Newmarket - le 08/07/2020
Guineas Breeze Up Sale
Newmarket - du 08/07/2020 au 10/07/2020
July Sale
Fairyhouse - du 13/07/2020 au 17/07/2020
May Store Sale
Fairyhouse - du 13/07/2020 au 17/07/2020
Derby Sale
Lexington, Kentucky - le 13/07/2020
July Selected Horses of Racing Age

TBA FOAL SHOW 2015 pour Great Pretender : résultats, photos et VIDEOS

27/07/2015 - Ventes élevages
La 3e édition du TBA FOAL SHOW sur l'hippodrome de Bangor On Dee, qui est une adaptation des concours français pour l'élevage d'obstacle en Angleterre, a couronné un produit de Great Pretender, tandis que les étalons français en général ont trusté les podiums des 4 sections. Retour sur un événément qui prend de l'envergure avec tous les résultats, les photos et les VIDEOS INDIVIDUELLES.

 

Vus de loin, y compris par leurs propres compatriotes, les éleveurs d'obstacle en Angleterre peuvent paraître comme un groupe de passionnés de chasse à courre qui aiment la vitesse, mais qui restent faiblement considérés par leur clientèle nationale, ces fameux et riches propriétaires anglais qui font leur marché chez les voisins irlandais et français. Cette situation, semblant très paradoxal, se décrit ainsi : l'Angleterre, comme l'Irlande d'ailleurs, sépare très clairement le monde du plat de celui de l'obstacle, un peu comme la France les mondes du galop et du trot. " Nous comptons 600 naissances de foals à vocation obstacle en Angleterre par an, et ce chiffre diminue malheureusement (NDLR : tout comme en France d'ailleurs...). Les raisons en sont complexes. Pour résumer, je dirais que le plat est une industrie globale, tandis que l'obstacle est une activité de "cottage", qui n'attire plus guère les jeunes. D'autant plus que la terre est très chère en Angleterre et il est donc extrêmement difficile pour un jeune d'imaginer se lancer dans une telle activité d'élevage. "
 


Le champion suprême, le lot n°2, est un fils de Great Pretender et Bold Fire (3e du Prix Bournosienne). Sous le bonnet rouge, son éleveur Sally Aston.


Le temps n'était pas de la partie, ce qui n'enlève pas le sourire à Richard Aston (à gauche), éleveur du vainqueur et co-organisateur de l'événement avec David Futter (à droite), de Yorton Farm, qui avait enlevé les 2 précédentes éditions et qui a stationné Great Pretender l'an dernier.


Le catalogue comporte quelques pédigrées en béton, tels cette fille de Soldier of Fortune et Tidara Angel, gagnante du Prix Alain du Breil (Gr.1) à Auteuil et soeur du champion Tidal Fury.



C'est Richard Aston qui parle, le vainqueur du TBA Foal Show 2015 avec le lot 2 ,un fils de Great Pretender. Fortuné, Richard Aston élève en obstacle à Goldford Stud près du Pays de Galles, à une heure à l'ouest de Liverpool, dans la région où sont rassemblés la plupart des éleveurs d'obstacle en Angleterre. Sa femme Sally Aston conduit l'affaire de façon professionnelle sur une surface pourtant réduite de 23 hectares, avec 30 poulinières dont la moitié pour la clientèle extérieure, et font partie des leaders nationaux. Les Aston, qui organisent une formidable fête la veille du concours (une savant mélange so british de classe et de beuverie, y compris dans le mini-bus de l'aller et du retour !), ont notamment élevé pour eux-même Riverside Theatre (King's Theatre), gagnant du Ryanair Chase (Gr.1)  Cheltenham 2012, et pour la clientèle extérieure Cue Card (King's Theatre), lauréat de la même course en 2013, et bien sûr Inglis Drever (In The Wings), triple vainqueur de la World Hurdle de Cheltenham entre 2005 et 2008, l'un des meilleurs sauteurs jamais élevé en Angleterre. Il achète régulièrement des juments pour de bonnes sommes en France (ex : Message Personnel, achetée 65.000 € en décembre 2013 à Arqana). " J'aime beaucoup les courants de sang français car ici nous sommes submergés du sang de Sadlers'Wells. De plus, cela nous ouvre un 3e marché en plus de l'Angleterre et de l'Irlande. J'achète en France pour pouvoir revendre en France. D'habitude, je vends mes foals à Fairyhouse et Doncaster, mais je pense bientôt présenter en France. "
 


Le vice champion, présenté par Little Lodge Farm, est un fils de Milan et de l'excellente My Petra (Midnight Legend), gagnante de Listed et multiple placée de groupe sur les haies en Angleterre.


"C'est dans notre sang...."


Hubert Barbe faisait partie du jury international, ici à côté du lot 8, une fille de Martaline et Histoire de Moeurs.

 

Aston a acquis la mère du vainqueur, Bold Fire pour 16.000 € sortant de l'entrainement de Paul Nicholls pour qui elle avait gagné 4 fois en haies et en steeple. Pas du tout née pour sauter car issu du croisement des 2 étalons sprinters Bold Edge et Bay Express, Bold Fire s'était pourtant retrouvé à l'entrainement à 3 ans chez François-Marie Cottin. Très douée, elle a gagné en débutant à Enghien puis conclu 3e de Segré à Auteuil et enfin 3e du Prix Bournosienne (Gr.3) d'Ombre d'Estruval pour son ultime sortie en France à 3 ans en 2015. Il a déjà vendu 2 produits de Kayf Tara et King's Theatre respectivement pour 32.000 £ et 55.000 £, et va conserver la yearling par Malinas.

Richard Aston est membre du comité de la branche obstacle du TBA (Thoroughbred Breeder's Association), présidé par Robert Waley-Cohen, éleveur propriétaire bien connu en France, Président de Cheltenham où il a gagné la Gold Cup avec son propre champion Long Run. Il fait partie des créateurs du foal show avec le "pionnier" David Futter. Patron de Yorton Farm, le plus gros haras d'obstacle en Angleterre avec une écurie de 5 ou 6 étalons tous les ans, dont la dernière recrue Gentlewave en 2015, Futter a adapté le concept des concours de modèles et allures pour AQPS qu'il a découvert depuis 5 ans qu'il voyage en France en compagnie de son ami courtier Richard Venn.

 


Le commentateur de l'événement est une star de la télé anglaise, Nick Luck, présentateur vedette de Channel 4, éleveur d'obstacle et membre du comité d'organisation.


La 1e production de foals d'Universal a été remarqué par ses physiques imposants avec beaucoup d'os.

Ensemble d'ailleurs, ils avaient acquis Malinas, auteur des 2 premiers vainqueurs des TBA Foal Show 2013 et 2014, et toujours stationné à Yorton. Ayant noué à l'occasion des relations avec Pascal Noue (Haras de la Hêtraie), David Futter avait loué pour un an Great Pretender en 2014, alors qu'il venait de sortir P'tit Zig, gagnant de Gr.1 à Auteuil. Ce n'est pas tant qu'il a fait exploser le carnet de bal, même s'il a sailli plus de 60 juments, mais l'idée était de motiver sa clientèle à plus de réactivité losqu'il déniche des chevaux en France. Résultat, il a fait plus de 100 juments avec Gentlewave ce printemps, tandis que Great Pretender a fait de même pour son retour en France ! Aston ne s'était pas fait prier pour utiliser Great Pretender, le seul fils de King's Theatre, étalon qui a fait sa fortune d'éleveur mais qui est mort aujourd'hui.

Bien évidemment, les éleveurs d'obstacle anglais souhaitent attirer des professionnels non seulement nationaux mais aussi irlandais et français pour découvrir et pourquoi pas acquérir leur production. Ils souffrent a priori de l'image "acheteuse" de l'Angleterre, qui fait imaginer notamment aux français qu'il serait impossible d'y acuérir quoi que ce soit." Si les présentateurs locaux ne semblent pas avoir de problèmes de fin de mois, ils déclarent être tout à fait vendeur de leurs produits. On a ouï dire certaines transactions effectuées pour des tarifs raisonnables, de 10 à 15.000 €, pour des foals bien nés et bien conformés, et il y a d'évidentes opportunités pour des femelles, car celles-ci n'ont aucune valeur marchande Outre-Manche. En tout cas, en plus de Great Pretender, les étalons français ou passés par la France ont trusté les podiums, grâce à Martaline, Kapgarde, Soldier of Fortune, Lucarno et Sulamani.


On en parle dans l'article