Arc 2019 : Waldgeist et l'association de bienfaiteurs

06/10/2019 - Focus divers
 Non seulement un très grand jockey mais aussi doué d'une sacré envergure, Pierre-Charles Boudot, amateur d'élevage et d'obstacle, remporte à 26 ans son 1er Arc de Triomphe avec son cheval de coeur Waldgeist, âgé de 5 ans, qui brise le rêve de triplé d'Enable. Le pensionnaire d'André Fabre, fort loquace en anglais, a été elevé par l'association unique en son genre de deux plus féroces rivaux des courses allemandes : les Jacobs et les Boetticher.

 

 

  Il a belle allure, il est sympa comme tout, ouvert et intelligent, il s'intéresse à l'élevage, aux ventes et à l'obstacle. S'il n'était pas aussi bon jockey, Pierre-Charles Boudot travaillerait certainement à France Sire ! Seulement, voilà, à cheval, c'est un phénomène. Il venait de partir en apprentissage chez André Fabre quand il a perdu à 15 ans son père Marc Boudot, très bon entraineur du Centre-Est installé à Paray-le-Monial. Aujourd'hui âgé de 26 ans, il a gravi progressivement les echelons, en restant toujours fidèle à André Fabre, acceptant la concurrence des Barzalona, Cheminaud et quelques autres. Pour lui, il a monté sa 1e championne avec Esotérique. Toujours pour Fabre, il a gagné son 1e classique ce printemps dans la Poule d'Essai des Poulains avec Persian King, peu avant de décrocher son 1e Prix de Diane avec Channel, cette fois pour Francis-Henri Graffard. Pour le même homme, son compatriote de la Saone-et-Loire, Boudot a gagné sa 1e course à Royal Ascot avec Watch Me.

 

 
 


Pierre-Charles Boudot avec son cheval de coeur Waldgeist. (photos APRH)
 

 

  Et c'est sur le même hippodrome anglais, devant la Reine d'Angleterre, qu'il a déclaré en privé à André Fabre qu'il allait gagner le Prix de l'Arc de Triomphe cette année avec Waldgeist ! C'est ce que l'entraineur a révélé après l'accomplissement suprême à la presse britannique (plus notre micro...hi hi hi !). Après son envolée dans le Prix Ganay (Gr.1) fin avril, Waldgeist avait été battu 2 fois à Ascot, 3e des Prince of Wales's Stakes de Crystal Ocean puis d'Enable dans les King George. Pourtant, il a réussi à inverser la tendance le Jour J, alors qu'il avait pris des places dans les plus grandes épreuves qu'il avait disputé jusqu'alors : 2e du Jockey-Club (battu d'une courte tête seulement par Brametot), 4e de l'Arc 2017, 4e de l'irish Derby. Honnêtement, s'il avait déjà gagné 3 Gr.1 dans sa carrière (Criterium de Saint-Cloud, GP de Saint-Cloud, Ganay) et venait de se promener dans le Prix Foy (Gr.3), personne à part son jockey ne le voyait vraiment faire mieux qu'une bonne place, être capable de battre Enable, mais aussi Sotsass et Japan. D'autant plus qu'il était réputé pour apprécier essentiellement les pistes rapides. Même son entranieur a avoué qu'il s'inquiétait beaucoup des fortes pluies tombées dernièrement, quand bien même Waldgeist avait gagné en terrain lourd à 2 ans.

 

 

 

 
Enable semble partie pour la gloire à la corde, mais Waldgeist reviendra la chercher à l'extérieur. Le 3 ans Sotsass, en casaque verte, prendre une excellente 3e place devant Japan et Magical.

 

Créateur de Gestut Ammerland, l'allemand Dietrich Von Boettischer avait déjà gagné l'Arc de Triomphe en tant qu'éleveur d'Hurricane Run mais y voit sa casaque pour la 1e fois grâce à Waldgeist. Avocat et riche homme d'affaires, Von Boetticher est associé pour cette occasion unique à son plus féroce rival des courses allemandes, Andreas Jabocs (Gestut Fahrhof et Newsells Park Stud. (NDLR, le 3e homme fort outre-Rhin est Georg Von Ullmann, l'héritier de Gestut Schlenderhan). 

 

L’image contient peut-être : une personne ou plus, nuage, ciel, herbe et plein air

 

L'éleveur de Waldgeist, nommé The Waldlerche Syndicat, est un entité crée uniquement pour l'occasion car il porte le nom de la mère du poulain, qui s'appelle Waldlerche. Celle-ci avait fait l'objet d'une enquête très détaillée de Xavier Bougon en 2012 après sa victoire dans le Prix de Pomone. A l'occasion, le Frédéric Miterrand du pur-sang comptait la destinée des Jacobs (de Farhof en Allemagne à Newsells en Angleterre en passant par l'Afrique du Sud), mais aussi de Gestut Ravensberg et de la famille Delius... 

 


Dietrich Von Boettischer à la tête de Waldgeist.
 

 

 

 

Née en 2000, Waldmark (Mark of Esteem), la mère de Waldlerche, a été élevée par la famille Delius (Reinhard, Ruth, son épouse, et leur fils Johann Henrich), propriétaire de la Gestut Ravensberg située à Gütersloh aux alentours de Bielefeld en Allemagne. Ils ont toujours travaillé en étroite collaboration avec la famille Jacobs (Gestut Fahrhof). Waldmark est tombée dans l’escarcelle de Newsells Park Stud, l’entité anglaise de Klaus et de son fils Andreas Jacobs. A l’entraînement chez Sir Michael Stoute, elle a débuté victorieusement à Kempton à 2 ans, puis s’est classée seconde des Falmouth St. (la dernière année en Gr.2). Elle n’a pu confirmer ensuite et a donc été envoyée au haras en Angleterre. En 2008, naitra un fils de Montjeu, Masked Marvel qui donnera à l’entité Newsells Park Stud son premier classique comme éleveur, le St Leger de Doncaster pour le compte de Bjorn Nielsen qui l’avait déniché à Deauville pour 260.000 €. Masked Marvel est étalon en France, au Haras de la Tuilerie pour le compte d'Etreham, à destinatiion de l'obstacle. Il y a autre cousin de Waldgeist à faire la monte en France, Waldpark (Dubawi) gagnant du Derby Allemand et installé à Annebault. En 2009, nait Waldlerche, une fille de Monsun qui déçoit après avoir gagné le Prix Pénélope (Gr.3). Elle avait été achetée à l’amiable 100.000 € à Deauville par le courtier Crispin de Moubray (celui qui avait déniché Lady Vettori, la future mère de Lope de Vega pour la Gestut Ammerland) pour le compte de la toute nouvelle Gestut Bernried, dirigée par... Dieter von Boetticher, déjà patron d'Ammerland. 
 
 

Waldlerche, la mère de Waldgeist, yearling sur le ring de Deauville
 
 
 
Le manoir de Newsells existe depuis le XIème siècle mais c’est Sir Humphrey de Trattord et sa famille qui ont créé Newsells Park Stud lorsqu’ils ont acheté la propriété en 1926. Propriétaire jusqu’en 1972, le haras a fait naître le gagnant du Derby 1959, Parthia et Alcide, le vainqueur des King George VI and Queen Elizabeth de la même année. La famille Jacobs a investi, en juillet 2000, dans l’achat de Newsells Park Stud pour élargir en Angleterre les succès du haras allemand, Fahrhof. (créé, quant à lui, en 1960). Les débuts de Newsells Park Stud, situé à Royston à l’est de Newmarket, (qui comporte pas moins de 100 poulinières) ont été difficiles, malgré d’importants investissements dans des souches maternelles internationales, voire exotiques. Les yearlings issus de jcrack juments d'Amérique du Sud ont aligné les échecsaux ventes, puis aux courses. Au décès de son père Klaus (le 11 septembre 2008), Andreas Jacobs (né à Brême en 1963), qui gérait déjà Fahrhof avec 70 poulinières en Allemagne et une antenne en Afrique du Sud, a changé de responsable et de méthode de travail. Aux rênes actuellement, Julian Dollar, ancien directeur de Castleton Lyons Farm aux USA après avoir été adjoint à Cheveley Park Stud, a montré beaucoup d'émotions en parlant des souvenirs de Klaus Jacobs, l'homme qui avait déniché la grand-mère de Waldgeist. Il était aussi partagé car Newsells abrite dans sa cour d'étalon un certain Nathaniel, le père d'Enable...
 
  

Klaus Jacobs

 
 
La Gestut Fahrhof a été créé en 1960 par Walther Jacobs, le père de Klaus qui est à l’origine des naissances de futurs étalons tels que Surumu (son premier classique en 1977), Lagunas, Abary, Acatenango, Lomitas, Silvano, Lavirco et son frère Laveron, etc…Klaus a hérité de l’empire familial (l’industrie du café et du chocolat, Tobler, Suchard, etc…). Jacobs-Suchard est vendu en 1990 au groupe Philip Morris. L’année suivante, Klaus Jacobs s’associe avec Ecco (société lyonnaise à la création) pour fonder la Société Adecco (travail temporaire)..  Pour rappel, l’hippodrome de Baden-Baden a fermé provisoirement au printemps 2010, étant déclaré en cessation de paiement avant qu’il ne soit repris en main par une équipe de management spécialisé dans l’évènementiel sportif, dirigé par Andreas Jacobs.
 
 

Newsells Park Stud.
 
 
La mère de Masked Marvel et de Waldlerche, Wakdmark, descend d’une vieille souche allemande, la famille des « W », dans le giron de la Gestut Ravensberg depuis 1949. Tout à commencé en 1907, année durant laquelle Paul Niemöller (né en 1869) créé le haras de Ravensburg à Gütersloh. Il décède en 1946 et c’est son petit-fils, Reinhard Delius, âgé de 23 ans, qui prend les commandes. Trois ans plus tard, en 1949 débute l’histoire de cette famille avec l’achat de Waldrun (née en 1943 et élevée par Max Herding), qui deviendra l’une des meilleures matrones de l’élevage allemand. C’est grâce à la production de la fille d’Alchimist, que le haras va vivre sa meilleure décennie, de 1950 à 1960 avec les performances de ses rejetons entraînés tout d’abord par Johannes (dit John) Kuhr (né en 1904, il était l’homme à tout faire depuis octobre 1918, puisqu’il a été aussi manager du haras à partir de 1934) puis, après son décès en 1968, par Heinz Gummelt jusqu’en 1994 (il avait été le premier apprenti-jockey de la maison en 1943).
 
 

Le couple Delius.
 
 
 
De cette souche descendront 3 vainqueurs de Derby pour les couleurs de la Gestüt Ravensberg (viel-or, écharpe et toque bleu-clair) et d’innombrables vainqueurs de Grand Prix (tels que le champion de l’écurie, Windwurf et la jument de cœur de Harro Remmert, une fille de Acatenango, Wurftaube à l’origine des succès d’aujourd’hui) venant concrétiser quelques 60 ans de dur labeur avec Wilderer (en 1958), Waidwerk (en 1965) et Waldpark.

 
 

La casaque de Ravensberg gagne le Derby Allemand
 
 
 

On en parle dans l'article