Cheikh Hamdan: chacun sa route, chacun son chemin

09/09/2009 - Actualités
Le succès de Cheikh Hamdan al Maktoum avec Aqlaam dimanche dans le Prix du Moulin de Longchamp démontre le bien fondé de ses choix personnels, lui qui a toujours cherché à tracer sa propre voie, notamment en parallèle du circuit Godolphin.

 

La grande firme "Godolphin" a été crée et soutenue à 100% depuis son débuts par 2 des frères Maktoum, Cheikh Mohammed, toujours son animateur le plus actif, et Cheikh Maktoum, l'aîné de la fratrie, aujourd'hui décédé. Par rapport à cela, Cheikh Hamdan n'y a pas engagé toutes ses forces vives, loin de là. S'il a participé à l'entreprise, en y envoyant par exemple Melikah, fameuse fille de Lammtarra et Urban Sea achetée pour 10 millions de francs à Deauville en 1998, il a conservé très majoritairement ses méthodes à l'ancienne, c'est à dire une équipe de professionnels pour s'occuper de ses chevaux et un panel d'entraîneurs très confirmés dans le monde. Ceux-ci  reçoivent ses chevaux élevés ou achetés et en ont l'entière responsabilité. En France l'an dernier, c'est ainsi Freddy Head qui a touché un double jackpot avec Tamayuz, sujet issu d'élevage, gagnant du Prix Jacques le Marois (Gr.1) et Naaqoos, acquis à Deauville, vainqueur du Prix Jean-Luc Lagardère.

 

Cheikh Hamdan Al Maktoum, ministre de l'industrie et des finances

 


L’esprit « Hamdan »

Homme de Nashwan et Salsabil, Cheikh Hamdan qui élève ou achète aux ventes sous l'entité "Shadwell", investit toujours massivement aux ventes de Deauville, sans forcément faire le top price. Cette année, il a été le principal acheteur de Deauville avec 20 lots pour 4,19 M€, devant son frère Mohammed, qui a payé 3,3 M€ pour 7 lots seulement. Il lui arrive aussi d'acquérir des chevaux de courses confirmés, mais dans une proportion considérablement inférieure à celle de Godolphin. En revanche, il ne s'est pas trompé en mettant 1,4 millions de dollars pour mettre la main sur le champion Urugayen Invasor. Confié à son entraîneur américain Kieran McLaughin, Invasor a gagné la Breeders'Cup Classic et la Dubaï World Cup. Né en 1945, ayant fait une partie de ses études à Cambridge en Angleterre, où il a découvert les courses, il semble avoir conserver de ses jeunes années britanniques un sens aigu du pragmatisme, qui lui est par ailleurs utile tous les jours en tant que ministre de l'industrie et des finances des Emirats Arabes Unis, un poste clé qui lui accorde un rôle majeur lors des réunions de l'Opep. Il détient en effet les cordons de la bourse. Et quand on parle de pétrole, ça compte…

Cheikh Hamdan possède environ 200 poulinières réparties dans 8 haras en Angleterre (6 dont le poste de contrôle à Nunnery Stud), en Irlande (Derringstown) et aux Etats-Unis (Shadwell à Lexington). Ses titres sont absolument considérables, son taux de réussite à comparer avec l'entreprise Abdullah. Cette année, il avait déjà une perle avec Ghanaati, la meilleure pouliche anglaise, entraînée par Barry Hills et monté par son fils Richard, le 1e jockey de l'écurie depuis des lustres.

 

Aqlaam


Aqlaam : toujours avec des béquilles

Déjà remarquable dauphin de Goldikova dans le Prix Jacques le Marois, où il a du faire le sale travail dans le sillage de la championne, ce jusqu'à présent méconnu Aqlaam est arrivé en pleine lumière lors du Prix du Moulin de Longchamp. Comme son propriétaire, mais bien malgré lui, Aqlaama tracé sa propre voie. Alors que son oncle Persian Punch était un guerrier inusable à travers les années, lui a passé la moitié de sa vie avec des béquilles, victime d'une fracture au genou à 2 ans puis d'une fêlure du bassin à 3 ans.  Son entraîneur William Haggas, gendre de Lester Piggott qui avait déjà gagné le Derby d'Epsom 1994 avec Erhaab pour Cheikh Hamdan, lui a conservé sa confiance et le personnel des haras a patiemment réparé le cheval à 2 reprises. Le résultat est là.

 

Persian Punch



Croisement des 2 extrêmes

Aqlaam a été élevé en Angleterre et acquis aux ventes pour la forte somme de 260.000 guinées. Son pédigree a fière allure, lui qui est fils du très à la mode Oasis Dream. La saillie de ce sprinter de Khaled Abdullah coute 30.000 £. C'est d'ailleurs un fils de Green Desert, le patriarche de Cheikh Hamdan, qui continue aujourd'hui la saillie à 25.000 $ à l'âge canonique de 26 ans. Quant à sa jeune mère Bourbonella, une fille de Rainbow Quest (encore un "Abdullah"), c'est une donc une soeur de l'incroyable champion marathonien qu'était Persian Punch. Aqlaam est donc né d’un croisement des 2 extrêmes en terme de distance. Il paraît que c'est ce qu'il ne faut pas faire, sauf que les éleveurs le font tout le temps, cherchant pour une jument qu'on ne choisit pas à équilibrer les talents ou à combler des manques avec un étalon qu'on peut choisir. En l'occurrence, il s'est agit de d'apporter de la vitesse à du grand fond. Et ça a marché.
 


Voir aussi...