Rencontre avec Jean de Mieulle, un nouveau visage chez les entraîneurs de l'Ouest !

10/04/2020 - Actualités
 Issu d'une famille bien connue dans les courses, Jean de Mieulle revient à la maison ! Après 5 ans au Qatar, où il assisté son oncle Alban, et plusieurs expériences à l'étranger, il va prochainement ouvrir son écurie. Le jeune homme n'a pas choisi Chantilly, mais bien son ouest natal pour lancer sa nouvelle aventure. Rencontre.

 

Jean de Mieulle, un jeune entraîneur en passe de se lancer dans l'Ouest !

 

Il n'y avait pas vraiment de choix pour Jean de Mieulle, c'était même une vocation. Il fallait qu'il s'installe un jour entraîneur ! Et bien le jour est proche, avec l'ouverture prochaine de son centre d'entraînement à Morannes, dans l'Ouest de la France. C'est un retour au berceau pour le jeune homme, qui a grandi dans une famille des courses bien connue. Fils de Roger, neveu d'Alban (Haras du Grand Courgeon), Jean a tout de suite été passionné par les chevaux, et après avoir fait ses classes en équitation classique, il s'oriente vite vers les courses de poney. Dès ses 16 ans, il passe sa licence de gentleman, paraîné par une vraie légende, Guy Henrot, une personne très importante pour Jean: " Si un nom me vient en tête, c'est celui de Guy Henrot, qui a été mon parrain pour passer ma licence de gentleman. C'est chez lui que j'ai fait mes premiers stages, et c'est grâce à lui que j'ai remporté ma première course à Craon en 2011, avec Malakhan. Je remercie aussi Sophie Rousselle, qui est pour beaucoup dans mon parcours."

Le célèbre Guy Henrot, un des mentors de Jean

 


Le but de Jean a toujours été de s'installer entraîneur comme il nous le confie: " Durant mon BTS ACSE, j'étais en cours avec Etienne d'Andigné, qui est lui aussi entraîneur. On s'est toujours dit en souriant qu'un jour on serait entraîneur tous les deux, avec Olivier (NDLR: Olivier d'Andigné, frère d'Etienne, jockey) comme jockey. Et bien ça y est on y est ! ". L'expérience à l'étranger a été déterminante dans le parcours de Jean. Il a passé du temps chez Christophe Clément aux Etats-Unis à New York, mais aussi en Australie chez James Cummings, devenu aujourd'hui entraîneur pour Godolphin. De 2015 à 2020, il assiste son oncle Alban de Mieulle, notamment au Qatar, avec les chevaux de Cheikh Abdullah Bin Khalifa Al Thani. L'heure est maintenant venue de se lancer à son propre compte, et Jean a décidé de revenir aux racines...En effet, il va s'installer aux Loges à Morannes Sur Sarthe, sur la propriété familiale.


Mais alors, pourquoi le choix de l'Ouest ?: "Je me suis toujours dit que je voulais entraîner à Chantilly, car j'avais mes repères quand on entraînait les chevaux d'Alban à Coye La Forêt durant l'été. L'an dernier, on a entrainé au Grand Courgeon, et je suis revenu chez les parents. J'ai commencé à parcourir le domaine, et à imaginer la piste, les allées...Il y a une vraie montée, et l'avantage c'est que je pouvais me projeter en créant à ma propre idée. Aujourd'hui, on a 30 boxes prêts à accueillir des chevaux, et on peut encore agrandir. Il y a un marcheur, des paddocks, et on finit la piste. Elle fait 1700m, avec une grande ligne droite, qui monte toujours. On a une pente d'environ 3 à 5% ce qui est parfait pour endurcir les chevaux, et un anneau qui revient sur la piste en descente. La particularité est qu'on fait une piste en copeaux, ce qui est très rare, voire inexistant en France Les anglais ont prouvé que ces pistes étaient parfaites pour entrainer les jeunes chevaux. Il y a beaucoup d'avantages: ça ne gèle pas ou peu, on doit arroser moins souvent, et c'est très stable. Beaucoup d'entraîneurs ont prouvé que c'était possible de concurrencer les écuries parisiennes en entraînant dans l'Ouest. Je pense à Henri Alex Pantall bien sur, mais aussi François Monfort, et récemment Mathieu Brasme, Edouard Monfort et bien d'autres...".

 

Jean de Mieulle a passé les 5 dernières années de sa vie entre le Qatar et la France


Avec ce bel outil en cours de finition, Jean avait prévu le lancement de l'écurie pour le début du mois de mai, mais la pandémie de Coronavirus a évidemment bouleversé un peu les plans: " C'est vrai que la situation va sûrement m'obliger à ouvrir mes portes un peu plus tard que ce que je pensais...Je reviens à peine du Qatar, où tout a été arrêté très vite. Ce n'est jamais le mieux de démarrer dans une période de crise, mais on reste motivé ! J'espère commencer avec une quinzaine de chevaux, avec 80% de pur-sangs et 20% d'arabes. J'ai déjà quelques clients du golfe, et je comptais acheter un ou deux chevaux à réclamer pour démarrer les courses. Il va falloir revoir certains plans, on est dans le flou...Les ventes sont aussi décalées, et j'espérais pouvoir y participer. Beaucoup de mes clients sont étrangers, mais j'espère bien aussi faire mes preuves au fur et à mesure, et évidemment en attirer le plus possible de propriétaires français. Mon activité sera uniquement orientée sur le plat, c'est ce que je connais le mieux. Tout reste à faire, mais je démarre dans de bonnes conditions donc il faut être optimiste !"

Vous l'aurez compris, vous verrez bientôt le nom de Jean de Mieulle sur vos programmes de courses, et espérons le, aux plus hautes places ! Quant à cette fameuse piste en copeaux, on vous en donnera très vite des nouvelles en images...Bonne chance Jean !

 

VOIR LE SITE INTERNET DE L'ECURIE

 

Jean de Mieulle Racing, prêt à vous accueillir !


On en parle dans l'article

Voir aussi...

Découvertes

Découvrez le Haras du Grand Courgeon 2019 au Lion d'Angers

 Visite du Haras du Grand Courgeon, acquis en 2011 et développé au Lion d'Angers en Anjou (49) par Alban de Mieulle. Sous la direction de Gaël Marionneau, cet élevage s'étend désormais sur 100 hectares et accueille des pur-sang anglais et arabes. Le haras abritent les chevaux de Cheikh Abdullah Al Thani mais aussi de nombreux autres clients internationaux. En 2019, Planteur est venu rejoindre Very Nice Name et Joshua Tree dans la cour d'étalons Pur-Sang anglais tandis que le choix d'étalons PSAR reste vaste avec Général, fils du glorieux Amer, en tête de liste.