Les Yorkshire Oaks pour Snowfall : risque de tempête de neige cet automne à ParisLongchamp !

19/08/2021 - Actualités
Désinvolte lauréate de chacune de ses trois sorties avant ce jeudi cette année, notamment dans les Oaks d'Epsom (Gr.1) ainsi que dans les Irish Oaks (Gr.1), Snowfall a réalisé l'exploit de remporter dans la foulée les Yorkshire Oaks (Gr.1) à York, la représentante Coolmore, issue du croisement entre Deep Impact et d'une mère par Galileo, posant ainsi ses jalons en vue du prochain Prix de l'Arc de Triomphe (Gr.1), à ParisLongchamp.

 Snowfall et Ryan Moore, les grands vainqueurs des Yorkshire Oaks (Gr.1) cette année (© Twitter European Bloodstock News)

 

Il est à espérer qu'Aidan O'Brien ne se soit pas fourvoyé dans les "torchons" cette fois-ci*. Car cela viendrait plus que ternir l'exploit que vient de réaliser l'une de ses protégés, Snowfall en ce vendredi 19 août 2021. En effet, la représentante de Coolmore s'est imposée avec réel brio dans les Yorkshire Oaks (Gr.1), l'un des principaux temps forts de cette folle semaine de compétition à York, et ce dans la foulée de ses succès obtenus en juin et juillet dans les Oaks d'Epsom (Gr.1) ainsi que dans les Irish Oaks (Gr.1) au Curragh, là encore dans un style impressionnant. Une prouesse qu'avant elle seules quelques pouliches d'exception étaient parvenues à réaliser, comme la reine Enable en 2017, mais aussi Alexandrova en 2006 (déjà pour l'association Coolmore/Aidan O'Brien, ndlr), Ramruma en 1999, User Friendly en 1992 et autre Diminuendo en 1988. 

 

Snowfall et Ryan Moore ont littéralement balayé l'opposition dans l'édition 2021 des Yorkshire Oaks (© Edward Whitaker)

 

Après avoir longuement patienté à l'arrière-garde, la partenaire de Ryan Moore s'est rapprochée très facilement de la tête à mi-ligne droite, avant de laisser sur place ses rivaux, au prix d'une magnifique accélération dont elle a le secret. Au passage du poteau d'arrivée, quatre longueurs viennent sanctionner sa supériorité sur Albaflora (Muhaarar), qui a bien terminé pour s'emparer du premier accessit. L'animatrice de la première heure, La Joconde (Frankel), compagne d'entraînement de Snowfall par ailleurs, se montre quant à elle extrêmement courageuse pour conserver la troisième place, aux dépens de la "FR" Wonderful Tonight, finalement quatrième.

 

 

Le parcours de Snowfall pour en arriver à ce stade est une énigme dont seul son entraîneur, Aidan O'Brien, a le secret. Assez précoce, elle avait débuté au mois de juin de l'an dernier par une 3e place à Navan, avant d'ouvrir son palmarès au Curragh, dès sa troisième sortie. Loin d'être la meilleure de Ballydoyle à l'époque, car n'ayant pu décrocher son black-type au cours de son année de 2 ans, la représentante de Mme John Magnier, Derrick Smith et Michael Tabor est néanmoins revenue plus forte que jamais à 3 ans, s'imposant d'emblée dans les Musidora Stakes (Gr.3) de York, avant d'enchaîner par deux autres victoires dans les Oaks d'Espom (Gr.1) et dans les Irish Oaks (Gr.1), au terme de deux envolées qui resteront à coup sûr dans les mémoires. Et ce pour très longtemps !

 

Snowfall (tout à gauche de l'image), lors de sa victoire dans les Oaks d'Espom, en juin dernier (© Getty Images)

 

En terme d'origines, le pedigree de Snowfall représente ce qui se fait de mieux dans le monde de l'élevage. Sa mère, Best In The World, est une gagnante de groupe par Galileo et Red Evie, double gagnante de Gr.1 sur le mile. Cette Red Evie a donné bien des joies à la team Ballydoyle avec le roi Galileo, ce croisement ayant également donné la crack Found, gagnante entre autres du Critérium des Pouliches (Gr.1), de la Breeders' Cup Turf (Gr.1) ainsi que du Prix de l'Arc de Triomphe (Gr.1).

 

Best In The World (à droite), la mère de Snowfall, lors de sa deuxième place dans les Blandford Stakes (Gr.2) du Curragh (© Alain Barr)

 

Il faut évidemment des solutions à Coolmore pour croiser avec leurs championnes par Galileo. Pour cela, ils ont récemment acquis Wootton Bassett, mais n'hésitent pas à envoyer certaines poulinières aux top étalons mondiaux. Ce fut le cas pour Best In The World, qui fut croisée à Deep Impact pour donner Snowfall. Le fils du chef de race Sunday Silence, disparu en 2019, était bien sûr le meilleur étalon au Japon, toujours tête de liste même après sa mort, et dont la production a réussi à dépasser les frontières de son pays. Quand il frappe à haut niveau en Europe, Deep Impact le fait également quasiment systématiquement dans les classiques ! Ce fut le cas avec Study Of Man (Jockey Club), Beauty Parlour (Poule d'Essai des Pouliches), Fancy Blue (Prix de Diane), ou encore Saxon Warrior (2.000 Guinées). Par chance, et cela pouvait difficilement ne pas fonctionner, Deep Impact croisant remarquablement avec la lignée de Sadler's Wells, et notamment Galileo. Ainsi, Saxon Warrior est issu d'une mère par Galileo, tandis que Fancy Blue est par une fille de Sadlers' Wells. La rencontre de ces grands noms de l'élevage mondial, qui ont leur place dans le top 10 de l'ère moderne, fait des étincelles, et permet de viser classique, puisque Galileo et Deep Impact étaient eux-mêmes des chevaux de 2000-2400m. Par ailleurs, la mère de Deep Impact, Wind In Her Hair, avait elle aussi réussi son test classique en se classant 2e des Oaks de la phénoménale Balanchine en 1994. Federico Tesio ne se trompait assurément pas en disant que le poteau d'Epsom faisait référence en matière de sélection pour l'élevage...

 

Deep Impact continue de marquer l'élevage mondial même après sa mort 

 

Premier produit de sa mère, Snowfall laisse entrevoir de beaux jours à venir pour Coolmore. Dans l'immédiat, elle a tout d'une pouliche pour l'Arc, et sera prochainement rejointe par son propre frère âgé de 2 ans, nommé Newfoundland. Best in The World a ensuite un yearling mâle de Dubawi, grand rival en Europe de Galileo, à qui Coolmore fait confiance de plus en plus. Il faut dire que le croisement entre les deux cracks est diablement efficace, et a déjà donné d'excellents coursiers comme Ghaiyyath, Red Galileo, Dartmouth, mais aussi Night Of Thunder, lauréat classique (2.000 Guinées) et aujourd'hui parmi les jeunes étalons les plus recherchés et populaires, avec des résultats exceptionnels. Best In The World est d'ailleurs retournée en 2020 à Dubawi. Si Coolmore a créé un empire autour de Sadler's Wells et Galileo, il faut assurer l'avenir, et les choix et investissements en dehors de leur giron paient dans le plus fameux classique européen pour femelles... Snowfall représente la Coolmore "new generation", et nous avons hâte de la revoir, et de l'accueillir sur notre sol en octobre, pour le Prix de l'Arc de Triomphe (Gr.1) dont elle sera sans nul doute la grande favorite. Vivement l'automne !

 

* Snowfall et Mother Earth avaient fait l'objet d'une confusion dans le Fillie's Mile (Gr.1), puisque leurs tapis de selle avaient été malencontreusement échangés par les personnes les accompagnant sur place, et leur jockeys respectifs s'étaient de ce fait mis à cheval sur la mauvaise pouliche... Mais tout s'est bien terminé car quelques mois après, les voilà toutes deux gagnantes classiques, Mother Earth ayant fait sienne les 1000 Guinées de Newmarket en mai. 

 

 

 


Voir aussi...

St Mark's Basilica, un rosbif à la Guiness très difficile à digérer par les petits estomacs anglais

Beau, bon, bien né, et auteur en 2021 du doublé Poule d'Essai des Poulains (Gr.1) - Prix du Jockey-Club (Gr.1), St Mark's Basilica est venu offrir un nouveau succès dans les Eclipse Stakes (Gr.1) de Sandown à la "team Coolmore", Ryan Moore et Aidan O'Brien, le fils de Siyouni faisant ainsi taire les commentateurs britanniques, estimant que s'il avait fait le voyage jusqu'en France, c'est qu'il ne devait pas être aussi bon qu'on le prétend...