Fin de l'aventure pour Sprinter Sacré

13/11/2016 - Actualités
 Le phénoménal Sprinter Sacré doit tirer sa révérence à l'âge de 10 ans après 18 victoires dont 9 Gr.1 pour 24 sorties en haies puis en steeple, à cause d'une blessure à une jambe. Il avait su revenir au sommet après presque 3 ans d'incertitude dus à des problèmes de coeur.

 

Une classe folle, une mécanique parfaitement huilée. Dès qu'il était en forme, Sprinter Sacré était tout simplement invincible ! Il avalait tous les obstacles pour le plus grand plaisir des puristes du saut, il s'envolait pour le bonheur du public. Voila qui était Sprinter Sacré, qui a tout gagné sur les hurdles tout d'abord puis les gros obstacles, à Cheltenham, à Aintree, à Ascot et artout ailleurs. Né dans la Nièvre, chez Christophe Masle, vendu foal à Philippe Peltier puis revendu à Angleterre à 2 ans, le pensionnaire de Nicky Henderson n'a plus jamais franchi la Manche.

 


Sprinter Sacré foal au concours de Decize

 

Mais il a eu un arrêt brutal dans sa carrière et son retour n'en n'avait été alors que plus incroyable. En 2013, il échoue soudain. Arrêté ! Il révèle alors des problèmes de coeur. Tout semble terminé pour le crack. Mais à force d'attente, de soins et de patience, Spinter Sacré revient fin 2015. Il prouve qu'il a retrouvé toute sa flamme et regagne un Gr.1 à Cheltenham 2016, le Queen Mother sur 3200 m, provoquant une immense émotion sur l'hippodrome et dans tout le pays. Lors de ce qui restera comme son ultime sortie, il avait pulvérisé l'autre crack Un de Sceaux par 15 longueurs...

Mais alors qu'il préparait une nouvelle campagne, Sprinter Sacré a été victime d'un problème de jambe, a déclaré son entraineur Nicky Henderson. A son âge, c'est forcément la fin de l'aventure sportive. Que le fils de Network passe une heureuse retraite.

 


Voir aussi...

Don Cossack triomphe dans la Cheltenham Gold Cup 2016, un avion signé Ryanair !

Il a assumé son rôle de favori : Don Cossack n’a pas volé le trophée de la Cheltenham Gold Cup 2016. Plus de 72.000 personnes ont assisté au sacre de ce cheval allemand. Mais c’est bel et bien l’Irlande la grande gagnante. Son propriétaire Michael O’Leary, patron de Ryanair associé dans l’écurie Gigginstown House Stud avec son frère Eddie, son entraineur Gordon Elliott et son jockey Bryan Cooper sont tous irlandais.