Nouveau Longchamp : enfin le grand dénouement ce matin 24 août !

24/08/2015 - Focus divers
Sauf énorme rebondissement, le Conseil d'Administration devrait voter OUI pour le démarrage des travaux du nouveau Longchamp au lendemain de l'Arc de Triomphe 2015, lors de la réunion de ce lundi matin 24 août à Deauville. Voir les détails du projet final ci-dessous avec la VIDEO des nouvelles installations. Par Arnaud Poirier

 

Tous les ans, les 12 membres du Conseil d'Administration de France Galop organisent une réunion à Deauville vers la fin du meeting d'août. L'édition 2016, la dernière qui sera présidée par Bertrand Belinguier, ayant lieu ce lundi 24 aout à 10H00, aura un enjeu considérable car à l'ordre du jour est programmé le fameux vote définitif du projet du Nouveau Longchamp, une histoire qui remonte désormais à de longues années et qui a fait couler des hectolitres d'encre et de salives...

Si les membres votent à majorité OUI, ce qui est prévisible, les travaux vont commencer dès le lendemain de l'Arc de Triomphe de cet automne, pour durer près de 2 ans, jusqu'en juillet 2017. Le Prix de l'Arc de Triomphe ne sera délocalisé qu'une seule fois, en 2016, à Chantilly.

Le projet se base sur un montant de 127 millions d'euros qui a été retenu après les appels d'offre. France Galop avait budgetisé une somme de 138 millions. Il y a donc une marge de 11 millions d'euros, mais qui pourra couvrir des surprises ou dépassements. Ce qui est très important à signaler, c'est que ce financement est assuré SANS le Qatar, dont il avait été question du soutien financier, mais cette option a été finalement repoussée, ce qui a d'ailleurs aidé à convaincre certains membres du Conseil d'Administration jusqu'alors réticents au projet global. Dès lors, France Galop aura alors un choix à faire entre le financement par ses fonds propres, puisqu'une "cagnotte" avait été anticipé depuis des années à cette fin, ou par l'emprunt, qui est une option tentante étant donné le niveau toujours extrêmement bas des taux d'intérêts.
 


Ouf, on respire...Espérons qu'ils pensent à mettre des panneaux de direction pour arrêter qu'on se perdre dans le tribunes comme aujourd'hui, même après des années de pratique !


Au jour d'aujourd'hui, tous les obstacles administratifs pour la réalisation du projet des batîments, ronds et divers installations ont été franchis. Et l'Etat se préoccupe à tel point de l'aboutissement du projet que Loïc Malivet, Président du Syndicat des Eleveurs et Vice-Président de France Galop, a révélé lors du grand débat public du Syndicat de mercredi 19 aout, que le Président de la République François Hollande avait personnellement insisté auprès des ministères concernés pour que le projet se réalise "avant la fin de l'année", une information provenant directement du secrétaire de l'Elysée. Il nous a appris ensuite que le premier Ministre Manuel Valls avait également donné des ordres clairs, nets et précis (on imagine aisément compte-tenu du personnage) pour que les choses se fassent "maintenant !"

 


Quand François Hollande et Manuel Valls frappent en même temps du poing sur les tables des ministères de tutelle...forcément ça marche beaucoup mieux !
 

 

On peut donc être tout à fait confiant dans le fait que l'immonde bateau ivre et beuglant qui est supposé représenter la France des courses disparaisse à tout jamais pour être remplacé par un écrin neuf, qu'on espère réussi comme d'autres ont pu l'être Outre-Manche ou en Asie, dans un esprit de "convivialité" et d'"humanité", tranchant avec la coupable grandiloquence bétonneuse de l'après-guerre. Et puis si rien ne se fait, il nous restera la possibilité de tourner les talons pour se jeter directement dans la Seine, tant la situation se révélera désespérée dans ce pays !

L'Etat, en même temps qu'il exprime désormais clairement son souhait quant à l'aboutissement du projet, demande qu'il soit enrichi d'une piste en PSF, d'un éclairage, que le programme y soit densifié d'au moins une quinzaine de réunions supplémentaires, ans oublier l'organisation d'autre type de manifestations hors course pour amortir les frais. Cela engendre bien sûr des coûts supplémentaires, mais l'abandon de la rénovation du Pavillon qui était incluse dans le projet avec les fonds du Qatar, et qui représentait la bagatelle de 7 millions d'euros, laisse envisager d'utiliser cette somme pour construire la PSF. Quand à l'éclairage, comme qui dirait, on verra bien...En tout cas, France Galop ne se privera de prendre la balle au bond et d'envoyer une motion à l'Etat pour demander son soutien face aux évidentes levées de boucliers écologistes qui surviendront à l'annonce de la construction d'une PSF, sans même parler de l'éclairage.

Tout est désormais dans les mains des membre du Conseil d'Administration, qui joueront là une partie de l'avenir des courses françaises pour des décénnies à venir.

NB : après cette adoption programmée du projet, il faudra procéder au vote pour la validation du programme transformé d'octobre 2015 à juillet 2017, qui a déjà été prévu, comprenant le déplacement de l'Arc mais aussi de toutes les autres réunions, dont celles par exemple des Poules d'Essais qui se dérouleront sur la ligne droite de Deauville, mi-mai. A noter que dans cette pespective, la vente Breeze-Up Arqana tradionnellement organisée à Saint-Cloud la veille des Poules, aura donc lieu à Deauville également.