Music Lover et So Elusive : voyageurs de 1e classe d’Antoine de Watrigant

27/11/2016 - Focus divers
 En l’espace de 48 heures, deux des pensionnaires du montois, Antoine de Watrigant, n’ont laissé aucune chance aux autres passagers des deux «classe 1» (les ex courses B) d’Angers et de Bordeaux. L’une, Music Lover s’est imposée sur 2.000 mètres, l’autre, So Elusive, sur 1.400 mètres.

Antoine de Watrigant a lancé ses emissaires de 2 ans depuis sa base de Mont-de-Marsan.

 
Le Prix Kerautem sur 2.000 mètres
 
En ce 24 novembre à Angers, l’hippodrome d’Eventard accueillait le fameux Prix Kerautem, l’épreuve, sportivement parlant, la plus intéressante de l’après-midi. C’est donc après un long déplacement et la maestria de son pilote, Alexandre Roussel, que la fille de Palace Episode (Machiavellian), Music Lover, n’a fait qu’une bouchée de ses adversaires dès lors qu’elle a enclenché à mi-ligne droite en pleine piste. Son premier dauphin, Goji Berry, s’était classé, précédemment, second, à une tête de la gagnante, Mademoiselle Marie, future lauréate du Prix Delahante (Listed). La troisième marche du podium est occupée par une pensionnaire d’Henri-Alex Pantall. L’entraineur angevin n’a donc pu ajouter un 15e succès dans cette épreuve, un semi-classique angevin dont la création ne date pas d’aujourd’hui.
 
 

Music Lover dans le Prix Kerautem à Angers.
 
 
Sous les couleurs d’Olivier Carli, le sympathique propriétaire (natif de Marseille) du Haras du Logis Saint-Germain (où est stationné Palace Episode), Music Lover avait ouvert son compteur à Agen, trois semaines plus tôt, dans un maiden (avec sur le dos, le jeune jockey de Philippe Sogorb, Sebastien Prugnaud) dans lequel elle devançait deux élèves de Mme Jane Soubagné dont Night Shift, vainqueur à Toulouse le 23 novembre suivant. Les lignes ne sont donc pas mauvaises !.
 
Le Prix de Labouret sur 1.400 mètres

A Bordeaux, Le juge à l’arrivée a fait afficher 11 longueurs en faveur de l’élève de Jean-Pierre Dubois, So Elusive (Elusive City), qui avait déjà mis les freins après avoir dominé la course de bout en bout. Et pourtant, il n’était pas tout seul puisque lui était opposé un espagnol, Fuenteesteis (Falco), le gagnant du Gran Critérium de Madrid, récent second d’une classe 1 au Bouscat et surtout second du Critérium du Languedoc. Sous les ordres, se trouvaient également, un élève de Guy Chérel, Prestissima (Sageburg), récent vainqueur clodoaldien et un pensionnaire de Julien Philippon, vainqueur d’une «classe 1» au Bouscat. Une fois encore, les lignes ne sont pas négligeables.
 
 

So Elusive gagne de 11 longueurs à Bordeaux.
 
 
Des engagements classiques ?
 
La prestation d’aujourd’hui faisait suite, sur le même hippodrome, à une promenade de santé dans un maiden, laissant un « Rouget qatari » à 5 longueurs. Il faut associer à ses deux victoires, la monte bien inspirée de l’ancien apprenti de chez Xavier Thomas Demeaulte, Valentin Seguy, qui, avec 49 succès à ce jour, réalise sa meilleure saison. Au vu de ses performances, nul doute que son entourage pourrait envisager des engagements classiques. Mais ne mettons pas la charrue avant les bœufs, attendons le début et surtout la fin de l’hiver....
 
Un achat de l’entité canadienne, Dream With Me

La famille maternelle de So Elusive a intégré les effectifs de Dream With Me en septembre 2000, quand Frédéric Sauque achète à Keeneland, pour $ 225.000, une yearling de Storm Cat, nommée Stylelistick. Elevée par Sweetenham Stud, elle va intégrer l’entrainement de Jörg Schwoch, installé au Canada. Gagnante à Woodbine, elle rejoint l’écurie de Bill Mott qui lui fait prendre, à 3 ans, «du gras» suite à ses succès de Listed sur l’hippodrome de Keeneland sous les couleurs de Dream With Me, associée à l’entité Team Valor.
Il est temps d’envisager sa reconversion et prend le chemin du haras où elle ira au devant du champion Kingmambo. Pleine, elle est présentée à Keeneland, en novembre 2003, par le consigner du Kentucky, Denali Stud (Craig Bandoroff). Les juments de Storm Cat ont la côte, c’est ainsi qu’elle sera adjugée $ 1.300.000 à Classic Star LLC.
Trois ans plus tard, Fasig Tipton organise la dispersal Classic Star (déclaré en faillite) et Stylelistick est achetée $ 750.000 par France Pur Sang (Jean-Louis Branère) pour 6C Racing Ltd.
 

Jean-Pierre Dubois et son petit-fils Louis Baudron, deux "trotteurs" également très concernés par le galop.
 
Pleine de Unbridled’s Song, Stylelistick mettra au monde une pouliche, nommée Saraluna que Frédéric Sauque achète pour $ 300.000. C’est un retour de la famille au sein de l’entité Dubois. Saraluna effectuera ses débuts à Woodbine pour l’entrainement canadien de Brian Lynch puis sous l’autorité de Patrick Biancone aux USA. Le résultat ne mérite pas que l’on s’y attarde : trois sorties pour trois dernières places.
 
En décembre 2008, Stylelistick prend la direction de Newmarket pour être présentée sur le ring de Tattersalls où, sous la responsabilité du consigner Loughbrown Stud, elle est vendue, pleine de Teofilo.Elleprend la direction du Japon après son achat par Katsumi Yoshida pour 85.000 Guinées. Pour mémoire, rappelons que Stylelistick n’est autre la sœur de Nathaniel (Galileo).