Demain : La Teste
Breeze Up Online en direct

Un Syndicat des Eleveurs AGRICULTEURS : " Bio c'est bon !"

14/11/2015 - Focus divers
 Tandis que les valeurs de l'agriculture saine et raisonné sont plus que jamais portées au pinacle en cette période préparatoire de la Cop21, l'inscription complète de l'élevage de chevaux de courses dans le respect de l'environnement et même l'embelissement de l'environnement doit être de plus en plus mis en exergue. C'est un combat mené par le Syndicat des Eleveurs et ses membres, convaincus du fait que "Bio c'est bon !" PUBLIREDACTION

 

Respect de l'environnement, embellissement de la nature, vie en accord avec la "Terre Nourricière", eau de source, agriculture bio, ville écologique, développement durable, maison productrices d'énergies, marchés bio, etc...De plus en plus, le cadre de vie quotidien des citoyens des pays les plus riches du monde, France y compris qui est au point sur le sujet et organise même la fameuse Cop21, est régi par ces valeurs "post modernes" qui rappellent à l'être humain que les dérives du 20e siècle sont suicidaires. Dans ce contexte, la façon dont les chevaux de courses sont élevés entre en parfaite adéquation avec ce dont rêveraient même les plus pointilleux des chantres de l'agriculture non seulement raisonnée mais complètement bio. Bref, l'image du pur-sang aurait énormément à gagner si elle tirait ce type de levier, déjà en sa possession par sa nature même.

 

 

A parler avec des néophytes, lorsqu'on est professionnel, on se rend mieux compte du fossé immense qu'il peut y avoir entre l'industrialisation à outrance de l'agriculure, notamment de de la production céréalière et maraîchère, et l'élevage de pur-sang. La dimension "pastorale" de ce dernier rend les béotiens incrédules, et leur questionnement quand à tous les traitements articifiliels de la terre et de l'environnement que les éleveurs évitent pourtant conscieusement de faire, nous font prendre conscience, à nous les socio professionnels, des atouts extraordinaires que nous possédons pour faire valoriser notre activité dans le contexte moral actuel.

Et pourtant, ces atouts nous paraissent si évidents et naturels que nous n'en arguons pas. A grand tort. Ci-dessous, 3 membres actifs du Syndicat des Eleveurs, Daniel Cherdo, par ailleurs producteur porcin en Bretagne, et Hubert Honoré, aussi maire d'une commune rurale de Normandie habitée par 3 haras et d'autres exploitations agricoles, rappellent grâce à leur double vision des choses quel est le poids considérable et inexploitée de la dimension "verte" de l'élevage de chevaux de course dans la Société moderne.

 

 

 

 

Syndicat des Eleveurs : La dimension agricole de notre activité est notre raison d’être !

 
C'est un travail important mené en collaboration avec l’EFTBA et du EHN. La valorisation de notre mode de production très spécifique qui est un vecteur (presque le dernier) de la diversité agricole, un des objectifs principaux mis en avant par J.-M. Barroso dans son rapport sur les axes stratégiques de l’Europe 2020. Il s'agit d'oeuvrer pour la reconnaissance de la dimension agricole du métier d’éleveur de chevaux de sang. Cela en vue de l'accès pour les éleveurs aux aides directes et indirectes de la PAC dans le cadre de la réforme 2014.
 
Parmi nos atouts, nous pouvons retenir que :
 
  • Le cheval participe à l’entretien des prairies permanentes et ce, même dans les zones rurales difficiles (zones de montagnes, zones humides). Les entreprises agricoles du secteur cheval sont parmi les seules à restructurer le bocage. Elles consomment faiblement des engrais ou traitements et ne étruisent pas le couvert végétal.
     
  • Les chargements UGB des entreprises de la filière cheval sont faibles par rapport aux chargements d’autres types d’élevages d’herbivores (2 à 3 fois moins d’UGB par UMO). Les actions menées pour que le cheval ne soit pas reconnu comme un animal de compagnie dans le droit européen
 
Le Syndicat des Éleveurs, dans le cadre de la veille réglementaire opérée par l’EFTBA apporte une large contribution aux questions de bien-être animal en veillant à ce que les projets de loi ou de réglementation ne mettent pas à mal la reconnaissance du cheval comme un animal de rente et non pas la classification en animal de compagnie.
 
 
 
 
 
LE PROJET EQUURES : LE LABEL ENVIRONNEMENTAL POUR LES ELEVAGES
 
 
Le Projet EQUURES, soutenu par le Syndicat des Éleveurs est un projet leader dans la mise en place de bonnes pratiques environnementales dans la filière cheval dans son ensemble. Mis en place par le Conseil des Chevaux de Basse-Normandie, il vise à sensibiliser et accompagner les professionnels de la filière dans la prise en compte des principes du Développement Durable dans leurs activités. En savoir plus : http://chevaux-normandie.com/equures/
 
  
 
FIN DE VIE DES EQUIDES : Vers une gestion raisonnée
 
Un dossier considéré comme prioritaire en 2011 par le Syndicat des Éleveurs. En effet, il est indispensable de rappeler aux pouvoirs publics que l’élevage de chevaux est une activité agricole à part entière et que le cheval est un animal de rente et non un animal de compagnie. Il est aujourd’hui possible de sortir un équidé du circuit de la consommation humaine en cochant une case sur son livret et ce choix définitif peut être déconnecté de tout
traitement médicamenteux.
 

Le scandale de la viande de cheval dans d’autres dérivés alimentaires ou celui des carcasses testées positives en Angleterre à la Phenylbutazone montre à quel point ce dossier doit aujourd’hui être reconnu comme prioritaire par les instances dirigeantes.LE BIEN-ETRE DU CHEVAL

Dans le "package" vert de l'équidé, en plus de son strict environnement, son bien-être général à toutes les étapes de sa vie, de sa naissance et jusqu'au dosser toujours délicat de sa fin de vie, représente un élément central que des acteurs du Syndicat des Eleveurs ont pris très à coeur. A l'occasion du débat du Syndicat des Eleveurs d'août 2015 à Deauville, Elizabeth Doumen et Pierre Julienne ont fait des interventions remarquées à ce sujet.