Don Magno, un anglo-arabe de la grande famille Moratalla devient étalon en Corse

22/01/2021 - Anglo Actualités générales
Issu des oeuvres entre le crack étalon Bénévolo de Paban et la championne Marruti, Don Magno a lui-même été un très bon anglo-arabe, gagnant le prix Charles de Ginestet lors de la grande réunion des ministères de Tarbes. Il va débuter étalon en Corse chez Catherine Leoni, mais sera disponible en congélation à Gelos pour 2021. C'est le retour de la passion de la Marquise de Moratalla dans l'étalonnage en anglo-arabie !

Don Magno, où quand une grande famille Moratalla retrouve une place au Haras

 

Grande figure des courses qui nous a malheureusement quittés, la Marquise Soledad de Moratalla a notamment été l'un des piliers de la race anglo-arabe. Ses grandes souches fondatrices, celles de Farida IV et Fatima, ont bercé l'enfance des passionnés d'anglo-arabes, obtenant des résultats tant en course qu'au haras, via des étalons comme Don Tirso, Annapolis, Don Tomas ou encore Regality. Bien malheureusement à ce jour, il n'y avait plus d'étalons actifs de ces familles, mais cela va changer en 2021, avec l'entrée au haras de Don Magno, un fils du grand Benevolo de Paban et de la championne Marruti, soeur d'Annapolis qui a été une crack dans son genre, sous la casaque de la Marquise. 

 

 

A droite, la marquise de Moratalla lors d'une victoire tarbaise, hippodrome où Don Magno a brillé de milles feux 

 

Avant de parler pedigree, parlons d'abord de Don Magno en tant que cheval de course. Entraîné par Thomas Fourcy, cet anglo-arabe à 25% a emprunté le circuit dit classique durant toute son année de 3 ans, qu'il a conclue par 2 victoires, d'abord à Mont de Marsan, puis à Tarbes lors de la fameuse réunion des ministères. Il y a remporté à la parade avec 10 longueurs d'avance sur ses poursuivants, le prix Charles de Ginestet, le Ministère des 12,5%, couronnant une saison pleine. A 4 ans, Don Magno est revenu sur le devant de la scène en se classant notamment 3e du Grand Prix des Anglo-Arabes à ParisLongchamp, battu d'un rien par Emma Belle et Mawave. Acheté 22 000 € par MAB Agency à la vente d'été ARQANA 2020, il a recouru en Corse pour une nouvelle association de propriétaires, qui aujourd'hui le rentre étalon. L'un des concernés, Cyril Tolaini, nous explique son destin: " Don Magno est issu de la championne Marruti, une jument marquante. Didier Guillemin a dit qu'il avait rarement eu d'aussi bons anglos, avec Genmoss et Illusion Sauvage. Il est de plus un fils de Benevolo de Paban, qui est peu représenté au haras. La Marquise de Moratalla a beaucoup fait pour l'anglo-arabie, et c'est une femme que nous admirions tous. C'est donc une fierté de rentrer l'un de ses élèves au Haras."

 

 

Don Magno ne débutera pas en France, mais en Corse. Mais il pourra être utilisé par les éleveurs français... Explications : " Le cheval va faire la monte au Haras de San Pellegrino en Corse, chez sa co-propriétaire Catherine Leoni. Cependant, il sera disponible en congélation au Haras de Pau Gelos. Son tarif sera de 1000 €. Il va être soutenu par de bonnes juments en course, puisqu' un de ses co-propriétaires, Mathieu Maurizi, va lui envoyer 7-8 juments, dont la mère du bon San Petrone Corso, qui a gagné le Grand Steeple des Anglos à Pau pour François Nicolle. Cela reproduira un croisement entre deux belles souches Moratalla ! Il va également saillir la bonne Clash Forez, gagnante du Critérium d'Auvergne et du prix de la Fédération, mais aussi 2e du Grand Prix des Anglos-Arabes. Il est fort possible que Don Magno revienne en France faire la monte dès l'année prochaine, et alterne avec la Corse." Don Magno sera donc sur l'île de Beauté en 2021, mais il vous sera quand même possible de l'utiliser chez Catherine de Lartigue en congelé ! 

 

A droite, Don Magno se classe 3e du Grand Prix des Anglo-Arabes 2019, tout proche de la lauréate Emma Belle (APRH)

 

 Revenons sur son pedigree, et sa mère Marruti. La championne est une descendante de Fatima, l'une des juments de base de l'élevage Moratalla qui était une pur-sang arabe. A force de croisements, la souche est revenue vers l'anglo-arabie, avec de grands succès pour Marruti. Entraînée par Didier Guillemin sous la casaque de son éleveuse, elle a remporté 13 de ses 18 sorties, parmi lesquelles le Grand Prix des Anglos-Arabes à Longchamp, mais aussi le Grand National des Anglos à 25%, ou encore La Poule d'Essai et l'Omnium. Restée invaincu lors de ses 8 premières sorties, elle a empoché plus de 160 000 € de gains ! La famille a déjà fait ses preuves au Haras, puisque le frère de Marruti n'est autre qu'Annapolis, un étalon à succès qui a notamment produit Don Tomas, Maelana, ou encore Uniklande, gagnant comme Don Magno du prix Charles de Ginestet, mais aussi de plusieurs cross-country de bonne facture. La famille de Don Magno a aussi bien marché en obstacle, puisque sa grand-mère était gagnante en steeple, et que l'on retrouve aussi un certain Timoteo, anglo à 50% capable de battre les AQPS à Pau ! 

 

Annapolis, l'oncle de Don Magno, fut étalon aux Haras Nationaux avec du succès 


 

Quant au père, Benevolo de Paban, il a été lui-même un champion en piste, avant de devenir un étalon très recherché. Mort jeune, il a connu une grande réussite avec Don Magno mais aussi Farnese de Lagarde, Free Volo, et bien-sûr Paban de France, son seul fils jusqu'ici au Haras, qui a rencontré du succès dès ses débuts en tant qu'étalon. Armé de tous ses atouts, Don Magno devrait s'inscrire dans cette voie, que ce soit en Corse ou dans l'Hexagone !

 

 

Don Magno (ici à Tarbes en tête), vous attend en Corse, ou en congelé à Gelos !


On en parle dans l'article

Voir aussi...

Honneur A Estivaux, et à deux grands noms de l'élevage d'Anglo-Arabes en France

Déjà victorieuse à Pau de cette épreuve en 2020 grâce à Galien de Lagarde, l'écurie Couderc a de nouveau inscrit à son palmarès l'important Prix Émile Lestorte, remporté cette année par l'estimé Honneur A Estivaux, un fils de Kapgarde entraîné par Daniela Mele et issu de la fantastique Noces d'Or A Estivaux, lauréate de deux Grand Prix des Anglo-Arabes à Longchamp parée de la casaque de feu Charles de Chaisemartin.

Gareth de Larachi, la revanche d'un frère dans le Grand Cross des Anglo-Arabes

Son grand frère avait échoué du plus petit des "nez" dans ce Prix Jean Granel en 2019. Gareth de Larachi a fait plus que le "venger" cette année, s'imposant avec brio, à Pau, dans ce Grand Cross des Anglo-Arabes, à la plus grande joie de ses éleveurs berrichons de la Scea de l'Arachi, la famille Liut, et de son entraîneur de Dragey, Éric Lecoiffier, toujours aussi redoutable pour dresser les chevaux sur l'obstacle, notamment en cross.

Valse de Rose, la plus belle danse de Caroline Gadomski-Brouqueyre

Après avoir ouvert son palmarès en steeple, à Pontchâteau, début novembre, face aux AQPS, Valse de Rose a remis le couvert ce dimanche à Pau, dans le Prix de Buros, face aux seuls Anglo-Arabes de 4 & 5 ans, que la reprséntante de Daniela Mele a remporté de la tête et des épaules, à la plus grande joie de son éleveuse, Caroline Gadomski, l'épouse de Jean Brouqueyre, le Directeur de la Société d'Encouragement des Pyrénées-Atlantiques.

Chamako, un "paseo" réussi sur les gros obstacles de Pau

Affublé du même nom que deux grands matadors espagnols du XXème siècle, Chamako n'a pas manqué ses débuts sur les gros obstacles du Pont-Long, s'imposant au courage dans le Prix Roger de Vazelhes, hier, à Pau, associé à James Reveley. Ce fils du grand Martaline, entraîné par l'éclectique Thomas Fourcy, reste donc invaincu en trois sorties en obstacle et voit s'ouvrir à lui les portes d'un futur très prometteur, sachant qu'il est toujours entier...

Fira, première sur les haies, comme Pierre Pilarski chez les Anglo-Arabes d'obstacle

Lauréate dernièrement à Tarbes du Grand Prix des Pouliches à 12.5%, la belle Fira n'a pas manqué ses débuts en haies, triomphant de la tête et des épaules dans le Prix Soumoulou, première épreuve du meeting de Pau 2020-2021, et préparatoire à la Coupe des Anglo-Arabes. La pensionnaire de Didier Guillemin permet ainsi à son propriétaire, Pierre Pilarski de s'illustrer pour la première fois en obstacle chez les Anglo-Arabes.