Des Émirats à la Perfide Albion, le week-end de rêve des Gosden père & fils

27/03/2021 - Actualités
Désormais associés comme entraîneurs, John Gosden et son fils, Thady, ont démarré leur collaboration de la plus belle des manières, signant une première victoire pour leur premier partant ensemble ce vendredi, en Angleterre, avant que ne s'ajoute ce samedi une première Listed de l'autre côté de la Manche ainsi que deux premiers Gr.1 à l'occasion de la prestigieuse réunion de la Dubai World Cup, aux Émirats arabes unis.

John Gosden et son fils, Thady, dont leur association comme entraîneurs vient de démarrer sur les chapeaux de roues (© Dan Abraham)

 

Cela fait à peine 48 heures que les noms de Joh n et Thady Gosden apparaissent communément dans la colonne des entraîneurs. Et pourtant, le père et le fils ont d'ores etdéjà trouvé le moyen de faire parler d'eux ! En effet, ils ont sellé pas moins de six gagnants sur les onze partants qu'ils ont délégués au cours de ces deux derniers jours, avec à la clé une victoire de Listed en Angleterre et deux Gr.1 décrochés ce samedi à l'issue de l'importante réunion de la Dubai World Cup, aux Émirats arabes unis. Rien que ça !

Une parenthèse enchantée démarrée hier donc, sur l'hippodrome de Lingfield, où la 3 ans Regent constituait le tout premier partant de l'association "Gosden & son"... et leur tout premier gagnant ! En effet, cette pouliche, soeur par Frankel de l'excellente Coronet, lauréate du Prix Jean Romanet (Gr.1) et du Grand Prix de Saint-Cloud (Gr.1) sous la férule de Gosden "père", est parvenue à s'imposer très plaisamment pour la seconde fois de sa carrière sous la selle de Robert "Rob" Havlin. C'est d'ailleurs ce même chevronné pilote aux quelques 1.000 victoires, et fidèle de l'écurie Gosden depuis de nombreuses années maitenant, qui a mené au succès 24 heures plus tard deux autres représentants de John & Thady Gosden, sur le "all-weather" de Kempton Park. Otyrar tout d'abord, un fils de New Approach défendant la casaque et l'élevage de Sumbe (Nurlan Bizakov) qui a réussi à débloquer son compteur de victoires de très plaisante façon pour ce qui constituait la troisième sortie de sa carrière seulement, juste avant que Global Giant, un fils de Shamardal âgé de 6 ans, ne fasse sien, et avec la manière, les Magnolia Stakes (L.), offrant ainsi une première victoire black-type au duo père/fils.

 

Soeur de Coronet, Regent restera comme le tout premier gagnant de l'association Gosden père et fils (© Steven Cargill)

 

Également mis à l'honneur par Haqeeqy dans un handicap à Doncaster, monté par le jeune et prometteur Benoît de la Sayette, formé à la grande et belle école des courses de poneys des deux côtés de la Manche avant d'entrer comme apprenti chez John Gosden (chose qui n'était plus arrivée depuis 1992, ndlr), le tandem formé par ce dernier et son fils, Thady, s'est ensuite distingué à plusieurs milliers de "miles" de la Perfide Albion, à Dubai, aux Émirats arabes unis, où se tenait la traditionnelle et incontournable réunion de la Dubai World Cup. En effet, ils ont réussi l'exploit d'inscrire leurs noms ensemble au palmarès de la Dubai Turf puis de la Dubai Sheema Classic, remportés respectivement par Lord North et Mishriff... alors qu'il s'agissait là de leurs tout premiers partants au niveau Gr.1 !

 

Thady et John Gosden, aux ventes de Tattersalls (© Tattersalls)

 

Honneur au premier nommé, Lord North, qui, à l'issue d'une magnifique course d'attente orchestrée par son jockey, Lanfranco Dettori, n'a laissé aucune chance à ses rivaux dans les 300 derniers mètres de la Dubai Turf (Gr.1) pour s'en aller quérir un deuxième succès de Gr.1, après celui obtenu dans les Prince of Wales's Stakes lors du dernier meeting de Royal Ascot. Élevé par Godolphin, ce fils de Dubawi et de Najoum, lauréate de deux courses pour l'entraînement de Saeed bin Suroor, décroche ainsi le sixième succès de sa carrière, le troisième au niveau black-type, après avoir épinglé un Gr.3 (Brigadier Gerard Stakes) et une Listed (James Seymour Stakes en Angleterre. Le représentant du Cheikh Zayed bin Mohammed va dorénavant observer une période de repos avant de reprendre le travail en vue de son nouvel objectif du printemps : remporter pour la seconde année consécutive les Prince of Wales's Stakes (Gr.1) de Royal Ascot. Un doublé des plus diffciles, et qui n'a plus été réalisé depuis Muhtarram en 1994 et 1995, un représentant du regretté Cheikh Hamdan al Maktoum, alors entraîné par... John Gosden "himself" !

 

 

Si ce dernier n'avait encore jamais remporté le Dubai Turf avant ce samedi, il eut déjà l'occasion de s'imposer dans la Dubai Sheema Classic à deux reprises en tant que metteur au point, grâce à l'immense Dar Re Mi en 2010 et au non moins talentueux Jack Hobbs en 2017. Et avec la victoire de Mishriff dans l'édition 2021 de cette prestigieuse course disputée sur le turf dubaiote, partagée qui plus est avec son fils, Thady, John Gosden porte son total à trois succès et devient ainsi l'entraîneur le plus capé de l'histoire de cette épreuve. 

 

John Gosden, immense entraîneur, tant par la taille que par le talent (© Edward Whitaker)

 

À l'instar de Lord North, le gagnant du Jockey-Club (Gr.1) 2020 a bénéficié d'un parcours en or donné par son partenaire, le jeune David Egan en l'occurrence, se rapprochant librement dans la phase finale après avoir longtemps musardé à l'arrière du peloton. Le fils de Make Believe est ensuite venu prendre l'avantage dans les 200 derniers mètres et a très bien prolongé son effort pour résister jusqu'au bout à l'assaut des samuraïs nipponnes, Chrono Genesis (Bago) et Loves Only You (Deep Impact), qui viennent compléter le podium de cette épreuve. Élevé par son propriétaire, le Prince Faisal bin Salman, cinquième fils du Roi d'Arabie Saoudite également à l'origine du père de ce dernier, le champion Make Believe (Poule d'Essai des Poulains, Gr.1), aujourd'hui étalon en Irlande, à Ballylinch Stud, Mishriff étoffe donc son palmarès d'une cinquième victoire, après avoir également triomphé dans le Prix Guillaume d'Ornano (Gr.2) à Deauville l'été dernier, ainsi que dans la Saudi Cup de Riyad à la fin février, la course la plus richement dotée au monde avec quelques 10.000.000 de dollars réservé au vainqueur !

 

 

Malgré son âge juvénile (seulement 25 ans, ndlr), Thady Gosden a d'ores et déjà contribué à la réussite de l'Écurie Gosden ces dernières années, ayant longtemps évolué comme bras droit de son père, en tant qu'assistant, avant de brillamment décroché sa licence d'entraîneur auprès de la Brirtish Horseracing Authority (le France Galop anglais, ndlr) et donc de s'associer avec son père depuis ce mois de mars. C'est d'ailleurs lui-même, en chair et en os, qui était présent lors du voyage à Riyad de Mishriff pour sa participation à la Saudi Cup, ainsi qu'à Dubai, ce samedi, pour accompagner ce dernier ainsi que Lord North et New Treasure (3ème de l'UAE Derby, Gr.2). La tête bien faite avec un bon bagage dans le milieu des courses, Thady Gosden démarre donc de la meilleure des manières sa nouvelle association avec son père, John, qui se veut être un "passage de témoins" pour le jour où le patriarche estimera que le fiston sera apte à voler seul de ses propres ailes. Cela risque de promettre dans les années à venir, surtout si l'adage "tel père, tel fils" venait à être vérifié. Et avéré.

 

Thady Gosden, formé à bonne école par son père, le grand John Gosden (© Tattersalls)

 

 

  

Voir aussi...

Palace Pier et la danse de la pluie de John Gosden dans le Prix Jacques Le Marois

Malgré des conditions éprouvantes, Palace Pier est parvenu à préserver son invincibilité en remportant le Prix Haras de Fresnay le Buffard-Jacques Le Marois (Gr.1), hier à Deauville, offrant un second succès dans cette épreuve à son entraîneur, John Gosden, après Kingman, le père de Palace Pier, en 2014, n'ayant jamais vu d'un bon oeil la pluie s'abattre sur le tracé deauvillais, bien que cela lui ait porté bonheur à deux reprises...