Remember Pieux: héros des temps anciens

27/05/2009 - Actualités
Quand nous serons vieux, on racontera aux jeunes blancs becs ce que c'était, à notre bon vieux temps, les vrais chevaux et les vrais hommes : un Remember Rose, un Gallorini, un Pieux.


Les anciens d'aujourd'hui ne peuvent plus dire qu'aujourd'hui, c'est plus comme dans le temps. A voir l'édition 2009 du Grand Steeple, on se croirait à l'époque des gueules cassées surmontant des casaques déchirées, des gladiateurs à 4 jambes aux dents hargneuses. Des conditions caniculaires, qui font penser à un dernier dimanche de juin, un peloton étiré dès le départ, des vaillants attaquants comme Cyrlight, des tenants du titre qui durent comme Princesse d'Anjou ou Mid Dancer. Tout y est. La partie sombre aussi de la rudesse. Les morts: Musica Bella et Oniraloin. Presque tous les autres dont le vainqueur qui s'écroulent de fatigue après la course. Lui et Portal's Toy, gagnant juste après du Prix La Barka (Gr.2) n'ont pas pu revenir aux balances. Même le jockey n'est pas rentré sur ses deux jambes. Christophe Pieux, l'orteil en 1000 morceaux, a fini sa course coute que coute, quitte à ne plus en marcher après. Ca au moins, ça sent la sueur, le dévouement à sa vie d'artiste en muscle, la combativité éperdue, bref, les courses de chevaux. Les anciens pourront toujours vibrer sur Mandarin ou Hyères III, les chevaux et les hommes du Grand Steeple-Chase de Paris 2009 auront forcer durablement le respect pour les gens des temps futurs.

 

Remember rose au rond

 

 

Pendant ce temps, le temps n'existe pas pour Jean-Paul Gallorini. Lui qui gagnait avec le nain Chinco il y a 3 décennies, puis avec le géant Kotkijet il y a un lustre, le voilà qui atteint à nouveau son but dans le Grand Steeple-Chase de Paris Gras Savoye. Gallorini, il vole. A chaque grand objectif, il dit que Remember Rose va gagner. Et ça marche à tous les coups, sauf une fois, où il est tombé sur Top of The Sky, né à l'élevage de la Source, dans le Prix Maurice Gillois (Gr.1). Il n'empêche que pour l'instant, Remember Rose, fils du mystérieux Insatiable élevé au Haras de Piencourt (lire l'article) a tout gagné en steeple: le Congress à 3 ans, le Ferdinand Dufaure à 4 ans, le Prix la Haye Jousselin à 5 ans et maintenant le Grand Steeple. Alors Gallorini portait haut l'écharpe tricolore, une disctinction qui honore habituallement un maire ou un président de la république et lui va à ravir.

 

 

Remember Rose au défilé

 

 

  

La dernière haie                                                                                      La phase finale

 

 

Christophe-Pieux, ce héros                                                      Jean Paul Gallorini en écharpe

 

 

  

Le fan club                                                                                  Le retour de Pieux

 


Voir aussi...