Quand le Syndicat des Eleveurs défend la filière à Bruxelles

16/07/2015 - Focus divers
Le Syndicat des Eleveurs était présent à Bruxelles ce mercredi 15 juillet pour défendre avec force et conviction les intérêts et spécificités de notre filière. En savoir plus dans le communiqué de presse ci-dessous.
Tim Richardson, Loïc Malivet, Michel Dantin, Hubert Honoré, Tim Morris et Camille Vercken
 
" Une nouvelle fois une délégation des représentants du Syndicat des Eleveurs composée de Loïc Malivet, Président, Hubert Honoré, responsable des relations européennes et internationales, Tim Richardson, responsable de la Commission sanitaire et bien-être animal, et Camille Vercken, Directeur, et de Tim Morris, le lobbyiste de la Fédération Européenne des Eleveurs de Pur Sang a rencontré les eurodéputés impliqués dans des projets de réglementations importants pour la filière.
C'est avec une volonté forte de défendre les spécificités de production des chevaux de courses, que le Syndicat a mis en valeur un faisceau d'arguments pour convaincre les législateurs de défendre le cheval dans les réglementations actuellement en cours à la Commission ou au Parlement européens.
 
Le député Michel Dantin est le rapporteur du projet de loi sur le règlement zootechnique. Rappelons que ce règlement était extrêmement dangereux pour notre filière dans ses versions primaires puisqu'il proposait une harmonisation des conditions de production entre tous les animaux d'élevage. Autrement dit, il permettait une liberté totale sur l'utilisation de la monte artificielle, du transfert d'embryons, ou du clonage. Le Syndicat, avec ses partenaires européens et nationaux, a réalisé un bon travail d'explication des conséquences possibles pour la filière cheval d'un tel règlement « fourre tout » qui faisait fi des spécificités de chaque race au sein d'une espèce. Michel Dantin a eu un rôle clé et a été un véritable allié du Syndicat pour permettre la mise en place d'aménagements qui respectent notre mode de production.
 
La rencontre avec Jacques Loyeau, le bras droit d'Eric Andrieu, a été comme à chaque fois,  très constructive. Excellent technicien de la politique agricole européenne, ce dernier a une sensibilité particulière par rapport au maintien du cheval dans le monde agricole. C'est assez naturellement que le Syndicat a pu partager avec lui ses réflexions sur le projet de règlement zootechnique, celui du règlement sur le médicament vétérinaire ou sur le projet de réglementation bien-être multi espèces.
 
Il existe évidemment un certain nombre de projets de règlements en cours à la Commission et au Parlement européens. Aussi, si le Syndicat réalise un travail de veille conséquent sur tout ce que Bruxelles peut envisager, il est nécessaire de prendre à bras le corps très tôt ces dossiers et de trouver des parlementaires sensibles à la cause de la filière. La rencontre avec le cabinet de Madame Grossetête, très active au sein de la Commission ENVI, a mis en avant un certains nombres de points sensibles autour de la question du règlement sur le médicament vétérinaire ou le prochain projet de règlement sur le bien-être animal.
 
Autant de sujets sensibles que le Syndicat des Eleveurs défend avec ferveur pour l'intérêt général de toute la filière.