Aujourd'hui : La Teste
Breeze Up Online en direct

Contre vents et marées, le Haras de Vains vous présente ses étalons

16/02/2020 - Focus divers
 Ce samedi, Adrien Delaroque ouvrait les portes de son haras pour vous présenter les étalons en service, cette année, dans la Baie du Mont-St-Michel. Alhadab était l’attraction, suivi d’On Est Bien et Racinger. Un grand nombre d’éleveurs et d’entraîneurs régionaux étaient présents…

Alhadab devant le public réuni autour du ring de présentation

 

 Alors que le temps faisait grise mine, en prévision d’une tempête en formation en pleine mer, un vent nouveau soufflait sur le Haras de Vains. Alhadab (Camelot), élevé par Jean-Philippe Dubois, est issu de la première génération du crack Camelot, gagnant des 2000 Guinées, du Derby d'Epsom et de l'Irish Derby. Alhadab, qui a coûté 180 000 € yearling, est né dans la pourpre. Sa mère, Grace Lady, elle aussi élevée par la famille Dubois, fut une super jument de course, gagnant à 4 ans le prix Jacques Laffitte (listed), mais surtout l'important prix Corrida (Gr.2), en battant les gagnantes de stakes FateRomanticaSediciosa et Yellow And Green. Il fait partie de la proche famille de Geluroni (2 victoires de Gr.3 à Auteuil), et Horabora Has et Hotmale Has. En course, Alhadab n'a pas été en reste, puisque il a gagné sa classe 1 à 2 ans, juste après avoir débuté 2ème dans l'important prix de Crèvecoeur, derrière le futur gagnant de Gr.1 Olmedo. Il finira également 2ème du Critérium de Lyon (listed) à 2 ans, avant de réattaquer le programme classique à 3 ans. La meilleure performance d'Alhadab restera sûrement sa 2ème place dans le prix Noailles (Gr.3), battu d'une tête par Pharrell pour la gagne, tout en devançant Flag Of Honour, futur gagnant de L'Irish St Leger (Gr.1) et Gyllen, qui allait lui enlever le prix Eugène Adam. Il allait poursuivre avec une 3ème place dans le Greffulhe derrière Study Of Man, futur gagnant du Jockey-Club, et Alounak, gagnant de Gr.3 et placé de Gr.1.

Alhadab toise 1m63, et sera disponible au prix très attractif de 1500€, poulain vivant.
 
 
On Est Bien
 
 
On Est Bien (Enrique), intègre, cette année, la structure jeune et dynamique. Etalon ayant peu sailli mais dont la production présente d'excellentes statistiques, On Est Bien est le seul fils d'Enrique à faire la monte en France, et a beaucoup à offrir aux éleveurs, notamment d'obstacle, nombreux dans la région de Dragey. En course, On Est Bien a fait partie des bons 3 ans de sa génération, alors entraîné par Elie Lellouche sous la casaque Pelat. Gagnant à 2 ans sur 1200m, il est passé sur 2000m à 3 ans, en montant les échelons très vite, terminant 2ème du prix François Mathet (listed), devant les futurs gagnants de Gr.1 Fuisse et Cavalryman. Il a ensuite facilement gagné le prix La Force (Gr.3), avant de malheureusement connaître une interruption de carrière, et de courir une dernière fois à 4 ans dans le prix d'Harcourt, terminant 4ème d'un super lot avec Cutlass BayCelimene et Court Cannibal. Au Haras, On Est Bien a commencé au Haras du Camp Benard, avant de venir au Haras de la Rousselière en 2017, où il a sailli 28 juments, pour 23 produits nés. Ces yearlings conçus dans l'Ouest sont appréciés par beaucoup d'éleveurs , et ont même été placés chez de grands entraîneurs comme Philippe et Camille Peltier, une bonne nouvelle pour l'avenir. Jusqu'ici sa production peu fournie possède tout de même de supers statistiques, avec un taux de réussite de 6% à la gagne et 43% à la place. Ces rejetons ont gagné en plat et en obstacle, avec un bon élément nommé Apollo Creed. Après des passages d'un an au Haras de Corlay puis au Haras de Limarzel, On Est Bien arrive donc au Haras de Vains, avec la perspective d'un avenir meilleur, emmené par une génération de yearlings prête à le soutenir comme il se doit. Il fera la monte à 1200€ poulain vivant.
 
 
Racinger
 
 
Racinger clôturait la présentation des étalons galopeurs. Revenu en grâce auprès des éleveurs en 2018, à la faveur des bons résultats de sa production en France et Outre-Manche, Racinger a confirmé la tendance en 2019. Mis en lumière à Auteuil avec la victoire de Listed du gris Celtior, le fils de Spectrum a encore attiré du monde dans la Manche, puisque pas moins de 66 juments sont venues l’an dernier. Toujours autant suivi et apprécié des éleveurs, Racinger devrait encore satisfaire bon nombre de juments.
 
 
Nous ne passerons pas sous silence la présence des 3 étalons trotteurs officiant à Vains : Cobra Bleu (Fortuna Fant), engagé le 21 février dans un Gr. 3 à Cagnes-sur-Mer, déjà présent l’an dernier, tout comme Vittel de Brévol (Jag de Bellouet), et la dernière recrue, Bon Copain (Love You), gagnant du Prix du Président (Gr. 2), à Avenches, en septembre dernier.
 
 
 
 
Après cette présentation, Adrien invitait toute l’assemblée à prendre un verre (blanc ou rouge, à la convenance de chacun), pour le déguster autour de plateaux d’huîtres ou de bulots de la région, avant de s’assoir aux tables disposées sous une vaste tente et apprécier le gigot-frites… pendant que le vent se levait…
 
 
S’en suivait le tirage au sort des demi-saillies offertes, dont les heureux bénéficiaires vous sont dévoilés ci-dessous :
 
Alhadab : Déborah Wunderlich & Jean-Denis Communier
On Est Bien : Claude Brière, Sébastien Laurent et Hugues Otelle
Racinger : Jean-Pierre Lainé & Julien Mareschal
 
Bon Copain : Jean-Claude Lumé & Paulette Huet
Vittel de Brévol : Jean-Pierre Renault, Alain Potovil et Christophe Febvrier
Cobra Bleu : André Liot, Patrick Vautier et Albert Valognes
 
 
Encore merci, Adrien, pour cette belle journée, plus belle que le temps. Une franche camaraderie régnait sur Vains, et comme toujours, cela faisait plaisir à voir. On prend rendez-vous pour l’année prochaine !
 
 
GALERIE PHOTO
 
Aladhab
 
 
On Est Bien
 
 
 
 
Racinger
 
 
Madame et Monsieur Comunier
 
 
Jean Picard, directeur du centre d'entraînement de Dragey, Galop Baie
 
Jean-Luc Couétil
 
Domninique Bressou
 
Daniel Folliot (Elevage Deurie)
 
Michel Hallais (Elevage Mestivel)
 
Tout le monde met la main à la patte, Marc Trincot (blouse bleue) coupe le gigot
 
 
Et tout le monde tente sa chance pour gagner les saillies
 
Et tout le monde déguste le repas offert

On en parle dans l'article