Vision d'Etat : une chute n'efface pas les gagnants

22/06/2017 - Zoom Etalon
 Si sa fille De Bon Coeur a raté la dernière marche à cause d'une chute bête dans le Prix Alain du Breil (Gr.1) à Auteuil, Vision d'Etat n'en a pas moins réussi une dernière année remarquable, depuis l'été 2016 où le déclic tant attendu a finalement eu lieu.


Vision d'Etat au Haras de Tréban

 

De Bon Coeur a débuté en gagnant le 16 septembre 2016 à Enghien. Comme un signe du destin, ce succès correspond au début d'une vague de victoires pour la production de son père Vision d'Etat. En effet, depuis le début de l'automne dernier, pendant l'hiver et pendant tout le printemps 2017, non seulement De Bon Coeur, lauréate du Prix Cambacérès (Gr.1) puis triple gagnante de Gr.3, a été un formidable porte drapeau, mais la pensionnaire de François Nicolle n'a pas été un arbre qui cache la forêt. En effet, Vision d'Etat compte 21 citations de victoires + places de black-type depuis le 1e janvier 2016. Outre De Bon Coeur, il a eu Speedy Speed, 2e de Listed dans la Grande Course de Haies de Cagnes, Vision du Pont (2e du Durtain, Listed) mais aussi en plat Speedy Boy, lauréat du Prix Maurice Caillault (Listed) à Saint-Cloud puis placé au même niveau à Newmarket en Angleterre. Notons aussi les 2 bons sauteurs Petellat du Rheu, gagnant à Auteuil, et Défi d'Oudairies, vainqueur au Lion d'Angers.
 

Durant l'été 2016, juste avant l'accélération franche de ses résultats, Vision d'Etat avait quitté le Haras de Grandcamp en Normandie où il était stationné depuis ses débuts en 2011, pour rejoindre le Haras de Tréban dans l'Allier, remplaçant alors American Post, mort prématurément à la fin mai. A la faveur des résultats qui ont suivi, Vision d'Etat a vu une affluence d'une centaine de juments en 2017, qui le ramène à ses niveaux de 2013 et 2014, et lui font remonter la pente de 2016 où il n'avait rencontré que 22 poulinières. On sait aujourd'hui que sa production est bonne mais tardive. D'ailleurs, lui-même ne fut pas précoce, car s'il a remporté 4 Gr.1 à 3 et 4 ans, à commencer par le Prix du Jockey-Club, et s'il a aussi gagné à 2 ans aux Sables d'Olonne et à Fontainebleau, son entraineur et copropiétaire Eric Libaud ne l'a pas fait participer à de grandes joutes parisiennes lors de sa campagne initiale.

 


De Bon Coeur, lors de sa victoire dans le Prix d'Indy

 

Alors que certains éleveurs s'attendaient à un physique plus d'Hercule qu'à son profil de Socrate losqu'il est entré au haras, les clients espéraient beaucoup de sa 1e génération de 3 ans sur les pistes en 2015. Les succès n'arrivant pas tres vite, et son meilleur produit de plat, Vision des Aigles, n'ayant pas confirmé son succès en débutant devant Dariyan, Vision d'Etat est entré dans un tunnel. Heureusement, sa traversée fut de courte durée, et le voilà reparti à plein régime.

A noter que sa 1e génération ne fut pas si nombreuse, avec 34 produits déclarés à France Galop pour 61 saillies, et 11 vainqueurs individuels. La 2e génération, d'où est issue De Bon Coeur, compte 59 produits déclarés âgés de 4 ans, pour 21 lauréats individuels au 22 juin 2016.

 


Voir aussi...