêmement attachant. Un crack dans son genre et pour sa longévité. Je ne voulais pas qu'il parte sur une pancarte". François Nicolle a fait quitter son chouchou de 12 ans, Paulin de Sourniac, anglo-arabe à 26%, par la grande porte avec une 17e et ultime victoire pour sa dernière sortie programmée à 12 ans sur l'incroyable parcours de Cross de Pompadour. SOURCE : WWW.ANGLOCOURSE.COM


Paulin de Sourniac fut un grand amateur du cross de Pompadour. Ici, le 12 septembre 2011, il y a décroche sa 2e victoire avec Jonathan Plouganou, entouré de son éleveur Michel Larroumets, son entraineur François Nicolle et sa compagne Fabienne.

 

17 victoires et 28 places en 58 sorties pour 345.000 € de gains. Voilà un cheval de course qui fait rêver tout passionné de ce sport. D'autant plus en obstacle. Paulin de Sourniac, fils de Zeffir et Jalousie Sourniac (Quart de Vin), élevé par Michel Larroumets dans la Cantal, a donc réussi une sortie formidable sur l'un de ses parcours préféré, le cross de Pompadour, en décrochant une ultime victoire alors que son entraineur François Nicolle, qui l'avait en location depuis 9 ans, a du insister pour courir.

 


Paulin de Sourniac en tête, un sauteur "impérial" sur le passage de route de Pompadour.

 

 " Il venait de tomber dans le Grand Cross de Pompadour, alors qu'il aurait fait l'arrivée. Michel Larroumets ne voulait plus qu'il court mais moi, je ne voulais pas qu'il quitte la scène sur un échec, alors j'ai insisté pour disputer cette dernière course à Pompadour, qu'il a logiquement gagné, puis il est parti directement à la retraite chez son éleveur. Je voulais recourir d'autant plus que la dernière fois, il est tombé plus de la faute du jockey que de lui-même. D'ailleurs, ses 3 seuls chutes de toute sa carrière n'ont pas été de sa faute. A Pompadour en 2013, c'était aussi de la faute du jockey alors qu'on avait 150 m d'avance. Quant au Grand Cross de Pau 2012, le malheureux s'est pris un cheval en liberté de travers alors qu'on avait abordait le dernier passage de la banquette avec 20 m d'avance..."

 




Le parcours de Cross de Pompadour : du grand spectacle !

 

Pourtant, rien n'avait commencé sur les chapeaux de roues. Ce grand "échalas" alezan, a débarqué chez François Nicolle à 3 ans en 2006, après 2 échecs en plat. " Au début, il n'avait aucune classe. Ce n'est à force de travail et d'une grande abnégation de sa part qu'il a monté tous ses échelons. J'ai suivi le programme classique proposé pour les anglos en obstacle et il a gagné en haies, en steeple, en cross, en province, à Pau, à Enghien (plusieurs fois le Grand Steeple des Anglos), partout sauf à Auteuil. Remarquez qu'à sa décharge, je ne l'ai jamais emmené à Auteuil donc il n'a jamais pu y tenter sa chance..."


Paulin de Sourniac n'a jamais couru à Auteuil, mais il a gagné 2 fois le Grand Prix des Anglo-Arabes à Enghien, en 2010 avec David Cottin et en 2011 ici avec Thomas Guéguen. (photo APRH)


Avec Nathalie Desoutter, Paulin de Sourniac survole les fromages de Pau pour remporter le Prix Elie de Malet, le 13 janvier 2015.

 

C'est avec Christophe Pieux que Paulin de Sourniac a remporté sa 1e course sur le steeple de Dax à 4 ans en 2007. Le début d'une longue série de succès avec Fabien Lagarde, Grégory Beauvois, Jonathan Plouganou, David Cottin, Olivier Subileau, Gaetan Olivier, Thomas Guéguen et enfin Nathalie Desoutter. S'il s'adaptait à tous les parcours et tous les jockets, Paulin de Sourniac avait un rythme de vie très bien réglé au quotidien. " C'est Lorie Jarzat qui le montait tous les jours depuis des années à la maison. Paulin faisait sa saison de course, puis repartait l'hiver chez son éleveur dans la Cantal, d'où il revenait à chaque fois gras comme un moine. Et c'était reparti pour une saison. Rendez-vous compte que ce cheval n'a jamais eu le moindre pépin de santé, ni un tendon, ni une mollette, ni la moindre toux. Rien ! "

 

VOIR LA DERNIERE VICTOIRE DE PAULIN DE SOURNIAC EN VIDEO

 

La mère de Paulin de Sourniac, Jalousie Sourniac, était déjà une bonne jument de course, trois fois gagnante, et soeur de 5 autres vainqueurs. Elle n'a eu qu'un seul autre produit, heureusement une propre soeur, Queen de Sourniac, gagnante de 4 courses en plat et en haies chez Loïc Manceau puis conservée poulinière.

Quant à François Nicolle, il a eu vieille photo de Paulin de Sourniac dans son bureau, qui restera là pendant très très longtemps...