Le Costaud lance la nouvelle ère Macaire

04/03/2019 - Focus divers
Dimanche à Auteuil, Le Costaud a écrasé l'opposition dans le prix Robert De Clermont-Tonnerre, devenant un sérieux candidat au Grand Steeple-Chase de Paris. Tout n'a pourtant pas été simple pour le pensionnaire de Guillaume Macaire, qui a connu une carrière entrecoupée de blessures. Pour parler du cheval, on est retourné à la genèse, et on a découvert une histoire d'élevage encore peu commune ! Explications. 

 

Le Costaud, seul au monde dans le prix Robert De Clermont-Tonnerre.

 

Pour comprendre l'histoire de Le Costaud, il faut remonter jusqu'à une certaine Montafine. Bonne jument de course, cette fille de Montfleur va devenir la jument de base de l'élevage de Louis Lafitte. Elle va donner naissance à 6 vainqueurs, et est surtout à l'origine de très bon éléments dans sa descendance plus ou moins proche. On y retrouve notamment Moussu Lescribaa, gagnant du prix Stanley devant un certain Balko ! Ce cheval est un petit-fils de Montafine, fils de Mona Lisaa. Celle-ci est une soeur de Manon Lescribaa...la grand-mère de Le Costaud ! 

 

 

Montafine, accompagnée de la toute jeune Manon Lescribaa. C'est la grand-mère de Le Costaud, élevée par Louis Lafitte dans le Béarn.

 

Parmi les produits de Manon Lescribaa, il y a Loya Lescribaa, une fille de Robin Des Champs. Vendue yearling à Francis Montauban et Guillaume Macaire, elle passera sur le ring aux ventes Goffs, où elle sera achetée 30 000€  par Terry Amos, le propriétaire de Le Costaud, qui va la mettre à l'entraînement chez...Guillaume Macaire ! Elle débute très tôt, en mars de ses 3 ans, se classant bonne troisième du prix Auricula, dont une certaine Firmini terminera deuxième. C'est la mère de Fiumicino, un 4 ans prometteur en steeple, entraîné par...Guillaume Macaire ! Décidément, on ne le quitte jamais ! Après un petit accident en course, Loya Lescribaa est dirigée vers le haras. L'homme qui travaille depuis longtemps avec Guillaume Macaire et Terry Amos, c'est Pierre de Maleissye Melun L'éleveur Sarthois va prendre chez lui Loya Lescribaa, dont il élèvera les 3 produits en association avec Guillaume Macaire et Terry Amos. Vous allez voir que malgré une production limitée, la jument va marquer les esprits ! 

 

Terry Amos (à gauche) et Pierre de Maleissye Melun, deux hommes qui aiment travailler ensemble, et qui plus est avec une grande réussite !

 

 Le premier produit de Loya Lescribaa, Sametegal, est un fils de Saint Des Saints. Après avoir été deuxième à Moulins en débutant, le cheval ,qui porte alors la casaque de son éleveur, s'impose à Enghien de belle manière. Il est vendu à John  Dawson Cotton, et part chez Paul Nicholls. Pour rappel, M. Cotton est un propriétaire bien connu en France, notamment chez...Guillaume Macaire, encore lui ! Il a entraîné pour cette casaque des chevaux comme Kobrouk, deux fois gagnants de Groupe sur le steeple d'Auteuil, et deuxième des Prix Maurice Gillois et Ferdinand Dufaure (Gr.1). Revenons à Sametegal, qui va bien réussir de l'autre-côté de la Manche. Il gagnera 5 courses, dont un Groupe 3, et sera troisième du Triumph Hurdle (Gr.1) à Cheltenham en 2013. 

Sametegal lors de sa victoire à Enghien en avril 2012. Il portait alors la casaque de Pierre de Maleissye Melun.

 

Le deuxième produit de Loya Lescribaa, Ainsi Fidèles, débute victorieusement à Bordeaux Le Bouscat en avril 2013. Ce fils de Dream Well sera vendu à Simon Munir et Isaac Souede, et prendra la direction de l'Angleterre, où il sera entraîné par David Pipe. Il va enchaîner 5 victoires d'affilées en 2014, et sera même gagnant de Gr.2 en steeple à Ascot, dans le Reynoldstown Novice's Chase. Après une longue interruption de carrière entre 2015 et 2017, il revient à ses premiers amours chez Guillaume Macaire, et gagnera à Bordeaux, puis prendra deux places, terminant notamment deuxième du bon Saint-Palois à Compiègne. 

 

Ainsi Fidèles (casaque verte) lors de l'une de ses nombreuses tentatives anglaises.

 

 On en arrive enfin à notre Le Costaud, dernier produit de sa mère, né en 2011. Pierre de Maleissye Melun nous en a parlé : "Sa mère,, Loya Lescribaa, était une superbe jument, qui a malheureusement peu produit. En effet, elle est morte l'année après la naissance de Le Costaud. On allait à l'époque à de jeunes étalons, comme Saint Des Saints, Dream Well, et Forestier pour Le Costaud. Nous n'étions pas encore sûrs que ce soit une très bonne reproductrice, mais ce fut le cas ! Comme quoi en élevage, la mère est très importante !". 

Le Costaud est talentueux, et fragile malheureusement... Âgé de 8 ans, il n'a couru que 21 fois, pour 13 victoires et 6 places ! Il n'est sorti de l'argent que lorsqu'il est tombé en course. Déjà gagnant de deux Groupes 1 en 2016 et 2018 sur le steeple de Merano en Italie, le sculptural alezan a malheureusement été absent entre juillet 2014 et décembre 2015, puis entre août 2016 et avril 2018. Pierre de Maleissye Melun nous l'a expliqué : "C'est un très grand cheval, et le programme est fait tel que les courses sont intéressantes à trois ans. Malheureusement, il a souvent connu des petits pépins de santé, ce qui l'a empêché de connaître le très haut niveau à plus d'occasions. Ses frères ont été vendus en Angleterre, mais lui a débuté plus sagement sur des hippodromes de province (NDLR: Nancy et Marseille-Borély), ce qui fait qu'on l'a gardé. Il nous a rendu très heureux hier! Maintenant on croise les doigts pour que ses ennuis physiques soient derrière lui."

 

Le Costaud remporte le Grand Steeple de Mérano en 2018, sous la selle de son fidèle James Reveley.

 

 En effet, si Le Costaud a loupé beaucoup d'occasions de montrer toute l'étendue de son talent, ce n'était pas le cas hier dans le prix Robert de Clermont-Tonnerre. Monté à la perfection par James Reveley, qui connaît le cheval par coeur et lui voue un amour tout particulier, l'alezan s'est envolé sur le plat et a affiché toutes ses prétentions pour le Grand Steeple. Les obstacles de la Butte-Mortemart, ils les a sautés comme des simples haies, et même si les Bipolaire, On The Go, et autres Saint-Goustan Blue n'étaient pas de la partie, Le Costaud les attend de pied ferme ! Guillaume Macaire l'a toujours tenu en haute estime, ce qui prouve que l'on a affaire à un très bon compétiteur.

 

Le Costaud a avalé les obstacles du steeple d'Auteuil comme des haies ce dimanche !

 

Cet éclair de classe arrive d'ailleurs à un moment clé pour son entraîneur. En effet, si l'on se penche sur l'effectif 2019 de Guillaume Macaire, on constate qu'il n'y a plus que un représentant de la casaque Papot, pour qui il a gagné le Grand Steeple 2018 avec On The Go. Il n'y a également que 3 chevaux de la casaque Bryant, parmi lesquels So French, et en revanche, plus aucune trace des casaques Munir et Détré, qui ont fait les grandes heures de Guillaume Macaire. C'est donc une ère qui se tourne en 2019, mais il semblerait que le maître-entraîneur de Royan ne l'entende pas de cette oreille. Avec son Le Costaud, il a montré que cela ne l'empêcherait pas, si tout se passe bien, de briguer le Grand Steeple pour la quatrième fois consécutive. Avec les retours à venir de So French et Storm of Saintly sur le steeple parisien, la route du Grand Steeple-Chase de Paris s'annonce encore passionnante en 2019 ! En tous cas, le premier volet nous a bien ouvert l'appétit ! Affaire à suivre !

 

Qu'on se le dise, Guillaume Macaire arrive encore bien armé pour le printemps ! 

 

 

 


On en parle dans l'article