A l'entraînement avec Holdthasigreen chez Bruno Audouin, 1 mois avant Ascot

26/05/2019 - Evénements
Meilleur stayer français à l'heure actuelle, Holdthasigreen est un cheval dur comme le fer, qui a offert à Bruno Audouin, la famille Le Lay et Jean Gilbert leurs plus belles victoires, dont le graal d'un Gr.1, le Prix Royal Oak l'an dernier à Chantilly...Avant la gloire, ce cheval a tout de même une histoire particulière. Nous sommes allés à la rencontre du champion et de son entourage, juste avant le Prix Vicomtesse Vigier, sa dernière course avant de traverser la manche pour affronter les anglais dans la Gold Cup à Royal Ascot...

 

La genèse d'Holdthasigreen prend ses racines à la vente d'élevage 2003 de Deauville. Parmi les nombreux lots, se présente une certaine Lady Honorgreen. Gagnante de 2 courses dans sa carrière, cette fille de Hero's Honor est la soeur de 2 black-types, et est alors pleine de Muhtathir. Pas très regardée, la jument trouve preneur à 3500 euros seulement, acheté par Claude Le Lay, véritable homme de cheval, installé dans l'Ouest au Lude. Il s'associe sur cette jument avec Jean Gilbert, qui connaît bien la souche, puisqu'il a notamment co-élevé le frère de Lady Honorgreen, Kadgreen, gagnant du prix Georges Trabaud (listed) sous la casaque Séroul. En 2004, naît donc une certaine Greentathir, la future mère de notre champion Holdthasigreen...

 

Un petit mot à nous dire champion ?

 

Claude Le Lay nous explique la naissance du champion : "Nous aimions bien Muthathir à l'époque où nous avons acheté Lady Honorgreen. Elle nous a donné Greentathir, jument qui a gagné 2 courses, mais qui était assez fragile...Elle est donc entrée au haras, où elle nous a donné d'abord Holdgreen, le grand frère, puis Holdthasigreen. A l'époque, Hold That Tiger était au Haras de la Haie Neuve, et il avait vraiment été un drôle de cheval de course. C'est pourquoi nous sommes allés à lui. Jean Gilbert est co-éleveur de tous les produits. Nous avons eu beaucoup de mâle, et les femelles ont été acccidentées, à part Srilandagreen, qui a 4 ans, est très tardive, et que nous voulons vraiment préserver pour le Haras...Greentathir est actuellement pleine de Olympic Glory ! "

 

Alexandra Le Lay, Claude Le Lay et Bruno Audouin avec leur crack.

 

Jeune, Holdthasigreen montre de la qualité, mais est un cheval très difficile, comme nous l'a expliqué Alexandra Le Lay, fille de Claude, et cavalière de la première heure du champion: " A 2 ans, il cherchait toujours à dérober de la piste, et ne voulait rien faire. En fait, il n'aimait pas galoper...Du coup, on a pris vraiment le temps avec lui, d'autant que c'était un grand tardif. On a eu beaucoup de mal à canaliser son énergie, surtout aux courses, où il perdait beaucoup d'influ avant la course. Je me rappelle ses débuts à Seiches..on était 3 pour le tenir ! " Parlons-en des débuts ! Monté par Stéphane Laurent à Seiches sur le Loir, à la fin de son année de 3 ans, lui qui en a 7, Holdthasigreen finit honorable 4ème. Une bonne performance, mais qui n'est rien comparé à la suite de la carrière du cheval. 

 

Tony Piccone lève un poing rageur. Il vient de mener Holdthasigreen à son 1er Gr.1, le prix Royal-Oak. (APRH)

Holdthasigreen gagne sa 1ère course en février 2016 à Pornichet, et progresse à grande vitesse, remportant sa 1ère Listed en juillet à Vichy, dans le Défi Du Galop. Il remporte une autre étape cette année là à Nantes. En 2017, il est dirigé sur le programme des stayers, en remportant immédiatement le prix Right Royal. Il monte peu à peu les échelons, et finit par se classer 3ème du prix Royal Oak en fin de saison derrière Ice Breeze et Vazirabad. On croit que le guerrier a atteint ses limites...Que nenni ! Gagnant de 2 Listeds en début de saison 2018, il remporte son 1er Groupe dans le prix Kergorlay à Deauville ! Battu dans le Gladiateur et le Cadran, on se dit que le champion ne va jamais réussir à gagner son Gr.1, et pourtant....Dans le prix Royal-Oak, monté par son désormais fidèle Tony Piccone, il gagne à la dure, comme toujours repoussant tous les assauts, et ramenant enfin ce graal qui lui manquait tant. 

 

L'entourage d'Holdthasigreen savoure le graal tant attendu ! (APRH)

" C'est une émotion indescriptible de gagner un Gr.1...Il y a eu tellement de moments durs avec ce cheval, des larmes de tristesse, de joie, et surtout beaucoup de travail de toute l'équipe et de tous ses jockeys avant Tony. On ne pensait pas arriver jusque là. Maintenant, on a déjà tout avec lui, et la suite, ce n'est que du plaisir." Alexandra le Lay ne croit pas si bien dire, car la suite pourrait être encore plus belle...Le cheval vient de gagner le prix de Barbeville, passant à l'occasion le million d'euros de gains, et paraît encore plus fort que l'an passé, plus concentré sur son travail. Du coup, un autre défi vient en tête de son entraîneur et cavalier du matin, Bruno Audouin...Si on allait chatouiller les anglais à Ascot, dans la Gold Cup ? 

 

Holdthasigreen est en pleine forme avant sa course de dimanche.

 

"Le cheval est dans la forme de sa vie, et si on ne tente pas le coup cette année, qui sait si on pourra réessayer à l'avenir...Il faut vivre ce rêve de gosse maintenant. Il va courir le Vicomtesse Vigier dimanche à Longchamp, pour arriver au top en juin. on est quasi obligé de le courir, déjà parce qu'il aime ça, mais aussi parce que personne ne peut aller avec lui pour travailler le matin...Il a un mental d'acier, une condition physique de rêve, c'est donc le moment de traverser la Manche. Il y aura un vrai lot, mais notre cheval est l'un des meilleurs stayers européens, et a sa place aux côtés de Stradivarius ou Cross Counter." Le défi est de taille, mais si il y a un guerrier qui peut braver les 4000m d'Ascot, c'est bien Holdthasigreen. Quant à Bruno Audouin, c'est un peu la cerise sur le gâteau de pouvoir tenter ce challenge: "C'est vraiment beau de penser qu'on va, si tout va bien, courir cette prestigieuse course. On viendra sans pression, même si le jour même, je ne serais peut être pas dans mon état normal...Voir son nom avec Aidan O'Brien, John Gosden, ça fait rêver...Mais il faut les battre ! En tous cas, on aura aucun regret, car si le cheval y va, c'est qu'il sera dans la forme de sa vie.

Un ambassadeur à l'histoire comme Holdthasigreen, ce n'est pas courant, et c'est une formidable vitrine pour les courses, la preuve qu'avec de la patience et de la volonté, tout est possible. Dimanche, nos yeux seront rivés sur Longchamp, en espérant pouvoir supporter le champion à Ascot en juin, et pourquoi pas voir le rêve devenir...réalité ! 

 

 

Monsieur a un sacré caractère...

 

...mais comme tout cheval, il aime bien qu'on s'occupe de lui !

 

Claude Le Lay en pleine inspection à la piste...

 

Une bonne douche...

 

...et un petit selfie pour lui porter chance !

 


Voir aussi...

Grand Destin

Quel Destin, son aventure contée par Lucien Bermond

Co-éleveur du poulain de 3 ans Quel Destin qui vient de remporter son premier Gr.1 ce jeudi 27 décembre 2018 à Chepstow, Lucien Bermond raconte l’histoire de ce fils de Muhtathir élevé avec son ami et associé  Antoine de Talhouët-Roy au Haras des Sablonnets. La grand-mère du poulain fut la toute première jument de course de l’éleveur-propriétaire. Une aventure débutée aux ventes d’août 1991 à Deauville. Interview.

Stats étalons

Semaine des Étalons : Angleterre, Irlande ou Nouvelle-Zélande

Cette semaine, le palmarès des étalons vous fait voyager en Irlande avec la victoire de Gr.2 de Barastraight, en Angleterre avec celle de Muhtathir ainsi qu'en Nouvelle-Zélande avec la victoire de Gr.2 de Reliable Man. Vous avez l'embarras du choix. Côté Listed, Manduro et Muhtathir se sont illustrés. Mention spéciale pour "Mumu", le "vieil" étalon du Mezeray qui est toujours aussi performant à l'aube de ses 24 ans.

Evénements

Cracksman et Roaring Lion impériaux à Ascot avant le haras

Le premier a 3 ans, le second a 4 ans. Tous deux sont entraînés par John Gosden et ont gagné leur 4ème Gr.1 respectif. Le gris Roaring Lion, lauréat des Queen Elizabeth II Stakes, prendra la direction de Tweenhills Stud pour commencer sa carrière d’étalon en 2019 tandis que Cracksman, grand gagnant des Champion Stakes pour la deuxième année consécutive sera lui aussi étalon. Aucun nom de haras n’a encore été dévoilé.