Bubble Gift dans le prix Hocquart : le dernier cadeau de Bubble Back à la famille Hakam

25/05/2021 - Actualités
Victorieux dans le prix Hocquart hier pour le tandem Mikel Delzangles/Gérald Mossé, Bubble Gift a fait briller la casaque de Zak Bloodstock, l'entité de la famille Hakam. Le poulain, frère du bon Bubble Chic, est le dernier produit de Bubble Back, l'une des premières poulinières du regretté Zakaria Hakam, marocain passionné de chevaux qui a toujours élevé à Maulepaire... Une histoire que nous raconte Pierric Rouxel, directeur du fameux haras sarthois ! 

Toutes voiles et langues dehors, Bubble Gift et l'inimitable Gérald Mossé survolent le prix Hocquart au prix d'un rush final étourdissant (APRH)

 

Un éclair de classe et les gants blancs de Gérald Mossé. Voilà comment l'on pourrait résumer la victoire de Bubble Gift hier dans le prix Hocquart. A 54 ans, le crack jockey passe une saison complète en France pour la première fois depuis longtemps, et connaît une belle réussite. Associé à d'excellents chevaux comme Skaletti, Reshabar, Noble Music, Padron ou encore Grand Glory, il travaille aussi de près avec Mikel Delzangles, pour qui il monte les bons Baha Mar, Dary Ci, et donc Bubble Gift. Discret de nature mais très doué, l'entraîneur cantilien connaît un renouveau cette année avec les 3 chevaux précités ou encore l'Aga Khan Sagamiyra, qui vient de remporter une listed dans un véritable canter.  Homme de défi et de grands rendez-vous, Mikel Delzangles a construit sa légende à l'international, avec des chevaux comme Dunaden (Melbourne Cup, Hong Kong Vase), mais aussi Makfi, dernier gagnant français des Guinées anglaises en 2010 avant de défaire la crack Goldikova dans le Jacques Le Marois, ou encore Flotilla, elle aussi l'une des rares française à avoir battu les américaines dans la Breeders' Cup Juvenile Fillies Turf en 2012, avant de remporter la Poule d'Essai des Pouliches l'année suivante. Bubble Gift appartient quant à lui à l'un des clients historiques de Mikel Delzangles, la famille Hakam. Il a ainsi entraîné dans les années 2000 une certaine Afaf, première gagnante de groupe de Zakaria Hakam dans le prix Fille de l'Air 2006.

 

A droite, Mikel Delzangles reçoit le trophée du prix Hocquart et continue sa belle période de forme (APRH)

 

Issu d'une grande famille des courses marocaines, Zakaria Hakam a toujours été un passionné de chevaux, qui nous a malheureusement quittés brutalement en 2009. Son héritage équin est aujourd'hui entre les mains de son ex-femme Mouna Bengeloun, et de ses enfants Ali et Amina Hakam. La famille Hakam est à la tête au Maroc de Zak Stud, où ils élèvent des pur-sang arabes, qui constituent la majorité de leur effectif de course entraîné par Eric Legrix, mais aussi des pur-sang anglais et des anglo-arabes. Bubble Gift est lui né en France au Haras de Maulepaire, où a grandi également toute sa fratrie. Il est le dernier produit de Bubble Back, l'une des grandes juments de l'élevage Hakam, qui avait donné avant Bubble Chic, 2e du Jockey Club de Reliable Man, et gagnant de Gr.3 à Newmarket avant de poursuivre une belle carrière à Hong Kong. 

 

Le regretté Zakaria Hakam, dont la famille a continué l'aventure équine entreprise à Maulepaire 

 

Directeur du Haras de Maulepaire, Pierric Rouxel nous explique l'histoire peu commune de la famille Hakam et de Bubble Back: " L'un des premiers entraîneurs en France de Zakaria Hakam a été Guy Henrot. Quand Monsieur Hakam a voulu se lancer dans l'élevage avec quelques pouliches sortant des courses, il s'est tourné vers nous. Il a toujours eu quelques poulinières à Maulepaire, que nous achetions aux ventes. J'avais acheté Bubble Back pleine de Muhtathir à ARQANA en 2006. C'était une superbe jument. Monsieur Hakam voulait faire confiance à des étalons français, et pas forcément aux plus commerciaux, car il voulait produire des coursiers, qui allaient performer sous ses couleurs. C'est ainsi que nous sommes allés à Chichicastenango pour Bubble Chic. Malheureusement, Zakaria Hakam nous a quittés alors que Bubble Chic allait prendre deux ans. A l'époque, il est passé en succession à la vente mixte de février, qui se déroulait à Saint-Cloud, avec un lot de jeunes chevaux et de poulinières pleines, et c'est comme ça que la famille Botti l'a acquis. Comme elle était vide cette année là, Bubble Back n'est pas passée aux ventes...je pense que l'on a bien fait !"

 

Bubble Chic, le grand frère de Bubble Gift, fut un second du prix du Jockey Club et un gagnant de Gr.3. Son dernier frère pourrait bien faire encore mieux...(APRH)

 

Mouna Bengeloun, aujourd'hui grande passionnée des courses et l'élevage, s'est donc retrouvée un an plus tard avec un placé de Jockey Club, et surtout la mère ! : " Bubble Back a passé toute sa carrière au Haras de Maulepaire, et a donné beaucoup de femelles. Deux sont encore au Haras, Bubble Art, qui est pleine de Almanzor, et Bubble Style, qui est suitée d'Almanzor, mais pas re-saillie cette année. Elle a une 2 ans par El Kabeir chez Mikel Delzangles. Comme il venait beaucoup plus à Paris lorsqu'il était en France, Monsieur Hakam voulait un entraîneur à Chantilly. Nous avons commencé avec Sandrine Tarrou, avant d'aller chez Mikel Delzangles, qui était encore un jeune entraîneur. Cela s'est toujours bien passé avec lui, et l'histoire continue de plus belle. Il a aussi entraîné un bon cheval nommé Zack Dream pour la famille Hakam, qui s'est placé de groupe et avait couru le Jockey Club. Il est ensuite devenu un champion au Maroc, et fait toujours la monte à Zak Stud chez ses propriétaires. " Ce frère de la fameuse Afaf s'est révélé être aussi le frangin d'une certaine Hawala, devenue ensuite la mère des gagnants de Gr.1 et étalons Air Chief Marshall et Flag Of Honour. Il a été rejoint récemment par Arise, gagnant de gros quinté en France, qui a lui aussi un destin d'étalon au Maroc, où de grandes rénovations ont été entreprises par Mouna Bengeloun à Zak Stud. 

 

Au centre, Mouna Bengeloun, ex-femme de Zakaria Hakam, s'occupe aujourd'hui avec passion de tous les intérêts hippiques de la famille 

 

Bubble Gift n'est lui pas le fils d'un étalon français mais de Nathaniel, le père de la championne Enable: " Madame Bengeloun a ensuite voulu changer de politique d'élevage, et aller à l'étranger et à des étalons un peu plus commerciaux, pour se laisser le choix de vendre ou d'exploiter en courses ses élèves." Pourtant, Bubble Gift n'est jamais passé aux ventes, et ce pour une raison bien particulière. Il aurait tout simplement pu ne jamais vivre: " Bubble Gift a une histoire particulière liée à sa naissance. Quand il est né, sa mère Bubble Back a eu une hémorragie interne, et nous pensions qu'elle allait mourir. Dans ces cas-là, il faut généralement laisser les chevaux au calme, mais en se couchant, elle a failli écraser Bubble Gift ! Nous l'avons donc sorti et mis dans un box voisin. Il n'arrêtait pas de "pleurer" en appelant sa mère, et elle aussi lui répondait. On l'a ramené dans le box, et Bubble Back s'est levée d'un coup en le voyant revenir ! Elle avait un instinct maternel exceptionnel, qui lui a permis de survivre et d'élever Bubble Gift. Malheureusement, elle est morte un an et demi plus tard, après une longue et belle vie au Haras. Bubble Gift a donc une histoire singulière, étant le dernier poulain de sa mère, et  surtout magnifique. Pour toutes ces raisons, il a semblé évident pour Mouna Bengeloun et ses enfants qu'il fallait le garder et vivre l'histoire jusqu'au bout."

 

 

Miraculé et magnifique, Bubble Gift se révèle également très bon ! Tardif et à l'aise sur la distance, comme beaucoup de rejetons de l'excellent Nathaniel, il a débuté 4e à Saint-Cloud en fin d'année de 2 ans, avant d'effectuer une rentrée sur 2400m en avril de ses 3 ans, prenant une belle 2e place à distance de l'estimé Martial Eagle. Il a ensuite laissé une belle impression en ouvrant son palmarès à Chantilly, toujours sur 2400m. Toujours tenu en haute estime par Mikel Delzangles, qui l'avait engagé dans le Grand Prix de Paris, il a aussi été mis sur la liste des potentiels partants de l'Arc de Triomphe ! Sa victoire hier dans le prix Hocquart (Gr.2) a donné raison à son entourage ! Bubble Gift est aujourd'hui dans la course au Grand Prix de Paris, et ne devrait cesser de progresser, malgré les belles choses qu'il nous a déjà montrées en accélérant comme il l'a fait hier, dans un terrain souple, de bon augure pour l'automne...

De miraculé et petit dernier, il est devenu un champion en herbe, pour le plus grand plaisir de Mouna Bengeloun: " Madame Bengeloun m'a appelé directement après la course hier, explique Pierric Rouxel. Elle était très émue, et reconnaissante envers sa jument. Depuis le décès de Monsieur Hakam, elle s'est passionnée pour l'élevage et est aujourd'hui une grande connaisseuse. Il y a toujours 4-5 poulinières à eux à Maulepaire, et c'est donc très beau de faire naître un tel cheval. Espérons que cela continue encore !" C'est en tout cas tout le mal que l'on souhaite à l'entourage de Bubble Gift, si bien nommé, car il est un cadeau du ciel de Bubble Back, et rend un nouvel hommage vibrant à Zakaria Hakam. 

 

Jusqu'où ira le quasi-miraculé Bubble Gift...? (APRH)

 

 


On en parle dans l'article

Voir aussi...

Cheltenham 2021 : le combat des anciens pour l'anglo-sarthois Porlock Bay !

Considéré comme la "Gold Cup" des amateurs, le Foxhunter Chase s'est couru sans les gentleman-riders cette année, mais  avec cette meute de vieux chevaux toujours au top de leur forme. Au terme d'une lutte sans merci, c'est l'ancien Nicolle Porlock Bay qui a vaincu et permis à son éleveur John Studd de faire briller ses couleurs pour la première fois au festival. Le gagnant a grandi au Haras de Maulepaire, et a encore fait honneur à la Sarthe en cette semaine ! 

Vente d'élevage obstacle ARQANA: les grandes institutions de l'Ouest en force à Deauville !

La vente d'élevage a fait la part belle aux poulinières ! Thierry Storme, associé au Haras des Sablonnets, a ainsi acquis pour 125 000 € No News, mère de la bonne Messagère de la grande famille de Néoménie. Par ailleurs, élevée au Sablonnets, la crack Baie des Îles, pleine de son premier produit de Doctor Dino, rejoindra  le Haras de Maulepaire ! Quand les grands noms de l'ouest voient leurs histoires se rejoindre...